Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Dialogue Etat- Secteur Privé / Réunion du Comité Technique de Concertation (CTC) : « Un montant de 771 milliards FCFA a été payé au Secteur Privé pour la dette intérieur » (Ministre)

Publié le samedi 14 decembre 2019  |  Ministères
Dialogue
© Ministères par DR
Dialogue Etat- Secteur Privé : Réunion du Comité Technique de Concertation (CTC)
Vendredi 13 décembre 2019. Abidjan. Le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly président du CTC a ouvert les travaux de la réunion du Comité Technique de Concertation (CTC) dans le cadre de la relance des activités du dialogue Comité de Concertation Etat-Secteur Privé (CCESP).


Dans le cadre de la relance des activités du dialogue Comité de Concertation Etat-Secteur Privé (CCESP), une réunion du Comité Technique de Concertation (CTC) de ladite structure, s’est tenue, ce vendredi 13 décembre, à la salle de conférence du 20ème étage de l’immeuble Sciam-Plateau.

Ouvrant les travaux de ces assises, le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, par ailleurs, président du CTC, avec à ses côtés son collègue Sidiki Konaté, Ministre de l’artisanat et des PME, a confié qu’en terme de dette intérieure, un montant de 771 milliards a été payé au Secteur Privé, depuis le début de l’année jusqu’à ce jour.

« Nous avons convenu avec le Secteur Privé, de relancer les réunions du Comité Technique de Concertation (CTC). Pour la question de la dette intérieure, nous avons indiqué au Secteur Privé que des efforts importants ont été faits. Depuis le début de l’année jusqu’à maintenant, un montant de 771 milliards a été payé au Secteur Privé en terme de dette intérieur », a révélé le Ministre, précisant que pour la dette flottante (dette comprise entre 1 à 90 jours) des efforts seront également faits pour que cette dette soit traitée dans les délais.

Concernant la dette école, a-t-il poursuivi, le Gouvernement recommande la mise en place d’un groupe qui va relire la constitution qui lie l’Etat aux fondateurs d’école. Ce en vue d’identifier les difficultés rencontrées dans l’application des dispositions cette convention signée en 2011. Non sans souligner que sur les réformes de la fiscalité, le Secteur Privé a salué les initiatives importantes entreprises en engageant le dialogue avec eux.

« La bonne dynamique qui prévaut en ce qui concerne le Partenariat Etat/Secteur Privé et les résultats remarquables que nous avons obtenu sur le climat des affaires ne doivent pas nous faire perdre de vue la nécessité de redoubler d’ardeur tant il est vrai que d’importants défis demeurent pour accroître davantage les performances du Secteur Privé et de notre économie », a exhorté le Ministre Adama Coulibaly.

Ainsi a-t-il invité à maintenir un dialogue franc et constructif à travers le Comité de Concertation Etat/Secteur Privé, afin de renforcer le climat de confiance et consolider l’élan de réformes et d’investissements significatifs grâce à une vision complémentaire Etat Secteur Privé.

Pour sa part, M. Touré Fama, président de la Chambre de Commerce et d’industrie, conduisant la délégation du Secteur Privé, a salué les avancées enregistrées par rapport à leurs préoccupations.

A cette rencontre, trois points étaient inscrits à l’ordre du jour à savoir la revue des recommandations de la Journée nationale du partenariat 2019, la revue de la matrice actualisée des préoccupations et de l’état des diligences ainsi que l’examen du dossier sur les mesures en faveur des PME.

Pour rappel, le Comité Technique de Concertation (CTC), présidé par le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, est composé de 25 membres.

Nous avons convenu avec le secteur de relancer les réunions du comité technique de concertation, nous avons identifier préalablement quelques sujets le premier sujet portait sur les questions de dette, le secteur a émis le vœux de voir la question de la dette intérieur traitée avec beaucoup de diligence, nous leur avons indiqué que les efforts importants ont été faits , depuis le début de l’année jusqu’à maintenant, un montant de 771 milliards qui ont été payé au secteur en terme de dette intérieur.

Nous avons indiqué que des efforts seront faits pour que la dette (dette comprises entre 1 jour et 90 jours) puisse être traité dans les délais ; nous avons eu de la part du secteur privé une compréhension très nette et nous avons évoqué également dette école la question liée au fait que les fondateurs avaient des attentes vis-vis de l’Etat, nous avons demandé à ce niveau qu’un groupe soit constitué pour relire la constitution qui lie l’Etat aux fondateurs d’école pour voir quelles sont les difficultés qui sont rencontrées dans l’application des disposition de cette convention signée en 2011, nous avons évoqué également la question de la réforme fiscalité, le secteur a reconnu que le Gouvernement a entrepris des initiatives importantes en engageant le dialogue avec eux sur beaucoup d’aspect. Nous souhaitons que le dialogue puisse se poursuivre de manière à ce que des réponses puissent être trouvées aux préoccupations du secteur privé qui continue d’être le moteur de la croissance économique, à partir d’aujourd’hui le dialogue est relancé au niveau de cadre de concertation entre l’Etat et le secteur privé

« La bonne dynamique qui prévaut en ce qui concerne le Partenariat Etat/Secteur Privé et les résultats remarquables que nous avons obtenu sur le climat des affaires ne doivent pas nous faire perdre de vue la nécessité de redoubler d’ardeur tant il est vrai que d’importants défis demeurent pour accroître davantage les performances du Secteur Privé et de notre économie », a exhorté le Ministre Adama Coulibaly.

Ainsi a-t-il rappelé, quelques préoccupations soumises par le Secteur Privéprendre note des préoccupations soumises par le Secteur Privé qui portent entre autres sur:

- les questions de fiscalité et de parafiscalité sectorielle;

- la Gestion de la Dette intérieure fournisseurs ;

- la compétitivité des infrastructures portuaires et de certains intrants pour le secteur manufacturier ;

les difficultés liées à l’application des réformes nationales et communautaires
Commentaires
Playlist Economie
Toutes les vidéos Economie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment