Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Interview/ Nouveau plan national de numérotation à 10 chiffres/ Bilé Diéméléou, Dg de l’Artci : «Tout fonctionne correctement à partir d’aujourd’hui 31 mars à 23h59, ce sera la fin des numéros à 8 chiffres »

Publié le jeudi 1 avril 2021  |  Fraternité Matin
Bilé
© Autre presse par DR
Bilé Diéméléou, Dg de l’Artci


Depuis le 31 janvier, la numérotation téléphonique ivoirienne est passée de 8 à 10 chiffres. Le directeur générale de l’Artci, cheville ouvrière de cette opération réussie fait le bilan.

Monsieur le directeur général, il y a deux mois, la Côte d’Ivoire a procédé au basculement des numéros téléphoniques fixes et mobiles du format à 8 chiffres à celui de 10 chiffres. Quel bilan faites-vous de cette opération ?

L’opération a donné des résultats bien meilleurs que ceux prévus. Les impacts annoncés sur le réseau ont été vraiment maitrisés par les opérateurs.

Les travaux techniques préparatoires avaient démarré quelques jours avant. Et déjà à 00h du 31 janvier, une grande frange du parc de numéros avait déjà basculé vers les 10 chiffres. Les services de base pour l’ensemble des opérateurs, notamment les communications vocales, les sms, l’internet et même l’international ont été rétablis le matin du 31 janvier avant 5h. Les autres services tels que le mobile money se sont rétablis pour certains opérateurs dans la même matinée et pour d’autres dans l’après-midi aux environs de 13h, conformément aux prévisions.

Avez-vous constaté des perturbations majeures allant jusqu’à des interruptions de services ?

Non, Il n’y a vraiment pas eu d’interruption de service. Cette grande opération technique qui, il faut le rappeler, concernait près de 39 millions de numéros, a été transparente pour l’usager. C’est l’occasion, de féliciter particulièrement les opérateurs qui ont démontré leur savoir-faire par la maitrise de leurs infrastructures. L’opération a été entièrement pensée et mise en œuvre par des Ivoiriens. Ce qui fait de la Côte d’Ivoire, un modèle et une référence dans le secteur des télécommunications en la matière en Afrique.

Votre protocole de basculement a prévu la cohabitation entre la numérotation à 8 chiffres et celle à 10 chiffres pendant une période qui prend ce 31 mars. Pouvez-vous donner l’assurance aux usagers que le basculement est totalement effectif et que tout fonctionne bien ?

Je réponds par l’affirmatif. Tout est prêt depuis le 31 janvier. Mais il était important pour nous d’accompagner les usagers. C’est ce qui explique cette mesure de cohabitation de l’ancienne numérotation et la nouvelle sur la période dont vous parliez tantôt. Je le conforme tout fonctionne correctement et à partir d’aujourd’hui 31 mars à 23h59, ce sera la fin des numéros à 8 chiffres. Les services des numéros mobiles et fixes à 8 chiffres seront interrompus.

C’est pour nous l’occasion de rappeler aux populations que pour joindre un numéro mobile, il faudra ajouter : « 07 » devant les anciens numéros d’ORANGE ; « 05 » devant les anciens numéros de MTN

« 01 » devant les anciens numéros de MOOV ;

Pour les numéros fixes, il faudra ajouter : « 27 » devant les anciens numéros d’ORANGE ; « 25 » devant les anciens numéros de MTN et « 21 » devant les anciens numéros de MOOV.

Monsieur le directeur général, l’un des points clés du basculement a consisté en la mise à jour des répertoires téléphoniques des usagers. Comment aviez-vous géré ce pan de l’opération ?

Il faut distinguer le processus de basculement qui est opération technique et qui est la mission confiée au Régulateur de l’utilisation des applications qui est une mesure d’accompagnement. En effet, l’ARTCI a mis à la disposition des usagers, une application gratuite dénommée « PNN-ARTCI » qui permettait la conversion des répertoires téléphoniques. L’aspect « Gratuit » était important pour nous car, le coût ne devrait pas être un frein dans ce processus. L’ARTCI est partie prenante également dans l’application 8 à10, qui d’ailleurs porte son logo.

Il y a eu également des initiatives privées ?

Oui, plusieurs initiatives, en marge de la nôtre ont également vu le jour. Les opérateurs et d’autres développeurs d’application ont proposé aux consommateurs des solutions de conversion de répertoire.

Nous avons, à ce niveau, joué un rôle d’encadrement et d’encouragement. En tant qu’autorité de protection de données à caractère personnel, nous avons rappelé à ces développeurs que les données des ivoiriens devaient absolument être protégées conformément aux textes en vigueur.

A propos, je voudrais apporter mon soutien à tous ces jeunes développeurs, toutes ces startups, qui dès l’annonce de ce projet, n’ont pas voulu rester en marge en accompagnant bénévolement les ivoiriens.

Monsieur le directeur général, certains usagers ont rencontré quelques problèmes dans l’utilisation de votre application de conversion de répertoire téléphonique. Que s’est-il passé ?

Notre application PNN-ARTCI fonctionne très bien. Des usagers l’ont utilisé sans problème sur IoS (système d’exploitation des équipements de Apple) en suivant les instructions d’installation. Les dysfonctionnements rencontrés n’étaient pas seulement au niveau de l’application de l’ARTCI, mais pratiquement toutes les autres applications. Cela était dû à la complexité du système d’exploitation Android (les postes Samsung, Huawei, Inifinx, etc). Nous avons réagi promptement en mettant place une équipe d’assistance pour aider les usagers à restaurer leur répertoire. Et, les choses sont rentrées dans l’ordre très rapidement.

Monsieur le directeur général pouvez-vous rappeler les raisons pour lesquels il y a le changement de numérotation ?

En effet, depuis le 31 janvier 2021, les numéros de téléphone mobile et fixe ivoiriens sont désormais à 10 chiffres. Deux raisons fondamentales justifient ce changement : La 1ère est relative à la saturation du plan de numérotation à 8 chiffres. Avec la croissance de la population, le nombre de cartes SIM par abonné ne cesse de croitre. Les besoins en numéros des opérateurs ont explosé ces dernières années. Devant cette situation, l’ARTCI, en tant que gestionnaire de ces numéros, n’arrivait plus à satisfaire aux besoins des opérateurs. Nous avons même été contraints à attribuer des numéros réservés à d’autres services aux opérateurs mobiles.

Et la seconde raison ?

La motivation est relative aux prévisions de numéros à moyen terme, concernant notamment les IoT (Internet des Objets), services intégrés dans la Cinquième Génération (5G) des réseaux mobiles qui verra le jour en 2023 en Côte d’Ivoire.

En somme, le nouveau plan de numérotation à dix (10) chiffres nous permet de pallier cette situation de saturation et de disposer de plus de 10 milliards de numéros, dont 900 millions pour les mobiles, et ce, pour tous les services sur une durée prévisionnelle minimale de 50 ans.

Comment se sont déroulés les travaux préparatoires ?

Les études ont démarré depuis plus de 5 ans. Notre priorité était d’associer véritablement tous les acteurs. C’est pourquoi la conception du plan a été le résultat des réflexions de tous les acteurs, notamment les opérateurs de téléphonie, les consommateurs représentés par leurs associations et le Gouvernement, qui a donné quitus à l’ARTCI en Conseil des Ministres en février 2020 pour lancer ce projet.

Et au niveau technique ?

Pour la mise en œuvre du projet, un comité technique constitué de ces mêmes acteurs, a été mis en place. Il s’agissait concrètement de s’assurer de l’exécution des travaux techniques préparatoires à la charge des opérateurs, notamment la mise à niveau de leurs réseaux.

Qu’avez-vous fait en direction des usagers ?

A côté des aspects techniques, l’ARTCI avait la lourde charge d’informer et de sensibiliser les cibles au niveau national et au niveau international afin que ces dernières impactées par ce changement prennent des dispositions appropriées. L’Union Internationale des Télécommunications (UIT), les ambassades, les entreprises, le GAFA (WhatsApp, Facebook, Twitter, Signal etc.), ainsi que le grand public ont été informés et sensibilisés pendant de longs mois et via plusieurs canaux de communications.

Les sensibilisations ont continué après le basculement à la numérotation à dix chiffres. Et les statistiques montrent qu’elles ont porté leurs fruits.

Comment s’est déroulée la nuit du passage vers les 10 chiffres ?

L’équipe de veille de l’ARTCI s’est assurée que les plans de migration annoncés par les opérateurs se dérouleraient conformément aux prévisions, à travers des tests et la coordination des actions avec les opérateurs.

Un contrôle inopiné de la qualité de service a également été lancé une semaine avant le basculement et s’est poursuivi dix jours après, pour vérifier l’état du réseau et s’assurer du retour à la normal des services de téléphonie après l’opération du 31 janvier 2021.

En plus de cela, l’ARTCI a effectué cette même nuit, des visites dans les centres de commandement technique des opérateurs pour s’assurer que le processus se déroulait effectivement bien.

Toutes ces opérations de suivi, de contrôle et de coordination nous ont permis d’annoncer à la population ivoirienne, ce même 31 janvier que le passage des numéros à dix (10) chiffres s’est déroulé avec succès, et cela, conformément aux plans de migration convenus avec les opérateurs.



Monsieur le directeur général vous avez reçu les félicitations du gouvernement lors de la 2éme édition des assisses du numérique, comment cela s’est-il traduit ?

Nous avons reçu des distinctions pour la qualité du travail accompli. Au-delà de nous c’est l’ensemble des acteurs impliqués dans cette opération, qui ont reçu les félicitations de notre ministre. Des techniciens ivoiriens ont réussi ce basculement sans avoir recours aux experts internationaux, comme c’est souvent le cas dans bien de domaines. Le basculement a été une réussite reconnue par le Gouvernement que nous remercions pour avoir autorisé et soutenu le processus).

Quel est votre dernier mot ?

C’est l’occasion pour moi de remercier M. Le Président de la République, SEM Alassane Ouattara, et tout son gouvernement, notamment M. SANOGO Mamadou, Ministre de l’économie numérique et de la Poste, qui nous ont donné l’opportunité de mener ce projet en bien de bout-en bout.

Je voudrais adresser des mots de félicitation à l’endroit de mes équipes de l’ARTCI et des opérateurs ainsi que l’ensemble des acteurs de notre écosystème qui ont travaillé sans relâche et en toute synergie pour que ce basculement soit un succès.

A l’endroit des développeurs qui nous ont accompagné bénévolement sur ce projet pour que les ivoiriens disposent de solutions de conversion de leurs répertoires, j’adresse également mes félicitations et mes encouragements.

Je voudrais également féliciter et remercier la population qui s’est vite appropriée ce changement et qui a adopté rapidement les principes clés de ce basculement. Notre processus a été un succès tel que certains pays sollicitent l’expertise de l’ARTCI pour les accompagner dans leur projet futur de basculement.



recueillis par David Ya
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment