Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Trois filles sur cinq et deux garçons sur cinq subissent des violences en Côte d’Ivoire (Ministère)

Publié le jeudi 9 mai 2019  |  AIP


Yamoussoukro - En Côte d'Ivoire, trois filles sur cinq et deux garçons sur cinq subissent au moins une forme de violence avant l’âge de 18 ans, selon l’enquête "VACS", a révélé mercredi lors d’un atelier à Yamoussoukro, le cabinet du ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant.

« Ce chiffre signifie que près de la moitié des enfants de Côte d’Ivoire ont été victime d’une forme de violence avant l’âge de 18 ans. Il faut donc agir », a déclaré le directeur régional du ministère, à l’ouverture de l’atelier de mise à niveau du comité technique du plan de réponse de l’enquête sur les violences faites aux enfants "VACS" en Côte d’Ivoire.

« Les rapports sexuels forcés sont le type de violence sexuelle le plus répandu en Côte d’Ivoire » , a ajouté Dr Amethier Solange, directrice du Programme national de prise en charge des orphelins et autres enfants rendus vulnérables du fait du VIH/Sida (PN-OEV) au ministère.

Près d’une fille sur dix est victime de viol dans l’enfance. La violence psychologique contre les enfants en Côte d’Ivoire touche environ 19% des filles et 16% des garçons, selon l’enquête.

D'après la directrice du PN-OEV, l’enquête "VACS" est une première en Afrique francophone. Elle s’est déroulée en Côte d’Ivoire sur une cible de 1 009 filles et 1 009 garçons âgés de 13 à 24 ans, à travers un échantillonnage fractionné distinct. Elle a été menée dans le cadre du renforcement du système de protection de l’enfant en Côte d’Ivoire en 2018.

L'enquête a été conduite par le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, à travers le PN-OEV, en collaboration avec le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, l’Institut national de la statistique (INS), l’UNICEF, et avec l’appui technique et financier du CDC/PEPFAR.

En attendant la présentation officielle des résultats aux autorités, l’atelier de deux jours de mise à niveau du comité technique du plan de réponse de l’enquête sur les violences faites aux enfants en Côte d’Ivoire réunit tous les acteurs à savoir les ministères en charge des problèmes des enfants, l’UNICEF, l’UNFPA, l’OMS, Global Partner, le Parlement des enfants, des ONG nationales et étrangères partenaires.

Il vise à mettre au même niveau d’information sur les résultats de l’enquête, de préparer les membres du comité technique chargé de conduire le processus d’élaboration du plan de réponse post VACS afin d’apporter des solutions aux enfants qui subissent des violences, prévenir les violences et réparer le choc psychologique.

nam/cmas
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment