Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Condamnation à 20 ans de prison, mandat d’arrêt contre Soro, ... : Charles Blé Goudé dénonce un harcèlement judiciaire et lance un appel au dialogue à Ouattara

Publié le vendredi 3 janvier 2020  |  Abidjan.net
Début
© Autre presse par DR
Début du procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devant la CPI
Jeudi 28 Janvier 2016. Pays-Bas (Haye). Le procès de l`ancien président Laurent Gbagbo ouvert cinq ans après la crise post-électorale. Photo: Charles Blé Goudé


« On me condamne par contumace, pourtant je ne suis ni en fuite ni introuvable. Je ne refuse pas de me présenter devant la justice de mon pays. Les autorités de mon pays savent où je suis, puisque je suis devant la Cpi par leur volonté de me voir jugé pour des faits post-électoraux. J’ai été acquitté, la procédure est encore en cours, et à la surprise générale, on me condamne pour les mêmes faits dans mon pays ». Charles Blé Goudé a été, ce vendredi 3 janvier 2020, l’invité Afrique de la rédaction de Radio France internationale (Rfi). Sur les antennes de ce confrère, l’ex-leader de la jeunesse patriotique en Côte d’Ivoire n’a pas eu la langue de bois pour dénoncer les procédures judiciaires engagées contre lui en Côte d’Ivoire et qui se sont soldées par sa condamnation à 20 ans de prison assortie d’un mandat d’arrêt lancé sur l’ensemble du territoire ivoirien. Le dernier ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo, qui comparait devant la Cour pénale internationale comme l’ex-président ivoirien, commente ces décisions et s’offusque d’une instrumentalisation de la justice de son pays. « C’est malheureux pour la Côte d’Ivoire. On distribue des condamnations, des mandats d’arrêt comme si c’était des cadeaux de Noël que le chef de l’Etat ivoirien voulait nous offrir nous autre. Il faut éviter de jouer avec la justice, l’instrumentaliser à des fins politiciennes pour un agenda que tout le monde voit, surtout dans une année électorale comme 2020 ».

Charles Blé Goudé, qui rappelle le ballet des témoins à la Cpi, qui n’ont pu apporter les preuves de sa culpabilité pendant 5 ans de procès jusqu’à son acquittement, s’étonne qu’en moins d’une journée, il ait été jugé et condamné quasiment pour les mêmes faits. « Aucun témoin ne se présente à la barre en Côte d’Ivoire, et on me condamne. Où sont mes victimes qui ont défilé devant la justice. C’est honteux tout çà », s’indigne l’ex-détenu de Scheveningen, qui en interpelle le procureur d’Abidjan et s’insurge contre une instrumentalisation de l’appareil judiciaire qui « ridiculise le pouvoir en place et infantilise la justice ».



Plaidoyer à Ouattara

Pour l’ex-codétenu de Laurent Gbagbo, les procédures engagées en Côte d’Ivoire sont loin d’être une décision de justice. «C’est une décision politique qui revêt un vernis judiciaire. La stratégie du pouvoir est sue de tous : écarter toutes les personnalités politiques en Côte d’Ivoire qui sont des adversaires redoutables pour le pouvoir ». Ce qu’il présente comme des « signes extérieurs d’une fébrilité » du pouvoir. « Tout le monde est traumatisé, tout le monde a peur. Cela ne donne pas confiance pour les mois à venir ».

Blé Goudé saisit les ondes de Rfi pour lancer un appel à des compétitions saines et dans un environnement apaisé au président de la République, Alassane Ouattara. « Cette distribution de condamnations comme de petits bonbons ne rassurent pas. Je voudrais inviter le chef de l’Etat ivoirien à nous rejoindre dans le processus de paix. Il ne faut pas qu’il affiche une fébrilité qui humilie la Côte d’Ivoire. Il faut qu’il accepte que des compétitions aient lieux », indique l’invité de Christophe Boisbouvier, qui s’offusque que celui qui a dénoncé l’instrumentalisation de la justice hier, passe champion aujourd’hui dans l’utilisation de cette même justice pour satisfaire son agenda politique.

Le président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep) lance même un plaidoyer pour l’ouverture d’un dialogue en vue de solder les contentieux de la crise pst-électorale de 2010-2011. « Si tel est que nous cherchons la paix, d’un claquement de doigt, le président Alassane Ouattara a le pouvoir de nous réunir nous tous pour que nous puissions discuter. (…). Si le président Alassane Ouattara veut vraiment discuter, il sait comment nous réunir. Moi, je le supplie, je lui lance cet appel de réunir les acteurs politiques ivoiriens pour vider le dossier post-électoral. Il faut éviter de remuer le couteau dans une plaie à peine cicatrisée ».



Mandat d’arrêt contre Soro



A propos de son avenir politique, Blé Goudé, en résidence sous condition à la Haye, au pays pas, ne veut rien précipiter. Il entend persévérer dans la politique malgré les déboires judiciaires qui semblent l’éloigner de cette trajectoire. « J’ai foi en mes idées, donc, je ne suis pas pressé. Bien contraire, j’ai le temps, beaucoup de temps, et cette condamnation ne m’empêchera pas du tout de continuer sur cette voie que j’ai choisi librement ». Quid de son option pour tous les leaders et émissaires des partis politiques qui ont défilé à la Haye pour le rencontrer en prélude à 2020. « Nous ne sommes pas encore à un stade de soutenir un candidat », tranche-t-il tout court avant de se prononcer sur le mandat d’arrêt international délivré contre son vieux copain et ex-adversaire politique, Guillaume Soro, accusé de tentative de déstabilisation contre le pouvoir. « C’est ce que le gouvernement ivoirien dit, et l’affaire est entre les mains de la justice. Il faut laisser la justice ivoirienne faire son travail », estime Blé Goudé dont Guillaume Soro, candidat déclaré aux élections présidentielles de 2020, est l’un des derniers à lui avoir rendu visite à la Haye.

Que va-t-il faire lui, avec le mandat d’arrêt de la justice ivoirienne qui l’attend au pays ? Le président du Cojep promet de se prononcer dans les toutes prochaines heures. « Je vais m’entretenir avec mes avocats cet après-midi, et dès samedi (demain, ndlr) je ferai une déclaration pour dire au monde entier ce que je compte faire. En attendant, je dénonce cet harcèlement judiciaire ».



F.D.BONY



Condamné à 20 ans de prison, Charles Blé Goudé sur RFI : ``Je supplie le président Ouattara de nous réunir``
Publié le: 3/1/2020  |  Abidjan.net Radio

Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment