Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Editorial
Article
Editorial

La chronique du lundi/ Côte d’Ivoire: les erreurs a ne pas commettre, ni pour Ouattara, ni pour l’opposition

Publié le mardi 1 decembre 2020  |  L’intelligent d’Abidjan


L’élection présidentielle du 31 octobre 2020 permet de mesurer l’écart qui existe entre le pays politique et le pays réel. Première évidence : l’élection d’Alassane Ouattara ne souffre d’aucune contestation, non pas grâce au score qu’il a obtenu, mais, tout simplement parce qu’il a affronté le verdict des urnes adossé un bilan positif incontestable. Depuis 2011, Ouattara et le Rhdp sont, électoralement, majoritaires dans le pays. Deuxième évidence : la radicalisation du noyau dur du Pdci autour de Bédié et de Pascal Affi N’Guessan, dont les GOR ne voulaient pas, s’explique par le fait que ni Bédié ni Affi N’Guessan ne pouvaient l’emporter dans les urnes. Comment expliquer que depuis sa rupture avec le Rhdp, Bédié ne se soit pas préparé, à travers un programme alternatif, à affronter Ouattara dans les urnes ? Aveuglé par un esprit de revanche sur l’histoire, - il a été chassé du pouvoir par un coup d’Etat qu’il estime injuste -, et sur Ouattara, - qui ne l’a pas désigné comme candidat unique du Rhdp pour la présidentielle de 2020 -, Bédié s’est engagé dans l’impasse, suicidaire pour son parti, du boycott et de la désobéissance civile. L’instauration d’un Conseil National de Transition, dénoncé par Laurent Gbagbo, lui aurait permis d’être président sans passer par les urnes. J’avais écrit, à l’époque, que Bédié, en lançant l’Appel de Daoukro, avait sauvé la paix civile, la démocratie et la République. Par ce choix, il entrait dans l’Histoire. Est-il en train d’en sortir par la petite porte, alors que le pays pour consolider la réconciliation et le Pdci pour se reconstruire ont besoin de lui. Les femmes et les hommes de talent ne manquent pas au Pdci ; leur vocation n’est pas le boycott ou l’entrée dans un gouvernement d’union nationale, - une fausse bonne idée qui paralyse l’action -, mais d’aller, dans un cadre démocratique, aux élections législatives avec des propositions alternatives pour gouverner le pays. De son côté, le Fpi de Gbagbo ne commettra pas l’erreur de boycotter les élections législatives. La difficulté, pour le Pdci et le Fpi, est de sortir d’un ancrage trop ethnique et régional. Le Rhdp, parti unifié, tend à transcender les vieux clivages en réunissant les houphouétistes. Il en est de l’houphouétisme comme du gaullisme. Chacun se souvient de la fameuse phrase d’André Malraux : « Tout le monde a été, est et sera gaulliste. » En Côte d’Ivoire, alors que tous se réclament d’Houphouët-Boigny, beaucoup se détournent du message de paix et de dialogue qui fut celui du Père de La nation.

Les leçons de l’Histoire récente de la Côte d’Ivoire

Réélu avec plus de 90 % des voix et une participation de plus de 50 %, Alassane Ouattara connaît suffisamment la politique pour comprendre que sa victoire, qui est incontestable, car il s’est soumis au verdict des urnes, ne reflète qu’une partie du pays réel. Etre élu avec 90 % des voix ne signifie pas être soutenu par 90 % des Ivoiriens, une évidence qu’Alassane Ouattara lui-même ne conteste pas. Il sait très bien que le Pdci et le Fpi sont encore suivis par un nombre important d’électeurs. En revanche, il sait que ces deux choses : ces deux partis, qui représentaient autrefois, chacun, 1/3 des électeurs, n’ont plus le même poids électoral ; l’alliance bricolée entre Bédié et Affi N’Guessan, en refusant de se soumettre au verdict des urnes, a montré ses limites et fortement entaché la crédibilité d’une opposition qui est loin de représenter, contrairement à ce qu’elle affirme, le pays réel. De multiples raisons expliquent la montée de l’abstention depuis 2015.
... suite de l'article sur L’intelligent d’Abidjan

Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment