Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Blé Guirao, secrétaire général de l’Udpci : « La communauté internationale va jouer son rôle mais nous, nous sommes déterminés »

Publié le vendredi 16 octobre 2020  |  Le Nouveau Réveil
Jean
© Autre presse par DR
Jean Blé Guirao ,Vice-Président de l’Union pour la Démocratie et la Paix en Côte d’Ivoire (Udpci, proche du pouvoir).


Le mot d’ordre de désobéissance civile lancé par l’opposition est entré dans sa phase active. Dans cet entretien, Blé Guirao, secrétaire général de l’Udpci, demande aux populations de faire exécuter ce mot d’ordre comme le prescrit la constitution.

Monsieur le secrétaire général de l’Udpci, dites-nous à quel niveau se situe, aujourd’hui, la lutte.

Au sortir de la rencontre des présidents chez le Président Bédié, vous avez écouté la déclaration du président Affi N’guessan, président de l’Afd, président de la Coalition de l’opposition qui comprend cette plateforme et deux partis politiques. Il a lancé un mot d’ordre de désobéissance civile par rapport à des points essentiels. Je voudrais vous dire que c’est un regroupement de partis politiques qui œuvre pour la paix. C’est parce que nous voulons la paix dans ce pays que nous anticipons sur les problèmes à venir. C’est pour cela que le mot d’ordre de désobéissance civile, les gens ont l’impression que cela n’a pas encore commencé, mais nous voulons donner une chance à la paix. Je vous informe qu’à partir de maintenant, le mot d’ordre est effectif. Il est demandé à tous nos militants, dans tous les hameaux, d’appliquer le mot d’ordre intégralement. Et ce mot d’ordre, c’est de faire en sorte, comme l’a dit le président Affi, que l’opération de distribution des cartes d’électeurs n’ait pas lieu. Parce que pour aller voter, il faut avoir la carte d’électeur. On dira qu’ils vont voter avec la carte d’identité ou les récépissés, cela n’est pas notre problème mais il faut empêcher par tous les moyens. La campagne va commencer, nous avons dit qu’il faut reporter les élections pour donner une chance à la paix. Faire en sorte que nous ayons une Commission électorale indépendante(CEI) consensuelle, faire en sorte que nous ayons un Conseil constitutionnel impartial, faire en sorte que le président Ouattara retire sa candidature. Parce qu’on peut reporter mais attention quand on reporte, le président Ouattara ne doit pas être candidat parce que sa candidature est anticonstitutionnelle. Donc nous sommes à l’heure du combat et le mot d’ordre passe maintenant dans sa phase d’application effective. Les militants l’ont compris. Regardez dans les heures qui suivent, vous verrez que les militants de l’opposition qui ont montré leur détermination lors du meeting de l’opposition du 10 octobre dernier au stade Houphouët-Boigny, ne sont pas prêts à reculer et nous allons aboutir à la victoire.

A l’état actuel des choses, est-il encore possible de bloquer le processus électoral?

Si nous sommes incapables de bloquer le processus électoral, c’est que nous sommes en déphasage avec le mot d’ordre que nous avons lancé. Les leaders ont lancé un mot d’ordre clair et ce mot d’ordre doit être appliqué intégralement et totalement. Cela veut clairement dire que dès cet instant et ce, jusqu’à dimanche, un communiqué doit sortir pour dire que les élections en Côte d’Ivoire sont reportées à une date ultérieure.

La coalition œuvre pour la paix, vous l’avez dit, est-ce que vous pensez que cette paix est encore possible ?

Nous sommes dans le pays du président Houphouët-Boigny qui a dit que pour la paix, aucun effort ne peut être négligé et c’est pour cela que vous avez vu nos leaders aller dans tous les sens pour que cette paix-là soit effective. Vous avez aussi vu que le mot d’ordre qui est lancé est un mot d’ordre de de désobéissance civile mais qui a pour ambition qu’on gagne la paix. C’est pour cela que vous ne verrez pas nos militants attaquer les militants du Rhdp. C’est pourquoi vous ne verrez pas nos militants s’en prendre aux forces de l’ordre. Mais attention ! C’est écrit dans les lois de la physique « la force de l’action appelle celle de la réaction ».


Le mot d’ordre de désobéissance civile a été lancé et entre dans une autre phase mais en face, on a l’impression que le président Ouattara semble être sourd à tout ce qui se fait. Il avance et tout est prêt pour lancer la campagne, on dira même qu’il s’en fout de l’opposition ?

Il est écrit que Jupiter rend fou celui qu’il veut faire perdre. Les gens ont l’impression que nous sommes une minorité ; donc ils s’en foutent de la main tendue de nos leaders. Parce que c’est une main tendue à ce que la Côte d’Ivoire ne tombe pas dans la crise de 2010-2011, mais les gens sont sourds. Je voudrais donc dire qu’il n’y a pas plus sourd que celui qui veut tomber. Nous n’avons pas le choix, nous voulons que la Côte d’Ivoire soit une Côte d’Ivoire de paix, on ne peut nous obliger à aller dans un autre sens. Nous voulons la paix et c’est pour cette paix-là que nos militants ont décidé d’appliquer intégralement et totalement le mot d’ordre. Et ce n’est pas un débat, il n’y a pas de demi-mesure. C’est un mot d’ordre.

Nous avons donné des éléments et je vous donne un exemple simple. Au Burkina Faso, les gens ont dit qu’il y avait des doutes sur la liste électorale. Mais le président de la République a demandé que l’on fasse l’audit de cette liste électorale. On nous a dit qu’en Côte d’Ivoire, il ya le système de parrainage pour être candidat. Nous, au niveau de la plateforme Arc en ciel, on nous dit que certains de nos parrains avaient parrainé deux candidats mais quand nous avons demandé à avoir les preuves de ce double parrainage, ils ont été incapables de nous donner, de façon concrète, les preuves de ce double parrainage. Il y a tellement de flou sur cette question que nous disons que le Conseil constitutionnel n’a pas joué son rôle, que la Cei n’a pas joué son rôle. Récemment, nous avons vu que Marie Louise Asseu qui est décédée, il y a de cela quelques années, est sur la liste électorale dont la carte d’électeur a été imprimée. Il y a beaucoup de cas comme cela, même avec des enfants sur cette liste électorale. Donc nous ne pouvons pas accepter cela. Et ce n’est pas pour ce pays-là qu’Houphouët-Boigny et nos aînés ont fait ces efforts. Nous voulons un pays de paix et c’est pour cette paix-là que nous sommes prêts, comme l’a dit le ministre Amon Tanoh, à mourir, pour que cette Côte d’Ivoire reste dans la paix.

Des actions au niveau international ont été entamées pour ramener le dialogue en Côte d’Ivoire. Il ya eu une mission de la Cedeao, de l’Union Africaine, une mission conjointe de l’UA et de la Cedeao, et une mission des Chefs d’Etat de la Cedeao et l’Union Africaine qui sont annoncés les jours à venir à Abidjan. Pensez-vous que ce ballet diplomatique pourra faire plier Alassane Ouattara ?

Si malgré toutes ces actions diplomatiques, la situation semble ne pas bouger, c’est de la faute du Rhdp et son président. Demandez au Rhdp et son président pourquoi, ils restent insensibles à toutes ces médiations et à tout ce qui se passe autour d’eux. Les populations ne sont pas contentes et ils voient cela. La communauté internationale qui a failli être induite en erreur a compris aujourd’hui que le président Ouattara et son équipe ont fait du faux. Donc la communauté internationale a demandé à ce que l’on revoie le problème de la Côte d’Ivoire car la Côte d’Ivoire est un pays central. Une crise en Côte d’Ivoire va avoir une répercussion terrible sur toute la sous région, mais il ne veut pas s’arrêter. De toutes les manières, chacun va assumer ses actes et l’histoire jugera.

Avez-vous espoir que cette mission des Chefs d’Etat qui est annoncée portera des fruits ?

Nous, nous avons foi en nos militants de l’opposition. Aujourd’hui, nous sommes sept plateformes et deux partis politiques. Samedi dernier, malgré les entraves, les attaques de microbes, les empêchements des forces de l’ordre, les gens ont bravé tous ces obstacles pour être au stade. Nous ne leur avons pas distribué de l’argent et des boîtes de sardine mais les militants étaient présents au stade. J’ai foi car partout où nous passons, les militants sont déterminés. La communauté internationale va jouer son rôle, mais elle ne pourra jouer ce rôle que si nous, les Ivoiriens qu’elle vient aider, nous ne sommes pas déterminés. Pour cela, j’ai foi aux militants de l’opposition.


Quel est votre appel à l’endroit des militants ?

Je voudrais dire aux militants que nous avons un seul pays qui s’appelle la Côte d’Ivoire. Et nous devons nous mobiliser pour qu’il soit dans la paix. Je vois des gens qui sont amnésiques et qui disent que l’opposition est dans la violence. Alors que dans ce pays, nous tous savons qui a dit qu’il rendrait ce pays ingouvernable, qui a dit dans ce pays qu’il frappera le pouvoir et que ce pouvoir tombera. Donc il ne faut pas que les gens soit subitement et totalement amnésiques alors que ce pays a une histoire et chaque peuple a une histoire. Je voudrais demander à nos militants de poser des actes de désobéissance civile dans le strict respect de ce que la constitution prévoit à savoir qu’un peuple qui n’est pas d’accord par rapport à une loi manifeste légalement. Il ne faudrait pas que l’on dise que les étudiants sont manipulés, cela n’est pas vrai. Si la Côte d’Ivoire n’est pas en paix, il n’y a pas d’université, il n’y a pas d’école, s’il n’y a pas la paix, pas de marché, il n’y aura de travail donc pas de travailleur. C’est tout ce monde qui doit savoir que nous devons sauver ce pays en descendant dans la rue pour exécuter intégralement le mot d’ordre de désobéissance lancé par l’opposition car la paix en Côte d’Ivoire en dépend.

Réalisé par JEROME N’DRI et Jean Prisca Kokro
Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment