Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

2020 / Cérémonie de présentation de voeux du nouvel an: le discours du ministre de l’économie et des finances

Publié le samedi 11 janvier 2020  |  Ministères
Cérémonie
© Ministères par DR
Cérémonie de présentation du nouvel 2020
Vendredi 10 janvier 2010. A l’occasion du nouvel an, une cérémonie de présentation de vœux a eu lieu au ministère de l’économie et des finances.


A l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an qui a eu lieu ce vendredi 10 janvier 2020 au 20e étage de l’immeuble SCIAM –Plateau, le ministre de l’économie et des finances, Adama Coulibaly a fait un bilan de l’année écoulée et dressé les perspectives 2020. Ci-dessous, l’intégralité de son discours.


Mesdames et Messieurs ;

À l’entame de mon intervention, je voudrais vous demander de bien vouloir observer une minute de silence en la mémoire de l’un de mes illustres prédécesseurs, Monsieur DIBY Koffi Charles précédemment Président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel ainsi que pour tous les collaborateurs arrachés à notre affection au cours de l’année 2019.
Je vous remercie.
Mesdames et Messieurs ;
J’ai aussi une pensée pour le Ministre Adama KONE, mon homonyme et mon ami.
Je suis particulièrement heureux de prendre la parole à l’occasion de cette traditionnelle cérémonie de présentation de vœux de l’ensemble du personnel de notre département ministériel pour l’année 2020.
Ma joie est d’autant plus grande que je note, à la suite de Madame le Directeur de Cabinet, une forte présence du personnel du Ministère et des structures rattachées.
Cela traduit, à mon sens, la volonté de tous, d’œuvrer dans une synergie d’actions, à la construction d’une équipe forte et d’un esprit de famille au sein de notre Département ministériel.
Je voudrais donc à ce stade de mon propos, adresser mes sincères remerciements à tout le personnel pour cette mobilisation.
Je voudrais particulièrement saluer et féliciter le Comité d’organisation, avec à sa tête Madame le Directeur de Cabinet, pour les efforts déployés en vue de garantir la réussite de la cérémonie de ce jour.
Madame le Directeur de Cabinet,
Il vous a plu de formuler à mon endroit et à celui de mes proches, les vœux du personnel du Ministère, en des termes dont je mesure la teneur.
Je vous en remercie !

Mesdames et Messieurs,
En retour, je voudrais formuler à l’endroit de chacune et de chacun, mes vœux chaleureux de santé, de succès, de bonheur et de paix.
Que, Dieu le Tout-Puissant, vous accorde les capacités et les aptitudes nécessaires pour exécuter, avec succès, toutes les missions qui sont les vôtres au sein de notre Ministère ainsi que vos projets personnels.

J’associe tout naturellement, à ces vœux, l’ensemble des structures sous-tutelles relativement à la qualité de la collaboration et aux efforts déployés en vue de contribuer à la mise en œuvre de nos missions.
J’adresse enfin mes meilleurs vœux à tous nos partenaires techniques et financiers au regard de l’excellente relation de coopération et de l’accompagnement dont nous bénéficions dans nos différentes initiatives visant à consolider davantage la situation économique et financière de notre pays.

Mesdames et Messieurs,
Comme l’a relevé Madame le Directeur de Cabinet, l’année 2019 a été une année riche en évènements, à plusieurs niveaux, au sein de notre ministère.
En effet, l’année 2019, a été marquée par la nomination à de hautes fonctions, de certains de nos collaborateurs. Je tiens solennellement à les féliciter et à leur exprimer toute ma fierté pour leur promotion.
Je voudrais féliciter les agents qui ont été appelés à faire valoir leurs droits à la retraite, après avoir rendu de bons et loyaux services à l’État. Je leur souhaite de profiter pleinement des fruits de cette nouvelle étape de leurs vies.

Chers Collaborateurs,
Ce moment de présentation des vœux constitue certes une occasion de retrouvailles fraternelles, chaleureuses et conviviales. Il représente aussi et surtout une opportunité privilégiée de faire le bilan de nos activités au cours de la gestion écoulée, et de définir les orientations pour la nouvelle année.

À titre de rappel, il convient de relever que la gestion 2019 est intervenue dans un contexte où le Gouvernement a affiché son ambition de mettre en œuvre une politique sociale hardie en faveur des populations les plus défavorisées, à travers l’adoption du Programme Social du Gouvernement (PSGouv).

Dans un tel contexte, sous l’autorité de SEM Alassane Ouattara, Président de la République et du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Amadou GON Coulibaly, le Ministère a été amené à créer les conditions favorables au développement de l’activité économique et à mobiliser les ressources nécessaires au financement des projets du Gouvernement.

Ainsi, des efforts ont été déployés avec la contribution de tous les acteurs du système financier, pour mobiliser à fin décembre 2019, un montant de 1 486,6 milliards contre un objectif de 1371,5 milliards de francs CFA.
Les conditions favorables ainsi que le niveau des ressources mobilisées sur le marché financier traduisent, si besoin en était encore, la bonne qualité de la signature de l’État et la confiance des investisseurs dans la politique économique et financière du Gouvernement.
Nos services ont également procédé à une coordination diligente des actions et mesures préalables nécessaires au décaissement des appuis mobilisés auprès de nos partenaires techniques et financiers.
L’ensemble de ces ressources a contribué, de façon significative, à financer les priorités du Gouvernement, notamment les investissements publics et le Programme Social du Gouvernement.
Mesdames et Messieurs,
L’exécution du Programme Économique et financier a constitué un pan important des activités du Ministère en 2019.
Le défi majeur était d’assurer la clôture de ce programme conclu en 2016 avec le Fonds Monétaire International et dont la fin était prévue en décembre 2019.
L’engagement de tous les acteurs et la conjugaison des efforts à tous les niveaux nous ont permis de réaliser deux revues concluantes, qui ont conduit au décaissement de 266,2 millions de dollars, soit environ 159,2 milliards de FCFA.
Ces revues ont confirmé les efforts de consolidation de nos finances publiques, avec notamment une analyse de la Viabilité de la Dette publique réalisée par le FMI et qui a conclu à un risque de surendettement modéré de notre pays.
Au regard de ces résultats et dans le souci de poursuivre les efforts en matière de réformes économiques et financières, les autorités ont obtenu l’extension dudit programme sur une période supplémentaire d’une année, soit en fin décembre 2020.
Par ailleurs, afin de permettre au secteur financier de jouer pleinement son rôle de soutien à l’économie, la mise en œuvre de la stratégie de développement du secteur financier, adoptée par le Gouvernement en 2014, s’est poursuivie.
Les résultats concrets obtenus à cet effet sont notamment :
• L’achèvement de l’opérationnalisation de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), qui a effectué ses premières opérations de dépôts et de placements grâce à des fonds transférés par la CNPS ;
• L’élaboration et le début de mise en œuvre d’une stratégie nationale de l’inclusion financière 2019-2024, destinée à saisir toutes les opportunités offertes par la technologie financière ;
• L’opérationnalisation de l’Observatoire National de la Qualité des Services Financiers, avec la mise en place du Conseil de Médiation dont le rôle est de régler tout différend né entre les acteurs des services financiers et leur clientèle ;
• La poursuite de la réforme du secteur bancaire public. À cet effet, le processus de recapitalisation de deux banques, à savoir la Versus Bank et la BNI se déroule bien, leur permettant ainsi de se conformer à la règlementation bancaire en matière de fonds propres minimum.
• La CNCE a été restructurée et s’appelle depuis novembre 2019, la Banque Populaire de Côte d’Ivoire (BPCI). Elle occupe une place dans l’écosystème bancaire du pays.
En outre, je voudrais relever que, face à la défaillance du repreneur privé de la BHCI, des actions nécessaires et urgentes ont été prises pour sauvegarder les intérêts des épargnants et garantir la survie de cette banque.
Les dispositions sont en cours pour assurer le redressement de la BHCI et la rendre conforme à la réglementation bancaire.
Mesdames et Messieurs, chers collaborateurs,

Afin de permettre aux PME de développer leurs activités, l’accent a été mis sur le règlement de la dette intérieure, plus particulièrement de la dette fournisseurs. Ainsi, plus de 913,41 milliards de francs CFA, ont été réglés au profit de 6947 fournisseurs.
Notre Département a, en outre, œuvré à la coordination et à l’exécution des actions relevant de nos compétences au titre des initiatives telles que le Partenariat pour le Gouvernement Ouvert (OGP) et le MCC, qui constituent des indicateurs non moins négligeables, permettant de jauger de l’attractivité d’une économie en vue de mobiliser des ressources auprès de nos partenaires.
Dans cette dynamique, nos efforts ont permis d’assurer la mise en œuvre de l’initiative Compact avec l’Afrique du G20, visant à mobiliser les investissements directs étrangers en provenance des pays du G20 et à destination de l’Afrique.
Je voudrais mentionner particulièrement les retombées du Sommet présidentiel du Compact G20, tenu en novembre 2019, à Berlin. Au cours de ces assises, plusieurs accords ont été conclus en faveur de notre pays, sous le leadership de SEM le Président de la République.

Mesdames et Messieurs,
Ces réalisations ainsi que celles qui n’ont pas été mentionnées ont permis à notre Ministère d’exécuter le Plan d’Actions Prioritaires du Gouvernement en son volet « Economie et Finances » à hauteur de 93%.
Ces performances tangibles ont fortement contribué à maintenir le dynamisme de notre économie, avec un taux de croissance du PIB à fin 2019 qui devrait ressortir à 7,5% contre 7,4% en 2018, dans un contexte de maitrise de l’inflation en dessous de 2%.
Je voudrais, encore une fois, saluer et féliciter tout le personnel qui a su jouer pleinement, à différentes échelles, le rôle qui lui revient afin d’obtenir ces résultats.
Chers collaborateurs,
La gestion 2020 intervient dans un contexte de maintien du dynamisme de l’activité économique, avec un taux de croissance du PIB projeté à 7,3%.
Par ailleurs, cette année marquera, au plan économique, la fin de plusieurs programmes, à savoir le Plan National de Développement 2016-2020, le Programme Social du Gouvernement 2019-2020, et le programme Economique et Financier conclu avec le FMI.
À cet égard, cinq axes prioritaires ont été identifiés autour desquels nos actions devront s’articuler au cours de l’année. Il s’agit de :
1. la clôture harmonieuse du programme économique et financier ;
2. la poursuite de la réforme du secteur financier ;
3. la mobilisation des ressources nécessaires au financement des priorités du Gouvernement ;
4. le renforcement du dialogue avec le secteur privé ;
5. la participation active au renforcement de l’intégration régionale, en matière de politique monétaire.
S’agissant de la clôture harmonieuse du Programme économique et financier, après trois années d’exécution de ce programme, cette année devra permettre de consolider les acquis obtenus. Deux revues seront réalisées à cet effet en vue d’évaluer la bonne exécution des réformes convenues de commun accord.
Nous devons donc nous atteler à l’exécution, dans les délais, des différentes mesures adoptées au titre de ce programme.
Un suivi régulier devra donc être fait pour atteindre des résultats qui rassurent à la fois nos concitoyens ainsi que nos partenaires.
J’engage donc la Direction Générale de l’Économie, avec à sa tête le Directeur Général, à prendre les dispositions nécessaires aux fins de coordonner efficacement les différentes actions, en relation avec les sectoriels.
En ce qui concerne la poursuite de la réforme du secteur financier, les actions à entreprendre devront permettre de mettre en œuvre la stratégie de développement du secteur financier. L’emphase sera mise sur la bonne exécution des plans de réforme des banques publiques.
En outre, il sera impérieux de finaliser les travaux engagés, pour adresser de façon durable et structurée, le financement de l’agriculture afin que nous puissions soumettre des propositions concrètes au Gouvernement.
Un accent sera également mis sur les activités visant la promotion de l’inclusion financière en vue de faire des offres concrètes à nos populations et contribuer à relever le taux d’inclusion financière estimé à 41%, selon les données les plus récentes publiées par Global Findex.
Des études devront être réalisées en vue notamment de conduire certains projets tels que « Abidjan Financial City », qui vise à faire d’Abidjan un Centre Financier Sous-régional.
J’instruis donc les différents responsables de ces questions à prendre les dispositions nécessaires permettant de faire avancer ces dossiers y compris les initiatives entreprises par la CDC.
S’agissant de la mobilisation des ressources, la poursuite de la mise en œuvre du Programme Social du Gouvernement et des grands chantiers prioritaires requiert des financements importants.
C’est pourquoi, nous devons prendre les dispositions nécessaires à la mobilisation, sur les marchés financiers, des ressources nécessaires, conformément à la Stratégie de Gestion de la Dette à Moyen terme (SDMT), afin de garantir la soutenabilité de notre dette publique. Pour rappel le montant à mobiliser en 2020 est de 1494 milliards de francs CFA.
J’engage donc le Trésor Public à élaborer, sous l’impulsion de son Directeur Général, un plan de mobilisation des financements qui s’appuie sur toutes les opportunités offertes par les marchés et conformes aux engagements pris avec nos partenaires techniques et financiers.
Au titre du renforcement du dialogue avec le secteur privé, il s’agira pour nous d’apporter des réponses appropriées aux préoccupations essentielles, en vue de garantir la bonne conduite des activités.
Je demande particulièrement à Mme la Secrétaire Exécutive du Comité de Concertation État-Secteur privé et à son équipe, de nous proposer un programme 2020, permettant de systématiser les rencontres avec le secteur privé en vue de donner des réponses aux préoccupations exprimées.
Quant à la participation active au renforcement de l’intégration régionale, nos actions devront permettre à la Côte d’Ivoire de jouer son rôle de leadership régional, en impulsant la dynamique d’intégration économique et plus particulièrement monétaire.
Ainsi, il nous appartiendra d’exécuter toutes les diligences nécessaires afin de mettre en œuvre la réforme monétaire engagée au plan communautaire.
Enfin, j’invite tous les directeurs généraux ainsi que les animateurs des structures et organes rattachés au Ministère à œuvrer pour l’atteinte des objectifs qui leur sont assignées.
Mesdames et Messieurs,
Comme vous pouvez le noter, nos défis en 2020, sont nombreux. Les relever suppose que nous fassions preuve de professionnalisme tout en promouvant les valeurs d’éthique et de déontologie.

Il faudra surtout faire de l’anticipation notre crédo en vue de répondre efficacement aux attentes relevant de nos différentes compétences.
Chers Collaborateurs,
Pour ma part, je voudrais vous assurer de ma disponibilité à rester à votre écoute, afin d’apporter, au travers d’une démarche inclusive, des solutions aux préoccupations et aux difficultés éventuelles qui seront les vôtres.
C’est sur ces mots que je voudrais clore mon intervention, en vous réitérant mes vœux les meilleurs pour cette nouvelle année.
Bonne et heureuse année 2020 à toutes et à tous !

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Adama COULIBALY
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment