Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Koun-Fao (Est): le gouvernement invite la population à mettre fin au trafic de l’anacarde vers le Ghana

Publié le vendredi 31 janvier 2020  |  Abidjan.net
Campagne
© Abidjan.net par JOB
Campagne de sensibilisation pour mettre fin au trafic de l`anacarde vers le Ghana
En prélude de l’ouverture de la campagne de l’anacarde 2020, le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani qui conduit depuis jeudi une mission de haut niveau dans l’Indénié Djuablin, le Gontougo et le Bounkani a appelé à Agnibilékrou et Koun-Fao, les populations à mettre un terme au trafic du produit vers le Ghana voisin.


En prélude de l’ouverture de la campagne de l’anacarde 2020, le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani qui conduit depuis jeudi une mission de haut niveau dans l’Indénié Djuablin, le Gontougo et le Bounkani a appelé à Agnibilékrou et Koun-Fao, les populations à mettre un terme au trafic du produit vers le Ghana voisin.

Cette pratique qui gagne du terrain dans ces zones du fait des liens coutumiers et de la différence de prix, cause des préjudices énormes à l’économie ivoirienne.

Selon le ministre Adjoumani, le fléau a fait perdre à la région de Bondoukou sa place de leader dans la production de l’anacarde. Il a précisé que la production de la noix de cajou de la région a régressé de 103.000 tonnes en 2015 à 17.000 tonnes en 2019, soit plus de 80.000 tonnes qui sortent du territoire ivoirien. Et pourtant, les plantations d’anacarde et les investissements dans les parcelles ne font que s’accroitre dans la zone.

A Agnibilékrou, le volume de production a chuté de 10.800 tonnes à 1.800 tonnes actuellement, soit près de 9.000 tonnes commercialisées hors de la Côte d’Ivoire. Tous ces produits qui quittent le territoire ivoirien sont de très bonne qualité, a regretté M. Adjoumani.

Poursuivant son argumentation, le ministre a révélé que le Ghana qui avait une production totale de 70.000 tonnes a progressé à cause du fléau à 330.000 tonnes. De même le port de Tema est devenu la deuxième infrastructure d’importation de la noix de cajou.

Face à la situation, le ministre a appelé les producteurs à un sursaut national pour sauver la filière, préconisant la vigilance à tous les niveaux de la chaîne de commercialisation. A l’endroit des fraudeurs, il a prévenu que la loi sera appliquée dans toute sa rigueur.

« La loi sera appliquée sur toute la chaîne. Eviter de vendre cette noix dont le souci est de favoriser la richesse ailleurs », a averti le premier responsable du département de l’Agriculture ivoirienne.

Des opérateurs économiques et des industriels ont appelé le gouvernement à trouver une situation à cette pratique qui entrave gravement à la survie de leurs activités. La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de l’anacarde avec plus de 800.000 tonnes.

Job
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment