Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
NTIC
Article
NTIC

Le REPPRELCI participe à un atelier sur le factchecking et la désinformation au Sénégal

Publié le samedi 3 avril 2021  |  Abidjan.net
Le
© Autre presse par DR
Le REPPRELCI participe à un atelier sur le factchecking et la désinformation au Sénégal
Abidjan le 02 avril 2021- Le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) a participé les 23 et 24 mars 2021 à un atelier de formation des journalistes et professionnels des médias sur le factchecking et la désinformation liée à la Covid-9, à Saly hôtel M`Bour, au Sénégal.


Le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) a participé les 23 et 24 mars 2021 à un atelier de formation des journalistes et professionnels des médias sur le factchecking et la désinformation liée à la Covid-9, à Saly hôtel M’Bour, au Sénégal.

Cette rencontre, organisée par le Bureau régional de l’UNESCO et l’ONG FAMADEV, avec l’appui de l’Union européenne, vise à renforcer la résilience des populations contre la désinformation sur la pandémie de Covid-19.

Elle vise également à contribuer à la réalisation du 16 ème Objectif de développement durable (ODD) en favorisant l’accès des populations à l’information crédible et fiable sur la Covid-19. Et ce, dans le cadre du projet Coronavirus Facts and Addressing the ‘’Desinformation on Covid-19 in conflict-proneenvironnments’’.

Le directeur de la communication au ministère de la Culture de la communication du Sénégal, OusseyenouDieng, a tout d’abord tenu à remercier l’ensemble des organisateurs pour le choix de ce sujet pour un séminaire sous régional qui traite de l’actualité sur la pandémie de la Covid-19.

« Je tiens à remercier l’UNESCO, FAMDEV et l’Union européenne pour le choix de ce sujet pour ce séminaire sous régional de l’Afrique francophone qui traitre de l’actualité sur la pandémie de la Covid-19, mais particulièrement en termes de formation des médias sur la question » de la désinformation, a-t-il dit.

Selon lui, la question de la désinformation et de la mésinfotmation préoccupe l’ensemble des organisations internationales. Car, malgré tous les efforts déployés, la question d’accès à l’information fiable demeure une préoccupation majeure.

« La question de l’information, qu’elle soit fiable ou vérifiée, a été toujours la problématique au niveau des médias, même en temps normal. Aujourd’hui, on s’est rendu compte que la pandémie de la Covid-19 nous a montré la nécessité et l’urgence pour les médias" de recadrer les informations fausses développées sur les réseaux sociaux, a-t-il relevé.

La multiplication des réseaux sociaux et des plateformes dus au développement de la technologie, a permis à tout le monde de produire des informations de manière instantanées, laissant entrevoir que le monopole de la diffusion de l’information n’appartient plus aux médias traditionnels, a fait observer M. Dieng.

Outre l’UNESCO, l’OMS et même les Etats sont regardant sur la question de la désinformation et de la mésinformation. Dans cet élan, ces organisations internationales déploient avec des entités locales les moyens nécessaires pour permettre aux populations d’avoir des informations vraies.

Mais, pour filtrer l’information, "il est du devoir de tous les acteurs des médias de faire en sorte que les fondamentaux du journalisme à travers un réseau de factcheckeurs permette de mettre la vraie information à la disposition des populations », a-t-il suggéré.

Michel Kembo, Conseiller en charge de l’information à l’Unesco Dakar, a salué pour sa part l’effort des professionnels des médias depuis le début de cette pandémie, tout en se félicitant de la tenue de cet atelier.

Pour lui, cette rencontre vient à point nommé pour garantir à la population un accès à l’information crédible et fiable, car le contexte de la Covid-19 a montré une dimension beaucoup plus inquiétante du phénomène de la désinformation et de la mésinformation.



Les fake news ont contribué à jeter du discrédit sur des mesures prouvées scientifiquement pour préserver la population et garantir leur santé et "nous avons compris que l’accès à une information fiable et crédible des populations étaient presque nécessaire », a-t-il poursuivi.

Au terme de cette formation, une plateforme sous régionale de fact-checking été mise en place avec la désignation de huit journalistes pour entamer les réflexions sur cet interface de lutte contre les fausses informations liées à la Covid-19.

Créé en 2006, le REPPRELCI regroupe les acteurs de la presse numérique en Côte d’Ivoire. Cette faîtière des médias numériques ivoiriens s’est donnée pour mission d’organiser, structurer et de promouvoir l’écosystème de la presse numérique en Côte d’Ivoire.





A. N.
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment