Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2700 du 5/9/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Économie

Filière hévéhicole / Non payement des 9 milliards de F de redevance : Les producteurs de la Saphic expriment leur indignation
Publié le mercredi 5 septembre 2012  |  Le Temps




 Vos outils




Après une période d’accalmie due aux contingences de l’actualité, la crise qui oppose les producteurs d’hévéa de la Société africaine pour la promotion hévéhicole et l’industrialisation de caoutchouc (Saphic) «risque de dégréner, si leurs revendications ne sont pas satisfaites en cette rentrée scolaire et universitaire». C’est en ces termes que Djokou Mobio Paul, administrateur et porte-parole des planteurs de la Saphic, a tenu à interpeller la Direction générale de Tropical rubber Côte d’Ivoire (Trci) qui doit aux producteurs d’hévéa plus de 9 milliards de Fcfa, au titre des redevances qui leur reviennent, mais qui sont restées impayées depuis 1996, à la suite de la privatisation du complexe agro-industrielle de la Saph Anguédédou-route de Dabou. «La direction de la Trci devait nous payer en août dernier, avant la rentrée scolaire et universitaire, mais les choses traînent», dénonce l’administrateur de la Saphic. Qui attend «que cet argent soit mis à la disposition de (sa) structure par le Directeur général de Trci pour être redistribué aux 500 planteurs et ayants droits, ainsi qu’aux veuves de ceux qui sont décédés sans avoir pu toucher leurs fonds». Aussi, pour montrer leur détermination, ces agriculteurs ont-ils fixé au 11 septembre 2012 la marche qu’ils envisagent sur la Primature. Pour y tenir un sit-in et une grève de la faim. Dans le but de solliciter l’intervention des autorités et l’arbitrage de l’Etat. Une marche prévue initialement le 9 d’août dernier, mais qui a dû être reportée en raison des évènements qui ont secoué le pays. Les producteurs des zones de Dabou, Songon, Grand-Lahou, Jacquville, Anyama… ont promis de réclamer fermement leur dû à la Trci, pour scolariser leurs enfants, en cette période de crise aigüe.
K.K.M.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires