Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

COVID-19/ Une politique de communication efficace et efficiente : félicitation, monsieur le Ministre !

Publié le jeudi 27 aout 2020  |  Ministères
Sidi
© CICG-Côte d’Ivoire par DR
Sidi Tiémoko Touré, ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement


La maladie à coronavirus continue sa chevauchée, causant des morts par cascade à travers le monde. Dès les premiers cas, le gouvernement ivoirien a pris des dispositions drastiques, notamment un plan de communication, pour parer au plus pressé. Si, dès les premiers cas de cette crise, il y a eu l’effet d’une surprise, l’on peut se féliciter des résultats obtenus sur la durée.

En effet, des dispositions sanitaires et sécuritaires prises ont permis de lutter efficacement contre le virus ; le tout accompagné par une stratégie de communication qui a permis de sensibiliser les masses en vue de faire prendre la nette conscience de la gravité de la pandémie. Ainsi, « de mars à la date du 19 juillet 2020, de nombreux acquis ont été enregistrés » s’est félicité le Ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré, lors de son passage au point de presse du gouvernement. Des encarts de presse, des spots télé & radio, des points de presse quotidiens (devenus hebdomadaires), en passant par des affiches grands formats à des endroits stratégiques de la ville et de certaines de nos contrées les plus reculées, ont constitué le menu de cette politique communicationnelle du gouvernement pilotée des mains de maître par le Ministre Sidi Touré, par ailleurs porte-parole du gouvernement.

Rappelons que ces résultats découlent d’une politique de communication bien huilée incrustée dans un plan de riposte articulé autour de huit (08) grands axes stratégiques. L’objectif visé, mieux sensibiliser les populations pour un changement de mentalité et de comportement, également lutter efficacement contre ce virus.
Dans une telle approche, le Ministre a construit sa stratégie autour de trois piliers essentiels : La communication pour le changement de comportement, la communication pour l’engagement communautaire et la mobilisation sociale. Pour accompagner sa vision, le Ministre a sollicité l’appui des médias à l’effet de porter le message du gouvernement. A sa demande, de nouvelles rubriques de communication de masse ont été créées. Dans cette même dynamique, il a été demandé d’initier des temps d’échanges et faire accentuer l’information de proximité de façon à mieux faire prendre conscience aux populations encore sceptiques, de l’existence réelle de cette pandémie et de ses méfaits dans le monde ; leur expliquer en des termes bien choisis, qu’il ne s’agit pas uniquement d’une maladie réservée aux personnes de haut rang socio-professionnel. Il a engagé les acteurs des médias à mettre un point d’honneur sur le port du cache-nez, notamment en relayant son utilité, mais également son devenir, car, malheureusement, des masques usagés jetés dans la rue sont reconditionnés par des commerçants véreux.

Grâce à toutes ces actions de communication, des acquis ont été relevés, entre autres, le faible taux de létalité qui se situe plus ou moins à 1% des cas positifs enregistrés, le fort taux de guérison. Tous ces résultats témoignent de la bonne articulation de la politique de communication du gouvernement. Ne dit-on pas que communiquer c’est établir une relation ou une liaison avec autrui et lui transférer, partager ou diffuser des informations à travers la linguistique. Mieux, la communication n’est-elle un art. Ainsi donc, si parler est un besoin, communiquer est une nécessité, voire une pratique qui demande de la dextérité, une stratégie de communication est donc un gage pour son but. Et les résultats déjà obtenus plaident en faveur du Ministre.

Si dès le départ la prise de conscience n’était pas pleine, les dernières données indiquent que les Ivoiriens ont pris la pleine mesure de l’existence du virus parmi nous et cela est à mettre à l’actif du porte-parolat à travers des campagnes de communication tous azimuts, notamment des actions de communications médias et hors média. « (…) Accentuer l’information de proximité de façon à mieux faire prendre conscience aux populations encore sceptiques de l’existence réelle de la pandémie et de ses méfaits dans le monde », semble avoir été la consigne miracle.
Rappelons-le, la communication a ceci d’extraordinaire, elle permet de mettre en lumière toute œuvre humaine. Communiquer a l’avantage de soustraire le vraie de l’ivraie, dit-on. Egalement, communiquer à l’avantage d’informer, car la population a besoin de savoir ce qui se passe dans son environnement immédiat, voire lointain. D’ailleurs, une bonne information a comme impact direct une augmentation du niveau d’engagement et de connaissance de la communauté. Dans sa croisade contre la pandémie, le ministre a décidé de s’approprier cette philosophie humaine. Ainsi, à force de communiquer, la psychose née des fake news ou infox a laissé peu à peu la place à une espérance en la vie.

En temps de crise sanitaire, il est plus qu’impérieux de communiquer, cela participe à la sensibilisation des masses, car il est de notoriété qu’une connaissance maladroite ou erronée d’une situation peut amener à l’usage de méthodes non adaptées et peu conventionnelles. Nous avons assisté à un cas, celui des feuilles de NEEM communément l’arbre pharmacien, que certains ont présenté comme le remède miracle contre la COVID-19. Ce fut également le cas de l’alcool frelatée « koutoukou/gbêlê » que d’aucuns ont malheureusement présenté comme un antidote contre le virus. Pour éviter de telles déconvenues dans la gestion de la crise sanitaire liée à la COVID-19, la matrice d’actions du gouvernement a permis à chacun d’être informé et mieux formé au quotidien. Les gestes barrières largement diffusées, à l’échelle nationale, dans plusieurs langues, via des canaux connaissent un effet placébo auprès des populations.

Le point de presse du gouvernement, l’une des innovations en la matière, s’inscrit dans cette dynamique de communication réussie. Cette tribune de communication et de sensibilisation par excellence, est l’expression achevée d’une communication de proximité. Nous pouvons affirmer que les différents points de presse organisés jusque-là ont été de véritables séances de cours magistraux ; nos autorités (ministérielles, municipales, religieuses) profitent de cette lucarne pour expliquer des politiques d’entraide ou d’assistance et sensibiliser les masses sur les mesures à observer, chaque fois que l’occasion leur est donnée. Cette politique traduit la volonté du Ministre de la Communication et des Médias, par ailleurs porte-parole du gouvernement, à communiquer sans relâche.

Cette tribune, à en croire certaines indiscrétions, a fini par convaincre l’ensemble des Ivoiriens sur la volonté des autorités à bouter hors du pays ce vilain virus. Par la constance et le contenu des thématiques quotidiennes, ce rendez-vous du gouvernement est devenu le centre d’intérêt des téléspectateurs. Plus qu’un témoignage, c’est un ensemble de crédit à mettre à l’actif d’une politique de communication bien agencée par le premier responsable de la communication gouvernementale.

« Aujourd’hui, nous sommes dans une situation d’exception qui nous engage beaucoup plus au respect de notre code de déontologie professionnelle. Aussi, j’invite véritablement les uns et les autres à continuer à respecter leur ligne éditoriale, mais cela dans le format du code de déontologie pour que nous puissions acter, non pas comme des journaux bleu, vert, orange, mais comme des journaux républicains qui puissent continuer à donner la bonne information pour sauver notre nation », a plaidé le ministre Sidi Touré, lors de son passage à cette tribune de presse aux premières heures de la pandémie. Cet appel semble avoir eu des échos positifs auprès des acteurs des médias. Nous assistons depuis lors, à une presse solidaire, voire républicaine, dans le cadre de la lutte contre la COVID-19. Quoique contradictoire, cette presse plurielle avec des acteurs de divers horizons, tous contribuent à porter très loin les messages de communication et de sensibilisation du gouvernement.

On ne le dira jamais assez, cette tribune des points de point fait du bien à la population. C’est la tribune par excellence de la bonne information, l’information vraie et vérifiée. Le commissaire principal Bleu Charlemagne et Dr Kouassi font la fierté de cette tribune. A travers leurs différentes intervention, les populations ont les points quotidiens des mesures sécuritaires et sanitaires. Au cours des échanges avec la presse, cette tribune permet aux journalistes de creuser davantage certaines informations pour le bonheur des populations. Cette expérience réussie, le ministre a bien voulue la partager avec certaines communes du grand Abidjan. Désormais ceux des communes de l’intérieur du pays viennent partager leurs expériences en la matière avec les téléspectateurs.

D’aucuns diront que c’est normal, que le ministre ne fait rien d’extraordinaire. Qu’à cela ne tienne ! Mais à y voir de près, il y a du travail qui a été abattu. L’allègement des mesures barrières tiennent lieu des actions de communication réussies dont il en est le maître d’orchestre.

Chapeau bas, monsieur le ministre.
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment