Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Financement du développement de l’Afrique – Adama Coulibaly présente les avantages du financement mixte et interpelle

Publié le vendredi 13 septembre 2019  |  Minutes Eco
Financement
© Autre presse par DR
Financement du développement de l’Afrique: le ministre de l’Economie et des Finances Adama Coulibaly présente les avantages du financement mixte et interpelle


Le ministère de l’Economie et des Finances et le Centre africain pour la transformation économique (ACET) ont organisé ce jeudi 12 septembre 2019 un séminaire d’apprentissage entre pairs de l’initiative Compact avec l’Afrique sur le financement mixte. A l’ouverture des travaux, le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, a indiqué qu’il est impérieux de recourir, au-delà des instruments classiques, à des instruments financiers novateurs pour combler les besoins de financement du développement qui se chiffrent, selon l’ONU, à environ 4500 milliards de dollars entre 2015 et 2030 pour les pays en développement.

En Afrique, en particulier dans les pays membres du Compact avec l’Afrique du G20, le financement du développement des infrastructures revêt un intérêt particulier, en raison de la nécessité de continuer à soutenir la croissance économique, notamment à travers des investissements appropriés. « L’un des instruments de plus en plus évoqués à cet effet est le financement mixte, qui consiste à combiner différentes formes de capitaux pour financer les projets. Une utilisation optimale de cet instrument permet de mobiliser des financements substantiels à moindre coûts, en associant à la fois le secteur public, le secteur privé ainsi que les institutions de développement », affirme Adama Coulibaly.

Il en veut pour preuve les chiffres récents sur la question qui démontrent l’intérêt de plus en plus croissant des pays africains pour ce mode de financement. Environ 152,1 milliards de dollars ont été mobilisés à l’échelle mondiale sur la période 2012-2017, sous forme de financement mixte intégrant notamment une proportion de prêts garantis de 42%, de prêts syndiqués de 18% et d’investissements directs dans les projets de 14%, souligne le ministre qui s’appuie sur une étude de l’OCDE. Il ressort que « la part de ces financements mixtes mobilisés par l’Afrique est d’environ 27% ; « une proportion importante en tenant compte de la taille de l’économie africaine dans l’économie mondiale. »
... suite de l'article sur Minutes Eco

Commentaires
Playlist Economie
Toutes les vidéos Economie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment