Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Migration irrégulière: Un atelier pour renforcer les capacités des préfets

Publié le mardi 1 octobre 2019  |  Ministères
Migration
© Ministères par DR
Migration irrégulière: Un atelier pour renforcer les capacités des préfets
Mardi 1 octobre 2019. Un atelier d’échange et de réflexion sur le rôle des Comités départementaux et régionaux de lutte contre la migration irrégulière se tient depuis, ce matin, à Grand-Bassam.


Un atelier d’échange et de réflexion sur le rôle des Comités départementaux et régionaux de lutte contre la migration irrégulière se tient depuis, ce matin, à Grand-Bassam. Organisé conjointement par le ministère de l’intégration africaine et des ivoiriens de l’extérieur et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) il a pour objectif de renforcer les efforts de coordination des autorités locales à mieux relever les défis représentés par la migration irrégulière, notamment en renforçant l’opérationnalisation des Comités départementaux de lutte contre la migration irrégulière dirigés par les préfets de région.

Ce atelier vise surtout, à en croire la responsable de l’Oim, Mme Marina Scharm, à fournir aux préfets de régions des outils concrets afin de relever plus efficacement les défis liés aux mécanismes de coordination d’actions de sensibilisation contre la migration irrégulière, à l’échelle régionale. Au nom de l’Oim, Marina Shram a salué l’action des partenaires impliqués dans la lutte contre la migration irrégulière. «Je voudrais féliciter le gouvernement et l’implication personnel du ministre Ally Coulibaly pour ses efforts pour assister les Ivoiriens en détresse et l’installation des Comités de luttes contre la migration irrégulière », a-t-elle indiqué. Elle a annoncé le lancement officiel des activités de la troisième phase du projet "migrinfo, mon paradis c’est ici", une campagne d’information sur les dangers de la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants financé par la République fédérale d’Allemagne. « Ce projet vise à accompagner le gouvernement de Côte d’ivoire dans la mise en place et l’opérationnalisation des comités de lutte contre la migration irrégulière d’Abidjan et de Daloa, deux régions à forte pression migratoire », a-t-elle fait savoir.

Tour à tour les représentants des ministres de l’Intérieur, de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi jeune, ont salué la synergie d’action des différents départements ministériels et des partenaires dans la lutte contre la migration irrégulière. Le représentant du ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi jeune, Jean louis Kouadio, a présenté les mécanismes mis en place par l’État pour favoriser l’insertion des jeunes. L’ambassadeur de l’Union européenne s’est réjoui de cette rencontre. Il a réitéré la volonté de l’Europe de favoriser la migration régulière. « L’Europe n’est pas une forteresse. Elle est ouverte et en Côte d’Ivoire, nous avons augmenté de plus de 80% la délivrance de visa aux étudiants ivoiriens. Nous voulons surtout fait savoir que la Côte d’Ivoire est une terre d’opportunités », a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, Ally Coulibaly, qui présidait cet atelier, a rappelé les efforts du gouvernement. Le ministre a surtout salué l’action concertée des ministères dans la lutte contre la migration irrégulière. « Il y a un dynamisme qui montre que la question de la migration irrégulière n’est pas l’apanage d’un seul ministère. Je voudrais ici saluer l’action du ministère de l’Intérieur qui nous aide dans le démantèlement des réseaux de passeurs. Il y a aussi le ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi jeune qui œuvre dans la mise en place de mécanismes efficaces de réinsertion des jeunes. Nous avons le devoir de créer pour nos jeunes des emplois, et cela se fait avec le soutien de nos partenaires. Nous sommes sur le bon chemin pour retenir nos jeunes à travers la sensibilisation », a-t-il affirmé. Il faut savoir que face à l’ampleur du phénomène migratoire, le Gouvernement ivoirien s’est engagé dans la lutte contre la migration irrégulière depuis 2015. A cet effet, plusieurs projets ont été initiés avec l’appui des partenaires techniques et financiers dont l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM). L’OIM appuie les efforts de la Côte d’Ivoire en matière de gestion des migrations et travaille, depuis 2016, en étroite collaboration avec plusieurs ministères sur différents projets visant à offrir des alternatives positives à la migration irrégulière ainsi qu’une protection et une assistance aux migrants de retour. Après avoir effectué plusieurs campagnes d’information et de sensibilisation dans toutes les régions de la Côte d’Ivoire sur les risques et dangers de la migration irrégulière, le ministère de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur a installé en septembre 2018, dix (10) comités régionaux de lutte contre la migration irrégulière (San Pedro, Man, Odienné, Boundiali, Korhogo, Daloa, Bouaké, Yamoussoukro, Bondoukou et Abidjan). L’objectif général visé par ces comités est de mener des actions de sensibilisation de proximité sur les risques et alternatives à la migration irrégulière, d’assurer le suivi des différents projets de réintégration dont bénéficient les migrants de retour et également d’identifier les réseaux de passeurs.
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment