Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Moralisation de la vie publique, lutte contre la corruption: La Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance s’appuie sur les guides religieux, leurs réactions

Publié le jeudi 12 septembre 2019  |  Sercom HABG
Sensibilisation
© Autre presse par DR
Sensibilisation sur la corruption et la moralisation de la vie publique : La Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance initie des visites aux guides religieux de Côte d’Ivoire
Après le Cardinal d’Abidjan et le bureau de la Fédération Evangélique de Côte d’Ivoire (FECI), plusieurs délégations de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance se sont rendues, du mercredi 04 au mardi 10 septembre, chez les guides religieux.


Dans l’optique de faire connaitre le dispositif juridique et institutionnel de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées, la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance (HABG) a rencontré les guides religieux. Ce, afin de les impliquer dans la recherche durable de solutions face à la corruption, à l’immoralité qui nuisent, toujours un peu plus, à la société ivoirienne.

Après le Cardinal d’Abidjan et le bureau de la Fédération Evangélique de Côte d’Ivoire (FECI), plusieurs délégations de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance se sont rendues, du mercredi 04 au mardi 10 septembre, chez les guides religieux de l’Eglise du Christ Mission Harris à Port-Bouët Petit-Bassam, au bureau de l’Eglise Protestante Méthodiste de Côte d’Ivoire (EPMCI), à Ancien Koumassi, au bureau de la Conférence des Eglises Protestantes et Missions Evangéliques de Côte d’Ivoire, à Yopougon, chez les DEHIMA, à Koumassi et auprès du Conseil Supérieur des Imams (COSIM) à la mosquée de l’Avenue 8 à Treichville.

Ces visites sont inscrites dans une série devant aboutir à une rencontre nationale des Autorités religieuses, afin de leur permettre de dégager des solutions concrètes et durables à la problématique de la moralisation de la vie publique et de l’exemplarité, en termes de bonne conduite dans les administrations publiques et privées, en particulier, et dans la vie courante, en général.

Il s’agira de donner aux Autorités religieuses des outils adéquats pour vulgariser et amplifier auprès de leurs fidèles, les notions de moralité, de bonne conduite et d’Ethique.

Dr TRAORE Bakari, Directeur de Cabinet de la HABG, représentant le Président de cette institution, a, au cours des rencontres, remercié chaleureusement les guides religieux, au nom du Président N’golo COULIBALY, dont il portait le message.

M. Traoré a ainsi indiqué que ces guides constituaient un maillon important, en tant qu’autorités morales de la société, et donc, garants des valeurs cardinales divines. A cet effet, ils sont sollicités pour aider à faire le diagnostic, puis à trouver des solutions qui seront prises en compte par la HABG.

Toujours selon le Directeur de Cabinet de la HABG, le respect des biens publics, de la chose commune, mais au-delà, un comportement éthique, garant des valeurs du vivre ensemble, doivent être intégrés dans les prêches des hommes de Dieu. Ainsi, les leaders des principaux groupements religieux identifiés, à savoir, les chrétiens catholiques, les protestants, les évangéliques, les églises révélées d’Afrique, ainsi que les guides religieux musulmans devront être associés aux campagnes de la HABG, mais surtout, constituer la cheville ouvrière de leurs réussites, dans la moralisation de la vie publique en Côte d’Ivoire.

A sa suite, Monsieur Jacques III ACHIAOU, Directeur de la Sensibilisation et de l’Education à la HABG, a précisé qu’il s’agit d’associer et d’impliquer les guides religieux dans cette sensibilisation sur la corruption et les infractions assimilées, afin de trouver la meilleure approche à l’endroit des populations. Selon lui, aucune sensibilisation sur le changement de comportement ne peut se faire, si les guides religieux n’y sont pas associés. Ces derniers bénéficient d’une bonne écoute auprès de leurs fidèles, dont ils sont les garants de la vie morale et avec lesquels, ils sont en contact permanent, grâce aux rencontres de prières hebdomadaires. Surtout que la majorité des ivoiriens croient en Dieu.

Monsieur Jacques III ACHIAOU a indiqué que des documents seront remis aux guides religieux, afin qu’ils s’imprègnent de la matière, des mécanismes et des instruments de prévention et de lutte contre la corruption dont dispose la Côte d’Ivoire.

Réactions des religieux

Pour sa part, le patriarche NANGUY ADJACO Faustin, Président de l’Eglise du Christ mission Harris, a salué cette démarche, tout en expliquant que la génération actuelle a perdu ses repères. Pour lui, il y a beaucoup à faire, car la corruption, la mauvaise gouvernance, le phénomène de la drogue et la mauvaise gestion des communautés ont atteint un niveau critique. Pour ce faire, il faut une synergie d’actions entre les pouvoirs publics et les guides spirituels allant dans le sens de la moralisation effective de la société.

Il a ensuite relevé les difficultés dans cette lutte. Il croit qu’il faut continuer de beaucoup prier pour la société ivoirienne afin qu’elle puisse retrouver ses repères. Le Patriarche a rassuré la délégation de la HABG, de son adhésion et de ce qu’il jouera sa partition, « pour que la société ivoirienne de demain soit meilleure ».

A l’Église protestante méthodiste Ebenezer, le Pasteur Seth Boto, le Président de l’Eglise protestante Méthodiste de Côte d’Ivoire, a exprimé sa joie et fait bon accueil de cette initiative de la HABG. Il a expliqué que l’Eglise Protestante Méthodiste était sensible à ce sujet. Il a ajouté par ailleurs, que cette lutte contre la corruption améliorera l’indice de perception de la corruption, rendra la justice sociable, et donc, fera reculer la pauvreté.

« C’est une opportunité que vous nous offrez de contribuer au recul de ce mal qui mine notre pays. Il y a beaucoup à faire, et nous garantissons notre collaboration, pour qu’à tous les niveaux, la corruption puisse baisser. La corruption est un mal contre lequel la Bible elle-même s’insurge », a-t-il ajouté.

Quant au Révérend BOSSE de l’église Baptiste CEPMECI, il s’est réjoui de la démarche inclusive de la HABG et a expliqué que l’église, qui incarne la présence de Dieu sur terre, a le devoir de montrer aux nations ce qui est juste.

A l’église DEHIMA, l’occasion a été donnée au Président M. AKA Barthélémy de dire : « Je salue cette initiative heureuse. Ce n’est pas une affaire de la HABG, mais c’est l’affaire de chaque Ivoirien. Il est clair que nous sommes pleinement associés à cette grande action que vous êtes en train de mener et nous serons un relais pertinent ou assez important auprès de nos fidèles. On peut dire que vous êtes en train de forcer une porte déjà ouverte ».

Monsieur AKA Barthélémy n’a pas manqué de souligner que le message d’un guide religieux est plus écouté par ses fidèles que celui qui est diffusé à la télévision. Il a signalé que le bon comportement est déjà privilégié dans leurs prêches.

Des propositions faites

Pour le suivi du programme de sensibilisation de la HABG, Monsieur AKA Barthélémy a proposé à l’Institution d’avoir des points focaux dans chaque communauté religieuse pour une interaction qui va permettre de retransmettre leurs différents messages. L’adhésion du Conseil Supérieur des Imams (COSIM), ainsi que les sages conseils de l’Imam BOUAKARY, ont été fort appréciés par les représentants de la HABG. Il s’est appesanti sur l’exemplarité des dirigeants, quel que soit leur bord, la nécessité d’adopter les valeurs de probité dans la société ivoirienne. Il a exhorté la HABG à mettre l’accent sur la sanction, afin que les comportements non éthiques soient punis, car il est impératif de « construire l’homme ivoirien. La politique et l’économie ne sont pas immoraux, mais c’est l’homme qui l’est », a-t-il ajouté.

L’Imam a expliqué l’avance prise par eux, sur le plan de l’éducation, avec la construction des écoles et des collèges, pour une meilleure éducation des enfants, et où, les valeurs et la morale sont déjà enseignées.

L’Imam a surtout recommandé qu’il y ait des relations structurées et institutionnalisées entre les religieux et la HABG, ainsi que le renforcement des capacités des Hommes de Dieu.

Tour à tour, les membres du Conseil de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance, ont salué et remercié leurs hôtes pour l’accueil réservé et l’intérêt porté par ceux-ci au travail minutieux, mais continu de la HABG.

Dans son intervention, Monsieur KONE Moussa, membre du Conseil de la HABG, a félicité cette disponibilité et cette implication assurée des guides religieux. Car ce combat doit être inclusif, pour permettre à chaque Ivoirien de s’insurger contre toutes les immoralités, selon lui.

Quant à Monsieur FOFANA Abdoulaye, membre du Conseil, a donné le sens de l’appui sur les religieux. « Nous vous sollicitons en tant que guides religieux, afin que vous exhortiez vos fidèles sur les dangers de la corruption, en les amenant à adopter un comportement éthique et moral ».

Le membre du Conseil de la HABG, Monsieur KOUASSI Guy Serge, a, lui, insisté à ce propos : « Il s’est avéré que vous bénéficiez d’une écoute attentive et respectueuse de la part des populations et singulièrement, de vos fidèles. Nous avons donc entrepris de vous solliciter, d’attirer votre concours pour amener les populations à s’approprier, efficacement, la prévention et la lutte contre la corruption et les infractions assimilées, afin de bouter la corruption hors de notre pays ».

Au total, ces rencontres s’avèrent très pertinentes. La moralisation de la vie publique préoccupe particulièrement toutes les autorités religieuses déjà rencontrées par la HABG.
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment