Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Vente du cacao suspendue: la manœuvre risquée du Ghana et de la Côte d’Ivoire

Publié le dimanche 16 juin 2019  |  RFI
JNCC
© Présidence par DR
JNCC 2015: le Président de la République SEM Alassane Ouattara, visite le stand du CNS
Jeudi 1er octobre 2015. Fondation Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro. Le Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM. Alassane Ouattara a présidé, la cérémonie d’ouverture de la 2ème  édition des Journées Nationales du Cacao et du Chocolat (JNCC 2015), Dans ce cadre, le Chef de l’Etat a visité, le stand du Comité National de Surveillance des Actions de lutte contre le Travail, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS) présidé par la Première Dame Dominique Ouattara.


Le Ghana et la Côte d'Ivoire ont annoncé suspendre la commercialisation de la récolte de cacao 2020-2021 si elle n'est pas payée au minimum 2 600 dollars la tonne. Cette démarche des deux plus grands pays producteurs au monde est une première spectaculaire, mais elle comporte des risques.

Cette alliance du Ghana et de la Côte d'Ivoire est historique. Ils étaient plutôt des concurrents du cacao jusqu'à présent, puisqu'ils faisaient même varier d'une frontière à l'autre le prix payé au producteur pour attirer de la marchandise chez eux. Mais depuis l'effondrement des cours en 2015-2016, ils se concertent beaucoup plus, pour envisager des actions conjointes, notamment pour lutter contre cette contrebande. Mais aussi pour peser, enfin, sur le marché mondial, puisqu'ils représentent à eux seuls 65 % de la production mondiale.

Marché porteur

Le bras de fer a-t-il des chances de réussir ? À court terme, peut-être. Le marché est favorable, il a d'ailleurs réagi dans le sens qu'attendaient le Ghana et la Côte d'Ivoire puisque les cours ont grimpé. Ils sont à leur plus haut niveau depuis près d'un an. Il faut dire que la demande de cacao est forte sur tous les continents, et que des craintes se font jour sur la production dans les cacaoyères du Ghana qui subissent un regain de « swollen shoot », le virus qui tue les arbres. En Côte d'Ivoire, la prochaine production pourrait aussi baisser faute de pluie. La hausse des prix reflète tout cela.
... suite de l'article sur RFI

Commentaires
Playlist Economie
Toutes les vidéos Economie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment