Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article


Comment

Dernières dépêches



Économie

Débat sur le franc CFA / Mabri Toikeusse : “La dévaluation n’est pas une catastrophe”
Publié le vendredi 25 novembre 2011   |  Le Mandat




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Invité de ‘’Les Matinales du Gouvernement », le jeudi 24 novembre, à l’hôtel Pullman, Mabri Albert Toikeusse, ministre d’Etat, ministre du Plan et du Développement, a affirmé à souhait que la dévaluation n’est pas une catastrophe. Mieux, elle pourrait même générer des milliards si elle est anticipée. Le ministre a précisé qu’elle donnerait même plus de valeur aux produits d’exportation entre les pays membres. En guise d’exemple, il s’est référé aux milliards FCFA dont a bénéficié la Côte d’Ivoire, à la faveur de la première dévaluation intervenue en 1994. Mais, s’est-il empressé d’ajouter, dans un tel schéma, les pays de l’Union Monétaire Ouest africaine (Uemoa) doivent se battre pour la maîtrise du taux de croissance économique. Et cela, a-t-il poursuivi, passe par la valorisation de leurs produits communs, par une ouverture des marchés et un échange permanent dans le cadre de l’Uemoa. Autour du thème «Quel plan de développement de la Côte d’Ivoire face aux enjeux de la reconstruction et de la relance économique (2011-2015) ? », cet espace d’échange avec la presse à servi également de tribune au Dr Mabri pour expliquer la mission et le rôle de son ministère dans la relance de l’économie, la reconstruction et la participation à l’émergence de la Côte d’Ivoire postcrise. A l’en croire, à l’instar des économies développées, il s’agit de doter le pays d’un ministre en charge du Plan et du développement, capable de jouer son rôle transversal de premier plan, celui de boussole à lui dévolu dans les années 70, période du miracle ivoirien. « A cet effet, l’Etat a pensé la conception et la mise en œuvre du Programme national de développement (Pnud) 2012-2015 qui ambitionne de construire une nouvelle Côte d’Ivoire, avec une croissance économique soutenue, bénéficiant aux populations », a-t-il déclaré. Pour rester dans la dynamique de donner un bien-être aux Ivoiriens durement éprouvés par la crise, le ministre a aussi avancé que le gouvernement s’est donné tous les moyens, à travers des reformes, pour atteindre le point d’achèvement de l’initiative Ppte, d’ici au troisième trimestre de l’année 2012. « Techniquement, nous sommes prêts pour aller à l’Initiative Ppte. Les reformes en la matière sont irréversibles pour changer le vécu quotidien des Ivoiriens», a- t-il-précisé.
KANATE AHmed

LIENS PROMOTIONNELS