Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Phénomène du "départ volontaire et précipité en congé" : un groupe de députés invite les acteurs du secteur de l’éducation à une réflexion

Publié le samedi 14 decembre 2019  |  Abidjan.net
Un
© Autre presse par DR
Un groupe de députés invite les acteurs du secteur de l`éducation à une réflexion
Le mouvement Synergie 2020 ( composé essentiellement de députés ivoiriens) dirigé par le député Kébé Mahamadou était face à la presse ce samedi pour se prononcer sur le phénomène de départ volontaire et précipité en congé mené par certains élèves.


Le mouvement Synergie 2020 ( composé essentiellement de députés ivoiriens) dirigé par le député Kébé Mahamadou était face à la presse ce samedi pour se prononcer sur le phénomène de départ volontaire et précipité en congé mené par certains élèves. Il appelle surtout « l’ensemble des acteurs du secteur éducation et les populations à la réflexion sereine ». Ci-dessous, l’intégralité du son propos liminaire lu par le député Kébé.
Nous assistons depuis quelques jours au phénomène du "départ volontaire et précipité en congé" suscité par les élèves. Ce fait condamnable et déplorable n’est pas nouveau. Sauf que cette année, il a atteint un pique intolérable en occasionnant la mort de trois élèves. Nous nous inclinons respectueusement sur les dépouilles de ces défunts arrachés brutalement à l’affection de leurs parents et disons notre compassion à ceux-ci. Nous condamnons avec la dernière énergie cette façon d’agir d’une frange des élèves.

Toutefois, nous pensons qu’il est temps que tous, élèves, parents et autorités, nous penchions sérieusement sur ce phénomène qui n’est pas nouveau, ainsi nous que le soulignions plus haut. Il connait des proportions dramatiques du fait du développement des moyens de communication et des réseaux sociaux dont se servent les élèves. Il cache, il faut le dénoncer sans langue de bois, d’autres dangers pour l’école tels que la drogue, la prostitution et le banditisme.

C’est pourquoi nous appelons l’ensemble des acteurs du secteur éducation et les populations à la réflexion sereine. En réalité, cette situation malheureuse prend ses sources dans des pratiques tolérées depuis le début des années 2000. Le ver était déjà dans le fruit depuis cette époque avec des velléités de paralysie des établissements scolaires à la veille des vacances de Noel et paques.

Ce préalable posé, nous estimons qu’il nous faut envisager les pistes de solution suivantes :

1- Redynamiser les conseils scolaires. Les mettre en place dès le premier mois de la rentrée afin d’en faire un instrument de communication et de sensibilisation horizontales entre les élèves.

2- Identifier les zones à risque et anticiper sur la prévention du phénomène.

3- Mettre à contribution la police anti-drogue et la brigade des mœurs aux abords des écoles.

Nous encourageons la Ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement technique à poursuivre ses efforts pour une année scolaire plus calme. Nous invitons le président de l’Assemblée nationale à autoriser l’inscription d’une question orale avec débat sur le phénomène au calendrier législatif 2020. Nous prions chaque acteur du système à s’impliquer fermement dans la résorption de ce problème.

Merci

Kébé Mahamadou

Député, président de Synergie 2020
Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment