Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Crise à la (Mutuelle générale des enseignants de Côte d’Ivoire) : la passation de charges empêchée par les dissidents

Publié le samedi 27 juillet 2019  |  Abidjan.net
Crise
© Abidjan.net par JOB
Crise à la MGE-CI : les dissidents empêchent la passation de charges entre Cissé Vacaba et Boko Michael
Abidjan, Immeuble du Mali, vendredi 26 juillet 2019. Des dissidents conduits par Zagni Gnagna se sont opposés à la passation de charges entre PCA sortant de la MGE-CI, Cissé Vacaba et Boko Michael, PCA entrant.


La Crise à la MGE-CI (Mutuelle générale des enseignants de Côte d’Ivoire) ex MUPEMENET, a connu une autre tournure avec d’abord une passation de charge empêchée dans la matinée du vendredi 26 juillet, à l’immeuble du Mali (Plateau-Abidjan) par des dissidents conduits par Cissé Vacaba et Théodore Gnagna Zadi, remontés contre Boko Michael. Ensuite, ces dissidents, quelques heures plus tard, ont été dégagés par la police pour que les choses reviennent à la normale avec une occupation légale du siège du Conseil d’administration de la MGE-CI.

Elu Président du conseil d’administration (PCA), le 15 avril 2019 à Yamoussoukro, la victoire de Boko Michael est malheureusement contestée par le président sortant, Cissé Vacaba et certains conseillers, qui se sont mobilisés très tôt ce vendredi pour s’opposer à la passation de charge.

Selon le porte-parole des premiers à être interrogés, les dissidents, « Boko n’a jamais été élu, nulle part. Aucune résolution ne fait de Boko le président du Conseil d’administration. Quand l’assemblée est finie, quelle a été la résolution ? Quand l’assemblée a été levée, on a retenu que Cissé vacaba a été élu avec un conseil. Tout le reste n’est que manipulation, machination, c’est ce qui se passe et c’est ce à quoi nous faisons front aujourd’hui », a déclaré Théodore Gnagna Zadi, 2ème vice-président du Conseil d’administration de la MGE-CI.

Peu après des échauffourées avec la police qui ont été calmées par l’ambassadeur du Mali, nous avons rencontré Boko Michael qui dit avoir préféré, face au blocage, se retirer pour que des dispositions soient prises afin d’aller à cette passation de charge.

Face à ceux qui contestent sa victoire et qui s’insurgent contre ‘’une tentative d’imposition’’ de sa personne à la tête du Conseil d’Administration de la MGE-CI, Boko Micahel a répondu simplement qu’il n’a pas été imposé. « Je voudrais rappeler ici maintenant que ce n’est ni madame la ministre, ni la tutelle, qui est derrière. Nous avons estimé que la gestion de Cissé, puisque nous étions administrateurs, ne nous convenait pas. Nous les avons rencontrés à plusieurs reprises pour qu’il y ait une certaine amélioration, ça n’a pas eu lieu. Donc nous avons pris notre destin en main pour faire en sorte qu’au cours des élections on puisse changer cette tête-là », a-t-il expliqué.

Notons que la MGE-CI qui compte 60 000 adhérents, créée pour contribuer à l’amélioration des conditions de travail et de vie des enseignants de Côte d’Ivoire, ne doit pas s’enliser dans cette impasse liée à l’élection d’un nouveau président du conseil d’administration.



JOB
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment