Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Les stations météorologiques centenaires de Bouaké, Tabou et Bondoukou reconnues internationalement par l’Organisation Météorologique Mondiale

Publié le vendredi 14 juin 2019  |  Abidjan.net
Reconnaissance
© Autre presse par DR
Reconnaissance internationale des stations météo centenaires de Bouaké, Tabou et Bondoukou
Genève. A l’issue de la 18ème édition du Congrès Météorologie Mondial tenu à Genève du 03 au 14 juin dernier, la Direction de la Météorologie Nationale a obtenu la reconnaissance internationale par l’Organisation Météorologique Mondiale pour avoir maintenu en service depuis plus de 100 ans les stations météo de Bouaké, Tabou et Bondoukou


A l’issue de la 18ème édition du Congrès Météorologie Mondial tenu à Genève du 03 au 14 juin dernier, la Direction de la Météorologie Nationale a obtenu la reconnaissance internationale par l’Organisation Météorologique Mondiale pour avoir maintenu en service depuis plus de 100 ans les stations météo de Bouaké, Tabou et Bondoukou. Ces trois stations ont obtenu des certificats de reconnaissance internationale pour leur contribution à la connaissance du climat national et aussi internationale.

Créées en 1904 (Bouaké) et 1919 (Tabou et Bondoukou), ces stations météo contribuent depuis plus de cent ans à une meilleure connaissance du climat et ses impacts en Côte d’Ivoire, d’une part et à produire des données servant à faire des simulations pour le changement climatique d’autre part.

Les stations de Bouaké, Tabou et Bondoukou ont été retenues à partir de neuf (09) critères obligatoires définis par l’OMM, à savoir : elles ont observé au moins un élément météorologique depuis leur création et sont actuellement utilisées en tant que station d’observation à la date de sa nomination, les périodes d’inactivité de la station d’observation ne doivent pas dépasser 10% au cours des 100 dernières années (à l’exclusion des périodes de conflits armés et de catastrophes naturelles), les métadonnées minimales de la station historique doivent contenir les coordonnées géographiques réelles ou dérivées, y compris l’altitude, le ou les éléments météorologiques identifiés et ses unités, ainsi que le programme d’observation, la station d’observation n’a pas fait l’objet de délocalisations connues, qui ont affecté les caractéristiques climatologiques.

Ajoutées à cela, toutes les données d’observation historiques et les métadonnées sont sauvées, ou le seront, afin de les empêcher de détériorer le support (voir Directives sur le sauvetage de données). Les membres sont priés de partager des informations sur la quantité de données à récupérer, y compris les plans connexes de sauvegarde des données, le cas échéant, le poste d’observation doit fonctionner conformément aux normes d’observation de l’OMM, l’environnement d’une station d’observation du centenaire doit être classé conformément à la classification de l’emplacement définie dans le Guide des instruments et méthodes d’observation météorologiques (OMM-N ° 8). Les membres sont priés de partager les résultats de la classification de l’emplacement pour le processus de nomination et toute nouvelle nomination.

Les données observées et mesurées doivent être soumises aux procédures de contrôle de qualité de routine conformément aux directives et pratiques en vigueur de l’OMM. Les processus de contrôle de la qualité ainsi que ses résultats doivent être bien documentés et enfin, les membres mettent tout en œuvre pour maintenir les stations en nomination, conformément aux critères de reconnaissance susmentionnés.

Cette première reconnaissance saluée par le Directeur Général, s’inscrit dans une démarche d’excellence qui vise notamment à promouvoir les bonnes pratiques et à encourager les efforts des agents en service à la SODEXAM, comme annoncé à l’occasion de la journée bilan de la SODEXAM tenue le 02 mai dernier.

A la tête de la délégation ivoirienne, composée outre du Directeur de la Météorologie Nationale, M. Daouda KONATE, par ailleurs Président du Conseil Régional Afrique de l’OMM, du Directeur des ressources en eau de l’ONEP, M. Diakaria KONE et du point focal national GIEC, M. Bernard DJE, le Directeur Général de la SODEXAM, M. Jean-Louis Moulot a exprimé sa fierté de voir les efforts de ces collaborateurs reconnus à un niveau international. Il s’est engagé à poursuivre les efforts de sa structure dans ce sens.

Atapointe
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment