Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Un projet coréen pour l’autonomisation d’un millier de jeunes vulnérables à Abengourou

Publié le vendredi 26 juin 2020  |  AIP


Abengourou– Un millier de jeunes vulnérables du département d'Abengourou vont bénéficier d'un projet d'autonomisation, financé par l’Agence coréenne de coopération internationale dans l'Indenié-Djuablin.

Le lancement officiel du projet, dénommé "Koïca out of school youth empowerment project in Côte d’Ivoire", a eu lieu vendredi à Abengourou, en présence de tous les acteurs et du corps préfectoral.

S’étendant sur une durée de 35 mois (février 2020 à décembre 2022), ce projet sera implémenté par l’ONG internationale « Save The Children » dans 40 localités des régions de l’Indénié-Djuablin et du Moronou.

Il concerne au total 2000 jeunes de 14 à 24 ans, dont 1000 filles, privés de la possibilité d’aller à l'école en raison de la pauvreté.

Koïca out of school youth empowerment project cible également les jeunes non scolarisés ou déscolarisés, les non-employés, sans formation et sans stage.

Les jeunes analphabètes ou ayant de faibles capacités en alphabétisation avec une priorité aux jeunes filles et aux jeunes mères ayant des difficultés d’accès à la formation et à l’éducation, sont également concernés par le projet qui vise à accroitre les possibilités d’emploi pour les jeunes vulnérables de 14 à 24 ans, à améliorer leur capacité à trouver du travail, accroitre les options des moyens de subsistances viables, et à améliorer la capacité des parents et communautés à soutenir les jeunes filles en particulier.

Le chef du bureau Save The Children à Abengourou, Digbeu Marie Fidèle, a indiqué, lors du lancement du projet, qu’il s’agit de la sélection des jeunes, suivie d’une série de formations sur l’entrepreneuriat en vue de les amener à prendre confiance en eux, de savoir qu’ils ont des talents et des potentialités, et surtout de les encourager à monter un certain nombre d’affaires.

"Nous aurons également des jeunes qui feront l’apprentissage avec les maîtres artisans de la Chambre nationale des métiers", a ajouté le chef de bureau qui a demandé aux jeunes de profiter des avantages du projet Koïca pour être leur propre employeur.

Digbeu Marie Fidèle a fait savoir qu’à la fin du projet, l’ONG Save The Children, en synergie avec l’Agence emploi jeune et toutes les structures qui sont dans le domaine de la relance de l’économie des jeunes, permettront aux jeunes de bénéficier des financements mis à disposition par l'État pour avoir un fonds d’affaires.

nam/kp
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment