Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

COVID-19 : Port du masque sous le menton, Une mode fantaisiste à combattre

Publié le lundi 27 avril 2020  |  Le Nouveau Réveil
Lutte
© Abidjan.net par Lobatchevski
Lutte contre le coronavirus : les autorités municipales de Port-Bouët exigent le port de masques et gangs pour l`accès aux marchés
Abidjan le 23 Mars 2020. Dans la continuité de l`application des mesures prises par le gouvernement pour faire face à la pandémie de la maladie à coronavirus, les élus locaux ont pris plusieurs dispositions. A Port-Bouët, outres les mesures dans le secteur du transport et les lieux de culte, les autorités ont posé un autre acte fort ce lundi en exigeant le port de masques et gangs pour l`accès aux marchés.


Les autorités qui ont imposé le port du masque ne sont pas au bout de leur peine. Alors même que la sensibilisation peine à faire plier tout le monde à porter le masque, ceux qui se sont enfin décidés à le faire, adoptent, pour beaucoup, une certaine fantaisie qui emmène l’observateur à s’indigner et à penser : autant ne pas en porter. En effet, force est de constater que beaucoup de personnes, munies de leur masque, préfèrent le porter sous le menton que sur la bouche et le nez. Ainsi, elles s’exposent à une éventuelle contamination au lieu de l’éviter. Ces personnes se rencontrent un peu partout, dans les rues, les transports en commun (surtout les chauffeurs), les marchés, les gares routières et même parfois à plusieurs dans des véhicules personnels, l’on s’aperçoit que des occupants du véhicule sont sans masque ou ont le masque plié sous le menton. Face à cette situation de sabotage des résultats escomptés, les autorités doivent veiller à trouver d’autres mesures. Par exemple, il y a lieu d’initier d’autres campagnes publicitaires : affichage, télé, radio, internet… avec des messages du genre : "Tu portes mal le masque, tu es un "gaou", "tu portes mal le masque, tu es un "gnata". Pour ne pas être perçu comme telles, les populations qui s’adonnent à ce genre de pratique cesseront sans doute. Des leaders d’opinion, des artistes et des comédiens bien connus en Côte d’Ivoire pourraient être également mis en mission à cet effet.

D.S
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment