Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Avant le sommet de l’UA sur la Côte d’Ivoire / La France tente de corrompre le Malawi
Publié le vendredi 14 janvier 2011   |  Notre Voie




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
La coïncidence est bien curieuse. A moins de deux semaines du sommet de l’Union africaine (UA) qui se tiendra, sauf changement, à la fin de ce mois de janvier 2011 à Addis-Abeba (Ethiopie) et dont l’un des sujets centraux constitue la crise post électorale en Côte d’Ivoire, la France de Nicolas Sarkozy a illico presto annulé la dette du Malawi à son égard évaluée à environ 10,8 millions d’euros (environ 7,182 milliards de fcfa). Selon le quotidien malawite, Nyasa Times, du mercredi 12 janvier dernier, qui a livré cette information, l’ambassadeur de France au Malawi, Jacques Gascuel, a soutenu que cet argent permettra au Malawi de dresser la carte géographique du pays en faveur de l’industrie minière. Au-delà du discours officiel, le décryptage attentif de ce geste soudain de la France envers le Malawi permet de comprendre qu’il pourrait s’agir ni plus ni moins d’une action de Sarkozy liée au combat que mène la France contre la Côte d’Ivoire pour écarter le Président Laurent Gbagbo du pouvoir et imposer Alassane Ouattara, l’homme de la nébuleuse, aux Ivoiriens en toute illégalité. Paris tente donc de corrompre le Malawi dont le chef de l’Etat, Bingu Wa Matharika, est également président en exercice de l’UA. En réduisant la dette du Malawi, Nicolas Sarkozy veut ainsi appâter Bingu Wa Matharika afin que celui use de tout son «poids» au sommet d’Addis- Abeba pour aider la France à «dégommer» Gbagbo du pouvoir. Pour que son poulain Ouattara, dont nul n’ignore qu’il a largement fraudé lors du second tour de la présidentielle, s’installe à la tête de la Côte d’Ivoire en violation de la Constitution ivoirienne.
La France de Sarkozy perçoit en Bingu Wa Mutharika, un allié important pour accomplir cette «mission» d’autant, selon une dépêche de l’agence de presse Apa datée du 5 janvier dernier, le chef de l’Etat malawite avait déjà embouché la trompette gaulloise en soutenant, dans un communiqué, que «Ouattara a remporté l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire». Paris veut à la fois, sans doute, récompenser le Malawite pour ce coup de pousse et l’encourager à achever sa «mission» quasiment moutonnière. D’où cette réduction de la dette.

Didier Depry
ddepry@hotmail.com


Achetez l'integralite de Notre Voie  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS