Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Le port autonome de San pedro veut atteindre un trafic cajou de 30.000 T en 2019

Publié le vendredi 29 mars 2019  |  AIP


Abidjan- Le port autonome de San pedro veut atteindre un trafic cajou de 30.000 tonnes en 2019 contre 25.000 tonnes à fin 2018, selon les prévisions de ses dirigeants.

Pour y parvenir, ceux-ci ont organisé, jeudi, à Abidjan, une table ronde au cours de laquelle ont été diagnostiquées les entraves et les opportunités pour le développement du trafic cajou, et ce, en présence du président du conseil d’administration, Yaya Dembélé, et du directeur général du PASP, Hilaire Lamizana.

Les entraves portent sur les problématiques liées à l’accroissement des volumes par les chargeurs, celles ayant trait au coût du frêt maritime et à la disponibilité des conteneurs vides, les problèmes des capacités logistiques ainsi qu’à la célérité documentaire.

Des diligences ont donc été identifiées pour favoriser l’accroissement de son trafic cajou et atteindre l’objectif des 30.000 tonnes. Il s’agit, entre autres de l’élaboration d’une politique de communication dynamique devant promouvoir la destination de ce port auprès des acteurs de la filière cajou , le traitement des points critiques et le bitumage d’axes routiers desservant San pedro.

Egalement la dématérialisation des procédures administratives dans le cadre des opérations portuaires et l’accroissement des effectif des agents vérificateurs de la douane et créer la célérité dans les opérations.

« Il faut faire en sorte qu’en ce qui concerne le port, nous puissions apporter des solutions pragmatiques ; il est clair que tous les problèmes ne relèvent pas du port, mais en tout cas ce qui relève du port, nous allons le faire », a traduit Yaya Dembélé.

Pour Hilaire Lamizana, « nous allons, au niveau de la direction générale, voir avec le conseil coton cajou les dispositions qui pourraient être prises avec l’Etat pour une répartition dans l’intérêt des opérateurs, notamment les acheteurs et exportateurs ».

Le trafic cajou espéré à au moins 100.000 tonnes conformément aux prévisions de 2011 se situe à fin 2018 à 25.000 tonnes, traitées par cinq opérateurs, fait-on savoir.


ask
Commentaires


Comment