Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire : Le FAFCI a redonné de l’espoir à 200 mille femmes en sept ans

Publié le vendredi 10 mai 2019  |  Le Banco.net
Côte
© Autre presse par DR
Côte d`Ivoire : Le FAFCI a redonné de l`espoir à 200 mille femmes en sept ans


Pour porter « assistance aux femmes de Côte d’Ivoire », le président ivoirien Alassane Ouattara a créé par décret, en 2012, le Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI). Sept ans après, la dotation du fonds, piloté par la première Dame Dominique Ouattara, est passée d’un à 12 milliards Fcfa, permettant de financer des activités génératrices de revenus pour près de 200 000 femmes.

Le FAFCI, financé par le budget et fonctionne sur la base d’un système de crédit à titre individuel ou collectif dont les prêts varient dans l’ensemble entre 30 000 et 1 000 000 Fcfa selon que le souscripteur est une personne individuelle ou un groupement. En 2019, sa cagnotte de crédit a atteint 29 milliards Fcfa avec pour axe prioritaire les femmes vulnérables. « Je suis très contente du FAFCI. Il nous a permis, à nous femmes, d’améliorer nos conditions de vie, de prospérer dans nos commerces et d’aider nos familles », se réjouissait au micro de poleafrique.info, Gbané Awa, le 29 septembre 2017, lors de la célébration des cinq ans d’existence du fonds.

Ce niveau de réussite, la présidente du FAFCI, Dominique Ouattara l’a évoqué à l’occasion du premier sommet régional pour l’Afrique de l’Ouest dénommé « Women Entrepreneurs Finance Initiative (We-Fi) » organisé à Abidjan en avril 2019. « Financer l’activité d’une femme, c’est favoriser son autonomie et améliorer les conditions de vie des familles », a-t-elle expliqué avant d’ajouter : « Dans ce contexte, le soutien des Etats dans l’accélération des réformes pour le développement du secteur privé et la promotion de l’entrepreneuriat féminin, s’avère plus que nécessaire, si l’on veut parvenir à réduire significativement la pauvreté dans nos pays et dans la sous-région ».

Avec le FAFCI, il est question de financement de projets mais également de formation. « En ce qui concerne les obstacles liés à l’accès au marché, l’on note que le manque de formation constitue malheureusement pour les femmes entrepreneures une entrave à la performance de leurs activités », a en outre expliqué la présidente du FAFCI au We-Fi. Raison pour laquelle au-delà du financement des activités, les bénéficiaires sont formées aux techniques de gestion de projets et de comptabilité afin de les aider dans une optique de durabilité dans leur business.

Car en réalité, il est question au bout du compte d’améliorer les conditions de vie des femmes et de leurs familles. Il faut rappeler que selon des études du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), en Côte d’Ivoire « La pauvreté touche les femmes avec un ratio de 47,4% contre 45,5% chez les hommes, le milieu rural avec 56,8% contre 35,9% pour le milieu urbain ». Et d’après la Banque mondiale, le PNUD classe la Côte d’Ivoire « 171e sur 189 pays en 2018 » en ce qui concerne l’indice de développement humain. D’après l’indice de l’égalité des genres établi par l’Organisation des Nations Unies (Onu), le pays est aussi 171ème sur 188 pays. Face à ce constat « Je ne peux donc qu’encourager la recherche de solutions viables, adaptées aux besoins réels de notre continent, pour soutenir les activités des femmes et faire reculer le manque de ressources financières », a déclaré la présidente du FAFCI au We-Fi.

Le Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI) avance sur le terrain de la lutte contre la pauvreté avec ses centaines de milliers de bénéficiaires. Passé du stade de promesse de campagne électorale d’Alassane Ouattara, à celui de réalité palpable, le FAFCI, entend garder le cap et participer davantage à sortir les femmes de la pauvreté.

Le FAFCI et ses résultats depuis sept ans ont milité en faveur de Dominique Ouattara. La première Dame de Côte d’Ivoire a reçu un prix du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) le 29 mars 2019 pour l’ensemble de ses actions pour l’autonomisation de la femme ivoirienne. Une reconnaissance internationale de cette oeuvre grandiose conduite par la première Dame ivoirienne au bénéfice de ses soeurs.

René Tiécoura
... suite de l'article sur Le Banco.net

Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment