Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Autorités et leaders de Logoualé sensibilisés sur les conséquences du mariage précoce

Publié le lundi 12 aout 2019  |  AIP


Man, L’Ong, Génération femmes du 3ème millénaire (GFM3) a organisé samedi, une journée d’informations et de plaidoyer auprès des autorités et leaders de Logoualé, en vue de les sensibiliser sur les conséquences des mariages précoces et forcés, et sur la nécessité de mener une synergie d’actions, en vue d’éradiquer ce fléau.

Cette rencontre a été organisée au Centre communautaire d’accueil et de réhabilitation des femmes et filles (CECAREF) de Logoualé, en présence du sous-préfet de cette localité, Guéhi Adolphe. L’occasion a été saisie pour constituer des comités de veille et d’alerte de jeunes et de femmes, pour renforcer ceux des chefs de village, en vue de dénoncer à temps le mal, et l'éradiquer.

«Chaque année, plus de 12 millions de filles sont mariées de force avant l'âge de 18 ans. Ces filles voient alors leur droit à l’enfance et à l’éducation volé, et leurs perspectives d’avenir et d’évolution limitées», a déploré la directrice du CECAREF, Gouanou Lydie, ajoutant qu’en novembre prochain seront menées des séances de sensibilisation au niveau des lycées et collèges de Logoualé, pour que le phénomène soit également dénoncé par les élèves.

En Côte d’Ivoire, rappelle-t-on, 27 % des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans et 7% avant 15 ans. « Le phénomène du mariage des filles est plus répandu dans le Nord du pays où l’on dénombre 52 % des femmes âgées de 20 ans à 40 ans qui ont été mariées avant l’âge de 18 ans, et dans le Nord-Ouest où ces dernières représentent 48% », a souligné pour sa part la présidente du conseil d’administration GFM3, Véi Honorine.

(AIP)

amak/kam
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment