Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Santé
Article
Santé

Côte d’Ivoire: dans la discrétion de jeunes filles victimes d’avortements non médicalisés

Publié le vendredi 8 novembre 2019  |  APA


En Côte d’Ivoire, l’avortement est interdit, cependant plusieurs jeunes filles, confrontées à des grossesses non voulues, s’aventurent dans des avortements non médicalisés, un risque que certaines confient à APA dans l’anonymat évitant d’essuyer des préjugés.

L’avortement, en milieu religieux, est strictement interdit, car considéré comme un crime parce que l’on ôte la vie à un être humain en conception. En outre, la loi ivoirienne ne permet pas l’avortement dans un centre hospitalier, du coup des femmes ne désirant pas une grossesse ne savent à quel saint se vouer.

Interrogées, dans la pure discrétion, de jeunes filles en Côte d’Ivoire confient leurs mésaventures. Des avortements notamment provoqués à travers des pratiques traditionnelles ou l’ingurgitation de décoctions, qui ont failli souvent faucher leur vie.

Se confiant à APA, une aide-soignante raconte avoir pratiqué l’avortement suite à une aventure amoureuse avec un homme. Ce dernier avec qui elle vivait en couple, a lors d’une dispute lâché qu’il ne voulait pas de la grossesse dans ce moment difficile qu’ils traversaient au plan financier.

« Sous l’effet de la colère je me suis rendue au marché voir une vieille femme qui vend des médicaments traditionnels. Elle m’a donné un médicament, et arrivée à la maison je me suis purgée mais rien n’est sorti », dit-elle.

Ne voyant pas de résultat tangible, elle en parle le lendemain à une sœur d’église qui la réconforte selon les Saintes Ecritures (Bible), ce qui l’a amené à vraiment réfléchir. Elle décide alors de faire une échographie et découvre qu’elle était enceinte de jumeaux, mais hélas, ceux-ci sont morts dans son ventre.

« Je devais alors enlever la grossesse. Trois jours après, je me suis mise à saigner abondamment, les saignements ont rempli quatre vases de nuit et j’ai commencé à me sentir faible et je me suis évanouie », rapporte-t-elle.

Son mari, poursuit-elle, a fait appel à une sage-femme. Transportée d’urgence à l’hôpital, les médecins ont fait l’avortement mais à peine réveillé, elle s’est à nouveau évanouie. Et ce, de façon récurrente jusqu’à ce qu’elle se récupère dans la salle de soins, ignorant ce qui s’était passé.

« Aujourd’hui, je regrette fortement tout cela. C’est vrai que Dieu dans sa grâce m’a donné des enfants (trois autres après) mais il m’arrive de penser à cet avortement de ces jumeaux » qui a failli m’expédier dans le giron de la mort, avoue-t-elle.

« Je suis contre l’avortement parce que moi j’ai eu la grâce de m’en sortir mais d’autres ne l’ont pas eu », affirme cette dame qui aujourd’hui a pu avoir trois enfants. Son avortement, assisté par la suite dans un centre hospitalier, l’a mise hors de danger.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), on estime que 22 millions d’avortements sont encore pratiqués chaque année dans de mauvaises conditions de sécurité avec, pour conséquence, une issue fatale pour quelque 47 000 femmes et des invalidités pour 5 millions d’autres.

Dans presque tous les cas, ces décès et ces invalidités auraient pu être évités si ces avortements provoqués avaient été pratiqués dans un cadre légal et dans de bonnes conditions de sécurité, ou si leurs complications avaient été correctement prises en charge, et en amont, si les patientes avaient eu accès à une éducation à la sexualité et à des services de planification familiale, soutient l’OMS.

Celles qui sont le plus en proie, sont les jeunes filles. Plusieurs découvrent le sexe, mais n’ont pas assez de connaissance sur les méthodes de contraception. Plusieurs, engagées dans des relations de façon aveugle sans peser les conséquences, ont dû faire recours à des avortements clandestins.

Natacha, elle, a en classe de troisième dans la localité de Bouaké, la métropole du centre ivoirien, pratiqué l’avortement en allant voir une avorteuse qui lui a donné des produits à avaler et se purger. Suite à un échec, elle a dû faire de « façon clandestine » l’avortement dans une clinique.

Avortement sécurisé

Dans presque tous les pays développés, l’avortement sécurisé est autorisé soit sur demande de la femme, soit pour des raisons d’ordre socio-économique au sens large et les services correspondants sont généralement disponibles et facilement accessibles.

En revanche, dans des pays, l’avortement provoqué est soumis à d’importantes restrictions légales et souvent impossibles à obtenir. Cela est parfois le privilège des gens aisés, les femmes nécessiteuses n’ayant d’autre choix que de s’adresser à des avorteurs qui opèrent dans de mauvaises conditions.

L’OMS a de ce fait élaboré un document intitulé « Avortement sécurisé : directives techniques à l’intervention des systèmes de santé». Dans ce support, l’organisation indique les soins cliniques dispensés aux femmes qui font l’avortement, avant, pendant et après l’acte.

Quand les lois et les politiques autorisent l’avortement dans une large gamme d’indications, l’incidence de l’avortement non sécurisé et la mortalité qui en résulte sont réduits à un minimum, fait observer l’Organisation mondiale de la santé dans l’ouvrage sur l’Avortement sécurisé.

L’avortement est permis pour des raisons sociales ou économiques seulement dans 16 % des pays en développement dans le monde, mais dans 80% des pays développés. Ce qui montre des divergences de point de vue sur le sujet.

Trois avortements provoqués sur quatre dans les pays en développement (à l’exclusion de la Chine) sont pratiqués dans de mauvaises conditions de sécurité avec à la clé une morbidité et une mortalité dont la responsabilité sociale et financière retombe sur le système de santé publique.

Grossesses à risques

Quand le pronostic vital de la femme enceinte est engagé l’on parle de grossesses à risque. Selon le médecin gynécologue obstétricien ivoirien, Philippe Cissé Mourot, soit il y a eu une malformation fœtale grave ou soit il n’y a pas de malformation mais la grossesse a un impact négatif sur la santé de la femme qui décline.

La loi en Côte d’Ivoire autorise une fenêtre qui est l’interruption thérapeutique de grossesse, indique le gynécologue Philippe Cissé Mourot, en poste à l’hôpital de Duekoué, dans l’Ouest ivoirien, tout en soulignant que ce n’est pas une seule personne qui prend cette décision.

Le dossier, dira-t-il, est présenté en Commission pluridisciplinaire (obstétricien, pédiatre, chirurgien, médecin généraliste et des fois des médecins spécialistes selon le cas). Il est discuté sur le fait de savoir s’il est judicieux qu’une femme enceinte pratique une interruption thérapeutique de grossesse.

« Si c’est le cas, en dehors de la démarche que la patiente, le mari ou les parents ont fait, on leur demande avant de commettre le geste de faire une reconnaissance signée pour dire qu’ils ont bel et bien compris les complications liées à la pathologie et mettant en danger la vie de la mère et de la nécessité de faire une interruption thérapeutique de grossesse », mentionne-t-il.

En ce moment, le gynécologue peut provoquer l’accouchement soit par voie basse ou par césarienne selon les circonstances, explique M. Philippe Cissé Mourot, qui se dit personnellement pro-avortement toutefois il devrait avoir un comité d’thétique qui est là pour ça, sinon ça deviendra de l’abus pour toute sorte d’interruption de grossesse.

Pour lui, il faudrait quand même garder une certaine étique que ça soit du côté personnel ou professionnel sinon on va proposer l’avortement contre finance et on va rentrer dans une dérogation qui n’a rien à voir avec ce que la loi veut.

Avortement non médicalisé

Sur le sol ivoirien, l’avortement est interdit, de ce fait il ne peut pas être sécurisé, fait observer le médecin gynécologue Philippe Mourot. Contrairement à certains pays en développement, des pays développés ont légiféré une loi qui autorise l’avortement sécurisé en milieu hospitalier comme en Europe ou aux États-Unis.

En Côte d'Ivoire, lorsque l’avortement est constaté, le corps médical aide la patiente en situation de danger. « Quand on reçoit une patiente qui a fait un avortement, il y a un certain nombre de mesures médicales à prendre pour la maintenir en vie, parce que l’inconvénient est que ça peut entraîner des saignements et des décès », atteste M. Mourot.

Plusieurs questions sont posées pour adresser les soins et assurer la prise en charge médicale ou chirurgicale. Le médecin s’interroge préalablement de savoir si l’avortement est fini ou est en cours, ou s’il est complet ou incomplet aux fins de le compléter en enlevant tout ce qui est fœtus et membranes restants.

Quand c’est un avortement spontané, après trois mois on oriente la patiente vers une consultation spécialisée pour voir s’il n’y a pas une origine qui peut être traitée pour ne pas que ça se répète sur les grossesses ultérieures, note-t-il, avant de rappeler que s’il est provoqué, chercher à savoir pourquoi et prodiguer des mesures de contraception efficaces qui existent.

Contrairement aux agressions physiques ou sexuelles ou le commandant de brigade de la gendarmerie ou le commissaire de police est saisi, l’hôpital n’a pas obligation de déclarer un cas d’avortement après une intervention médicale ou chirurgicale.

Pro-avortement, M. Mourot qui a affirme avoir eu la chance de côtoyer deux univers qui sont totalement différents, notamment l’Europe et l’Afrique, soutient qu’ « il vaut mieux accompagner quelqu’un pour ne pas qu’il fasse des bêtises que de le laisser faire la bêtise et dire de la rattraper ».

Les mentalités en Côte d’Ivoire ne sont pas prêtes pour accepter l’avortement. C’est pourquoi, en termes de prévention, les gens devraient s’approprier le principe de la contraception. La star du reggae, Alpha Blondy a d’ailleurs chanté « abortion is a crime », l’avortement est un crime.

Pour ce gynécologue, il faut des décisions réfléchies sur la contraception car l’on a ces deux versants avant d’arriver à l’avortement. Le corps médial ivoirien devrait prendre part bientôt à un séminaire sur l’avortement sécurisé, selon des sources médicales.

AP/ls/APA
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment