Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Reprise du dialogue politique : Hamed Bakayoko souhaite “relever le défi d’un pays stable et démocratique”

Publié le mardi 22 decembre 2020  |  AIP
Reprise
© Abidjan.net par Marc Innocent
Reprise du dialogue politique entre le pouvoir et les partis de l’opposition
Abidjan le 21 Décembre 2020. Le dialogue politique entre l’opposition et le pouvoir a repris ce lundi sous la présidence du Premier Ministre Hamed Bakayoko.


Abidjan, Le Premier ministre, Hamed Bakayoko souhaite « relever le défi d’un pays stable et démocratique », à l’issue du dialogue entre le gouvernement et les partis et groupement politiques ivoiriens, dont les travaux ont repris, lundi 21 décembre 2020, à Abidjan.

M. Bakayoko a souligné sa volonté d’aboutir à des “points d’accord, pour des décisions appropriées dans la concertation”, à la veille des législatives prévues dans le courant du premier trimestre.

En présence du ministre de la Réconciliation, Kouadio Konan Bertin, de 14 partis et groupements politiques et 16 organisations de la société civile invités à ces assises, le chef du gouvernement a salué une rencontre, qui est “la preuve du retour à un environnement apaisé”, expliquant qu’il s’agit de discuter “à cœur ouvert, de placer l’intérêt de la nation au dessus de tout, de parler franchement”.

Il s’agit des partis et groupements politiques, Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Front populaire ivoirien (FPI), Alliance des forces démocratiques (AFD) et Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), entre autres, ainsi que des organisations de la société civile (OSC).

“Je vous assure de ma disponibilité à aborder toutes les question. (…) Rassemblons nous autour des valeurs essentielles qui fondent la capacité d’un pays à assurer sa marche pour le bien être des populations”, a déclaré Hamed Bakayoko, déplorant les violences, qui ont prévalu dans le pays lors du scrutin présidentiel dans certaines localités et qui ont causé la mort de 85 morts.

Lors des précédentes discussions, le gouvernement avait pris l’engagement d’intégrer une cinquième personnalité à la commission centrale de la Commission électorale indépendante (CEI), d’octroyer un poste de vice président au PDCI au bureau central de la CEI et de veiller à la recomposition des CEI locales.

(AIP)

nmfa/ask
Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment