Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
NTIC
Article
NTIC

Transformation digitale : l’intégralité de la présentation du Professeur Olivier Xavier à la conférence magistrale à CGECI Academy 2019

Publié le mardi 15 octobre 2019  |  Abidjan.net
CGECI
© Abidjan.net par Marc Innocent
CGECI ACADEMY 2019: ouverture de la 8ème édition du forum
Abidjan le 14 Octobre 2019. Cérémonie d`ouverture de la 8ème édition du Forum de l`Entrepreneuriat, CGECI Academy en présence du Vice-président Daniel Kablan Duncan et du Président Rwandais, Paul Kagamé. Photo : L`éminent professeur de l`IESE de Barcelone et de MDE BS d`Abidjan, Oliver Xavier


L’éminent professeur de l’IESE de Barcelone et de MDE BS d’Abidjan, Oliver Xavier a prononcé une conférence magistrale à la Cgeci Academy sur ‘’La transformation digitale comme accélérateur de l’environnement des affaires ‘’. Abidjan.net, présent à cette conférence de haut niveau, vous livre en intégralité son contenu.



INTRODUCTION



Je ne suis pas né dans un environnement digital. Il y a quelques années, on a entendu parler des “natifs du numérique » comme ceux qui construiraient l’avenir. J’avais l’impression d’être en retard et que je n’arriverai pas à rattraper cette nouvelle génération qui tournait des pages en faisant glisser son doigt sur des tablettes.

Aujourd’hui, j’enseigne la digitalisation à l’IESE Business School à Barcelone d’une part, et d’autre part j’accompagne les sociétés et les institutions dans leur transformation digitale et je n’ai pas eu à renaitre ! J’ai juste appris à sortir de ma zone de confort, à essayer, à me tromper et à continuer d’avancer.

Pourquoi parler de digitalisation dans ce Forum.

Ce matin, je vais vous parler de la digitalisation. Mais pourquoi je vous parle de digitalisation dans ce forum sur l’environnement des affaires ? Lors de la préparation de mon intervention avec les organiseurs, nous nous sommes demandé quelle problématique pouvait connecter les différents panels : fiscalité, financement des PME, Marchés publics, circulation des marchandises, Gouvernance publique, etc. Nous avons découvert que la digitalisation était fondamentale pour tous. Si ces services qu’on vient de mentionner n’intègrent pas la digitalisation, la Côte d’Ivoire reculera dans la course mondiale au développement.

La digitalisation dans les services de l’Etat a commencé

Il existe déjà des actions concrètes en Côte d’Ivoire comme le Système Intégré de Gestion des Impôts (SIGICI), la digitalisation de Caisse National de Prévoyance Sociale, le Tribunal de Commerce d’Abidjan qui publie toutes ses décisions sur son site, et tant d’autres. Cependant le chantier reste immense.

Si le Rwanda est l’invité d’honneur aujourd’hui, représenté par le Président Kagame lui-même et sa délégation, c’est sans doute parce que le Rwanda possède des expériences très intéressantes à partager qui bénéficieront aux deux pays.

Orientation du Forum

Partout dans le monde le danger de ce type de Forums est de devenir un ensemble de billets d’avion, cocktails, diners, discours officiels et rapports qui s’envolent en peu de temps.
J’espère que cette 8 ème édition de la CGECI Academy laissera une empreinte profonde, positive et durable dans la vie des entreprises en Côte d’Ivoire. La responsabilité vous en incombe.

Je ne prétends pas vous donner des solutions, cette conférence a pour but d’inciter une réflexion poussée sur le digital dans l’environnement des affaires et vous encourager à agir.

IMPACT DE LA DIGITALISATION



Le processus de digitalisation est addictif : quand vous commencez, vous ne pouvez pas vous arrêter facilement. Chaque fois que vous abordez un nouveau logiciel ou un nouvel appareil vous en voulez de plus en plus, vous découvrez de nouvelles possibilités et dès que vous vous y mettez, vous devenez un « natif du digital » … Vous apprenez encore et encore. Regardez comment vous utilisez les smartphones. Vous avez commencé par passer des appels et par envoyer des messages, mais à présent ils vous servent pour plusieurs autres choses : trouver votre chemin, connaitre les prévisions météo, chercher un restaurant, recevoir un rappel pour certaines dates - comme la date de votre anniversaire de mariage-, acheter un billet d’avion ou jouer à des jeux.
Aussi le premier message que je souhaite partager avec vous est d’être très optimiste par rapport aux nouvelles technologies, parce nous sommes en train de devenir des natifs du digital sans faire trop d’effort, car tout devient si facile aujourd’hui!

Mais, si vous êtes un fonctionnaire ou un dirigeant d’entreprise : dépêchez- vous ! C’est une course et seuls les pays et les entreprises qui sentiront l’urgence de s’adapter au changement gagneront leur place aux premiers rangs. Vous avez cette responsabilité pour votre pays, vos employés et vos partenaires.

La première étape du processus de digitalisation est de regarder en interne au sein des entreprises et des institutions, mais dans la seconde étape il faut regarder en externe, vers les clients et les administrés.


La première étape concerne l’informatisation et la robotique. Elle permet aux entreprises d’améliorer leur production, de réduire la bureaucratie et de simplifier les procédures, pour produire mieux, à meilleur prix et gagner plus d’argent. Attention, il faut être réaliste : la robotisation, l’informatisation et la simplification requièrent beaucoup de volonté et d’argent. Mais sans ces efforts, le vrai développement et la compétitivité ne pourront être atteints. Les gouvernements ont une très grande responsabilité et un gros travail à faire.

La seconde étape est liée à la vente et à trouver comment être perçu différemment de la concurrence. Et cela on peut le faire finalement à des couts très réduits grâce à l’augmentation incroyable de la densité digitale, c’est-à-dire, du nombre de connexions qu’on a avec les appareils mobiles.

Les smartphones s’imposent dans notre quotidien et dans tous les domaines de notre vie : paiement par Mobile Money, emails, WhatsApp, jeux, réseaux sociaux, etc. En Côte d’Ivoire de plus en plus de transactions sont faite par Mobile Money, et elles concernent aussi bien les chauffeurs de taxi que les planteurs de cacao.

La conséquence, c’est un énorme changement dans le comportement des individus, parce qu’ils peuvent choisir la façon dont ils interagissent, le nombre d’amis qu’ils ont, et la manière dont ils influencent et sont influencés. C’est la vraie amélioration qui affecte bon nombre des pays les plus développés, dans lesquels l’influence des institutions établies a fortement diminué parce que les informations ne sont plus la propriété du gouvernement, des institutions financières ou même des médias traditionnels, mais qu’elles sont auto- générées et que les contenus sont partagés.

J’avais un vignoble de 20 hectares en Catalogne, que j’ai débuté avec deux vins, un blanc et un rouge. Et j’ai été totalement surpris quand mes amis ont commencé à me demander : Est-ce que vous avez lancé quelque chose de nouveau ? Au bout de 25 ans, lorsque j’ai vendu le vignoble, nous avions 9 vins différents. C’est un fort changement d’attitudes : aujourd’hui on veut toujours du nouveau, et cela nécessite une innovation continue.

Pourquoi les entreprises et les États se lancent ils frénétiquement dans la digitalisation ? Parce que c’est un moyen de différentiation et de compétitivité, d’optimisation des ressources, d’augmentation de l’efficacité, de réduction des coûts, d’amélioration des compétences, de simplification de la bureaucratie, d’offres de nouvelles expériences clients. Un levier de croissance. N’est pas ça que vous cherchez ?


Ainsi le second message que je souhaite partager avec vous est d’adhérer au changement. Il faut le découvrir comme un allié et le caresser, l’adopter et le désirer définitivement. Sinon, rien ne va changer. Il faut devenir amoureux du changement vers le digital parce que notre raison n’est pas suffisante pour y arriver vite : il faut y mettre aussi notre cœur.

Exemple de la digitalisation des taxes en Espagne : défis qui ont été surmontés et réussite

Laissez-moi vous parlez de la digitalisation des impôts en Espagne. Avant nous avions le même problème que la Grèce aujourd’hui, les gens ne se sentaient pas obligés de payer leurs impôts. Imaginez-vous le déficit dans les caisses de l’État. L’État dans un premier temps a décidé d’utiliser la manière forte et a menacé tous les contrevenants de très fortes représailles. Les administrés se sont tous rebellés car ils se sentaient manipulés et traités comme des enfants qui se font gronder.

L’État a opéré un changement dans son approche et a mis le client (administrés et sociétés) au centre de la démarche pour comprendre ses attentes et ses obstacles, il a investi dans la technologie pour automatiser les procédures, il a simplifié la bureaucratie et les délais d’attente et enfin il a investi dans la communication pour expliquer aux citoyens à quelles fins les impôts récoltés seraient utilisés. Aujourd’hui c’est un succès car les citoyens sont tous convaincus de la nécessité et de l’obligation de payer leurs impôts. Les seules plaintes concernent le montant à payer…

Et tout ça a été possible parce que l’État a fait preuve de transparence et les administrés ont été traités comme des adultes dans un processus que n’est facile.

Les leçons de cette histoire sont :

1) la digitalisation n’est pas un processus aisé, c’est une grande transformation qu’on doit vivre comme une bataille à gagner et bien sûr les bénéfices sont énormes

2) la digitalisation a réussi parce que l’État a fait preuve de transparence, les administrés ont été traités comme des adultes et mis au centre du processus

3) l’État a investi dans les technologies nécessaires et la formation de ses fonctionnaires.

QUELQUES PILIERS D’UNE DIGITALISATION REUSSIE

Je voudrais vous parler de quatre piliers que je considère importants pour la réussite de la digitalisation.

Passer du moi au toi.

Il ne suffit pas de faire le changement pour être plus performant et gagner davantage. On doit travailler pour porter les administrés dans notre cœur. Si on veut réussir, ce n’est plus MOI l’important mais c’est TOI, VOUS. C’est la centralité des consommateurs ou des administrés qui importe. Si on accorde de la valeur aux consommateurs ou des administrés, on se rendra compte qu’on ne peut pas leur faire attendre de longues queues ou de multiples aller-retours, quand il peut suffire d’un click pour arriver au même résultat. Il est important de traiter les personnes comme des adultes. Un client ou un administré qui se sent manipulé, incompris, traité comme un enfant dans une queue interminable, réagira toujours très mal ou plongera dans l’afro-pessimisme.

Sa réaction sera diamétralement opposée quand il se saura impliqué, respecté et faisant partie du changement, de la solution.

Ainsi par exemple, en Côte d’Ivoire, fin août 2019, 30% des paiements des factures d’électricité ont été réalisés par mobile money ; et pour le paiement des factures d’eau, ce taux était de 60 % !

Ceci change beaucoup la perception que les citoyens ont du service public, n’est pas ?

Transformation des processus

Prenez l’exemple du transport aérien : aujourd’hui le passager fait presque tout lui-même : enregistrement en ligne, carte d’embarquement sur son mobile, impression des étiquettes des bagages, etc. Heureusement les passagers ne sont pas encore tirés au sort pour piloter l’avion !

Ce développement a été possible grâce à l’utilisation de la méthodologie Agile de la gestion des projets, qui permet de faire des petites avancées dans la direction du changement, de tester les résultats avec les consommateurs et de reculer ou d’avancer.

C’est sûr que beaucoup parmi vous, pensez qu’il y a encore beaucoup à faire pour que les aéroports soient meilleurs.
On pourrait imaginer que vous arriviez avec votre valise dotée d’une puce et que vous la déposiez sans autres formalités sur un tapis roulant (sans être obligé de la soulever !!). On peut aussi imaginer une technologie de scanner qui ne vous oblige pas à vous déshabiller. On peut imaginer aussi que vous alliez directement dans l’avion, sans vous arrêter ?

Volonté des dirigeants

Les personnes qui ne se savent pas opérer cette transformation digitale se sentent en danger car elles craignent de perdre du pouvoir puisqu’elles ont peur de sortir de leur zone de confort et cette peur peut ainsi bloquer l’évolution de l’institution à laquelle elles appartiennent de 2, 3 ou 5 ans.

Pendant ce temps d’autres régions, d’autres pays, prendront le devant. Dans le cas d’une entreprise, ces années de retard peuvent signifier tout simplement sa disparition. Souvenez-vous de Kodak.

Éducation/formation

On est toujours tenté de dire aux professeurs : en plus de nous donner des leçons, donnez-nous aussi votre exemple ! A IESE Business School, nous avons étudié l’évolution du digital et nous avons pris des décisions : opter pour la combinaison de profils très créatifs et de profils orientés sur les processus.

Cette formule s’est avérée gagnante : en effet, depuis 5 ans, IESE est classé #1 mondial pour la formation des cadres dirigeants.
Par ailleurs, nous sommes reconnus pour notre approche humaniste des organisations. Dans un monde où la machine remplace l’homme, les organisations ont besoin de dirigeants qui savent ce qu’est un Homme et réussissent à créer toujours des nouveaux environnements motivants. On sait bien que le principal frein est la zone de confort du dirigeant, ce pourquoi notre programme phare en transformation digitale s’adresse à la haute direction.

En Afrique trois Écoles associées bénéficient particulièrement de notre expérience :

1. Lagos Business School au Nigéria.

2. Strathmore Business School au Kenya, que je pense que le Président Kagame doit connaître puisqu’ils ont des programmes au Rwanda.

3. Et MDE Business School en Côte d’Ivoire, que le Président Ouattara et beaucoup de dirigeants ici présents connaissent et qui m’a invité à participer à ce Forum.

Je vous les recommande ;

Suggestions qui peuvent en inspirer d’autres

Un cadre d’échange de haut niveau comme l’est ce forum doit déboucher sur des actions concrètes et quantifiables. J’ose faire 2 suggestions, en espérant que vous étudierez leur pertinence et qu’elles vous inciteront à en imaginer beaucoup d’autres :


1) Un tracking des dossiers de crédit

Compte tenu du nombre de panels dédiés au financement des PME et des Startups, le tracking des dossiers de crédit semble être une problématique majeure. Pourquoi les entreprises ne demandent pas aux banques de mettre en place le tracking de leurs dossiers de crédit comme cela se fait pour les courriers express, le transport maritime ou les achats sur Amazon ? Vous pourriez ainsi suivre en temps réel le parcours de vos dossiers à chaque étape (service commercial, risques, juridique, comité de crédit, etc.) et même recevoir des alertes automatiques. Cela profiterait aussi aux banques pour améliorer leurs processus internes.

2) Investir dans la transparence sur l’effectivité de la digitalisation


La deuxième suggestion est de communiquer de façon transparente sur la mise en place effective du processus de digitalisation des différentes organisations publiques et associations professionnelles de l’environnement des affaires. Il pourrait être envisageable de dégager le financement nécessaire pour :

1. Que dans chaque organisation une personne soit chargée d’évaluer l’avancement du processus de digitalisation tous les mois.

2. Qu’un bureau public-privé se charge de la coordination et consolidation.

3. Que les résultats mensuels soient publiés dans les principaux médias et sur les réseaux sociaux. La périodicité mensuelle ferait sentir qu’il y a une urgence.

4. Qu’éventuellement un journaliste spécialisé dans chacun des principaux organes de communication travaille sur ces questions.
J’ai l’intuition que l’investissement ne sera pas lourd et que le retour sur investissement sera très important.

Deux recommandations

Une recommandation digitale.

Je recommande vivement que chaque panel puisse inclure dans ses conclusions une résolution ayant une dimension digitale.

Dédier plus de temps à penser et moins de temps à faire.

La digitalisation devrait vous faire obtenir le temps que vous n’aviez pas avant.

Il est très important de consacrer ce temps à ce qui fera la différence de vos organisations : changer et innover. Et sans ce temps pour penser vous ne bougerez jamais vite.

Je voulais finir avec deux phrases qui sont maintenant les devises de MDE

Busines School : CONSTRUIRE LE FUTUR. CHANGER LE PRESENT.

Certains d’entre vous connaissent ce restaurant à Vridi, Le Petit Bateau. C’est au restaurant à Vridi, Le Petit Bateau où j’ai pu contribuer à les formuler avec un regard vers l’horizon de la mer et avec une conviction de grande espérance pour la Côte d’Ivoire. N’oubliez pas, soyez pressés, sortez de votre zone de confort, pour changer le présent et construire le futur.
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment