Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

"Hors de question" de reconnaître Gbagbo, prévient la Cédéao
Publié le dimanche 30 janvier 2011   |  Reuters


Crise
© Reuters


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Il est "hors de question" de reconnaître en Laurent Gbagbo le président de la Côte d`Ivoire, a annoncé dimanche la Communauté économique des Etats d`Afrique de l`Ouest (Cédéao) dans un communiqué diffusé en marge du sommet de l`Union africaine, en Ethiopie.

Cette mise au point intervient alors que l`Union africaine a nommé une nouvelle commission de chefs d`Etat pour tenter de négocier une issue pacifique à la crise ivoirienne. Les cinq présidents ont un mois pour rendre leurs conclusions.

"La décision qu`ils ont prise est d`entreprendre une fois de plus une initiative pacifique pour faire partir Gbagbo, pas pour légitimer Gbagbo. C`est hors de question", a dit James Victor Gbeho, président de la commission de la Cédéao.

Le blocage ivoirien dure depuis la publication des résultats du second tour de l`élection présidentielle, qui s`est déroulé le 28 novembre.

Alassane Ouattara a été déclaré vainqueur par la commission électorale, dont les résultats ont été certifiés par les Nations unies et reconnus par la quasi-totalité de la communauté internationale.

Mais, invalidant une partie des suffrages, le Conseil constitutionnel, formé de proches de Laurent Gbagbo, a inversé le résultat et proclamé le président sortant vainqueur du scrutin.

Ouattara et son gouvernement sont confinés dans l`Hôtel du Golf, dans Abidjan, sous la protection des casques bleus de l`Onuci.

Lors d`une conférence de presse en marge du sommet de l`Union africaine, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a réitéré son appel au départ de Gbagbo. "Il est important que Gbagbo respecte pleinement la volonté des Ivoiriens", a-t-il dit. "Plus ça durera, plus les problèmes deviendront graves pour le peuple", a-t-il ajouté.

Le Sud-Coréen Y.J. Choi, principal représentant de l`Onu en Côte d`Ivoire, a prévenu pour sa part que les milliers de casques bleus déployés dans le pays étaient prêt à se battre si nécessaire. "Même si notre mission est de protéger, nous avons des équipements supérieurs et nous pourrons toujours riposter", a-t-il dit.

Richard Lough et David Clarke; Henri-Pierre André pour le service français

LIENS PROMOTIONNELS