Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Afrique
Article
Afrique

Afrique du Sud : le procès de Jacob Zuma reporté au 10 août

Publié le mardi 20 juillet 2021  |  APA
S.E.M
© Autre presse par DR
S.E.M Jacob ZUMA, Président de la République d’Afrique du Sud


Le pool d’avocats de l’ancien président sud-africain avait saisi le Tribunal de grande instance de Pietermaritzburg, capitale de la province du KwaZulu-Natal, pour s’opposer à « la virtualité des audiences ».

C’est une victoire pour les conseils de Jacob Zuma selon qui la tenue d’une « audience pénale virtuelle en l’absence de l’accusé » constituait une violation des droits constitutionnels de leur client. La fondation de l’ex-chef de l’Etat a soutenu que « la Constitution a gagné enfin » avec le report du procès devant prendre fin le 13 août.

Pour trancher la controverse à propos d’une audience virtuelle ou en présentiel, le Tribunal de grande instance de Pietermaritzburg a demandé aux parties prenantes de « déposer une liste d’arguments » d’ici la reprise du procès.

Ces dernières semaines, les jugements sont rendus virtuellement en Afrique du Sud à cause des restrictions dues au nouveau coronavirus. De plus, le représentant du ministère public a expliqué que l’utilisation de ce procédé pour le procès Zuma aurait permis d’éviter davantage de « perturbations ».

L’emprisonnement de Jacob Zuma, dans le cadre d’une autre affaire judiciaire, a déclenché des émeutes ayant causé plus de 200 morts dans le pays. L’actuel président, Cyril Ramaphosa, a accusé les partisans de Zuma d’avoir planifié les violences pour déstabiliser son régime.

Jacob Zuma doit répondre de seize chefs d’accusation de fraude, corruption et racket liés à l’achat de matériel militaire en 1999 auprès de cinq sociétés d’armement européennes. A cette époque, il occupait le poste de vice-président de la nation arc-en-ciel.

Dans cette affaire, on l’accuse d’avoir indûment reçu plus de quatre millions de rands (soit 235.000 euros) notamment du groupe Thales. Cette entreprise française de l’armement était l’une des attributaires d’un contrat d’environ 2,8 milliards d’euros. Pour cela, Thales est également poursuivie pour corruption et blanchiment.

NM/jn/lb/id/APA
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment