Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Plaidoyer pour une meilleure gestion de la filière anarde

Publié le lundi 3 fevrier 2020  |  AIP


Tanda- Les acteurs de la filière de la noix de cajou de Tanda ont, en prélude au lancement officiel de la campagne de commercialisation 2020 de la filière anacarde, plaidé auprès du ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani pour une meilleure gestion de la filière afin de se prémunir contre la fuite de ses produits vers les pays limitrophes.

Le premier adjoint au maire de la commune, Ouattara Amadou, a expliqué samedi qu'il s'agit de mettre fin à plus de 100 000 tonnes de la production régionale, frauduleusement exportées vers les pays limitrophes, " causant ainsi d'énormes préjudices à notre économie " . Il a invité l'ensemble des acteurs à se joindre au ministre Adjoumani et au gouvernement pour la valorisation du prix et des mécanismes mis en place, en vue d' une meilleure campagne 2020.

Le prince d'Amanvie Nanan Kobenan a, au nom des chefs du département de Tanda, insisté pour sa part sur l'importance de la noix de cajou, estimant qu'elle constitue la première source de revenus des populations rurales. Il a exhorté le gouvernement et le président de la République, Alassane Ouattara a plus de largesses envers les populations afin qu'elles puissent vivre du fruit de leur labeur.

Le porte-parole des producteurs et des coopératives, Adingra Kobenan Kouman, a demandé à l'émissaire du gouvernement de barrer la route aux acheteurs illégaux en veillant à ce que la différence du prix bord-champ fixé ne soit pas trop élevé d'une part et d'autre part, à démarrer la campagne un peu plus tôt de sorte à récupérer les premières productions qui sont de biens meilleurs qualités.

Pour le ministre Adjoumani, ce fléau qui fait perdre à la région de Bondoukou des usines de transformation, sa place de leader dans la production de l’anacarde d'un côté, et à l'Etat, la baisse de ses produits à l'exportation, doit être corrigé. Il a invité les acteurs de la filière, à un sursaut national pour sauver la filière, préconisant la vigilance à tous les niveaux de la chaîne de commercialisation.

La Côte d’Ivoire demeure premier producteur mondial de l’anacarde avec plus de 750.000 tonnes.


si/gak/fmo
Commentaires
Playlist Economie
Toutes les vidéos Economie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment