Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

La Côte d’Ivoire suspend de nouveaux achats de fèves de cacao par Cargill et Barry Callebaut

Publié le mercredi 1 avril 2020  |  Abidjan.net
JNCC
© Présidence par DR
JNCC 2015: le Président de la République SEM Alassane Ouattara, visite le stand du CNS
Jeudi 1er octobre 2015. Fondation Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro. Le Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM. Alassane Ouattara a présidé, la cérémonie d’ouverture de la 2ème  édition des Journées Nationales du Cacao et du Chocolat (JNCC 2015), Dans ce cadre, le Chef de l’Etat a visité, le stand du Comité National de Surveillance des Actions de lutte contre le Travail, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS) présidé par la Première Dame Dominique Ouattara.


Selon un article de l’Agence Reuters paru hier mardi 31 mars 2020, le conseil du cacao-café de la Côte d’Ivoire a temporairement suspendu Cargill CARGIL.UL, Barry Callebaut BARN.S et d’autres exportateurs de cacao, d’acheter de nouvelles fèves, a-t-il déclaré mardi, affirmant qu’ils avaient déjà dépassé la limite de leurs achats contractuels pour la récolte principale.

Le Directeur Général du Conseil cafe-cacao (CCC), Yves Brahima Kone, a déclaré aux journalistes que le conseil avait agi parce que les achats de ces multinationales avaient dépassé le volume de leurs contrats d’exportation de plus de 10%, et qu’ils seraient tenus de revendre leurs excédents.

Les transformateurs et exportateurs nationaux ivoiriens, du plus grand producteur mondial de cacao, ont déclaré qu’ils risquaient de faire défaut car ils ne pouvaient pas concurrencer les prix plus élevés que les multinationales paient pour les fèves, notamment en raison du fait qu’ils ne bénéficient pas de la part des chocolatiers de primes de certification contrairement aux exportateurs internationaux.

"Ils doivent vendre leurs surplus à ceux qui en ont besoin", a déclaré Koné.

Koné a déclaré que la suspension s’appliquait également à d’autres exportateurs en plus de Cargill et Barry Callebaut qui avaient dépassé leurs quotas, sans préciser ni les noms de ces exportateurs ni la durée des suspensions.

Une porte-parole de Cargill a déclaré que ses usines continuaient de recevoir des fèves. La société a déclaré en février qu’elle se conformait à toutes les réglementations de la CCC concernant le volume physique.

Barry Callebaut n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les exportateurs multinationaux de cacao ont convenu fin février de revendre à leurs homologues nationaux 60 000 des 150 000 tonnes dont les entreprises ivoiriennes avaient besoin pour éviter les défauts de paiement, mais aucun accord n’a été conclu sur les ventes supplémentaires.

La CCC a également annoncé mardi qu’elle garantirait aux agriculteurs 825 francs CFA (1,40 $) le kilogramme pendant la récolte intermédiaire de cacao, qui commence le 1er avril et se termine le 30 septembre.

La récolte intermédiaire représente environ 30% de la production nationale, qui est estimée à 2,2 millions de tonnes, soit environ 40% de la production mondiale.

Selon les exportateurs et les compteurs de cabosses, cette année, la récolte intermédiaire en Côte d’Ivoire sera mauvaise en raison des conditions météorologiques sèches que le pays connaît depuis décembre.

Ils estiment la production à 350 000 à 400 000 tonnes cette année, contre 520 000 tonnes en 2019.

R. K avec Reuters
Commentaires
Playlist Economie
Toutes les vidéos Economie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment