Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 3920 du 14/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Interview / Alexis Kpokpa (Cadre du RDR) à Mady : “Je refuse qu’on prenne le Haut Sassandra en otage”
Publié le vendredi 14 decembre 2012  |  Le Patriote




 Vos outils




Les élections locales suscitent déjà des passions. Les partisans du Pr Djédjé Mady réclament la présidence du Conseil régional pour le secrétaire général du PDCI. Ils mettent en avant le fait que leur champion a été lésé depuis l’arrivée du RHDP au pouvoir. Dans cet entretien, Alexis Kpokpa, commissaire politique et fils de la région, s’élève contre cette manière de voir les choses. Interview.
Le Patriote : Dimanche dernier, vous avez été reçu par tous les chefs du Haut Sassandra. En l’occurrence, le chef central de Daloa, Nahounou Sémian. Ils vous ont donné leur onction pour la suite de vos activités politiques. A quoi répondait cette cérémonie ?
Alexis Kpokpa : J’avoue que ce jour-là, J’ai été particulièrement ému. Il est vrai que depuis quelques années, je sillonne la région pour le compte de mon parti, le RDR. Nous posons des actes au quotidien. Nos parents nous sollicitent. Mais je n’ai pas imaginé un seul instant que ces actions que je trouve normales me valent aujourd’hui tous ces honneurs. Donc lorsque le chef de terre de Daloa, Nahounou Sémian est venu me donner son onction au nom de la ville d’Issia, il m’a particulièrement ému. C’est la preuve que ce que nous disions depuis des années au sujet du président de la République, Alassane Ouattara, commence à prospérer. Le chef Sémian l’a dit dans ses propos : « Le président Ouattara est celui qui incarne aujourd’hui le pouvoir en Côte d’Ivoire. Nos enfants sont avec lui. Nous lui apportons notre soutien. Ce soutien se traduit par l’onction que nous t’apportons. Et nous souhaitons que tu travailles à nous rapprocher davantage de lui ». Ces propos forts veulent dire que le pouvoir du président Ouattara peut désormais reposer sur les propriétaires terriens de la région de Daloa que sont les Bété. On a toujours dit que nos parents n’étaient pas avec le président Ouattara. Ces propos nous rassurent et nous encouragent à œuvrer davantage pour le développement de notre région.

LP : Vous dites que vous avez reçu l’onction des chefs. Mais nous avons lu dans la presse que les partisans du Pr. Alphonse Djédjé Mady réclament la présidence du Conseil de la région à ses parents. Parce qu’il n’aurait pas été payé à la hauteur des sacrifices qu’il a consentis pour le RHDP ?
AK : Mon intention n’est pas de rentrer dans la polémique face à ces propos. Mais ce que je voudrais dire, le Pr Djédjé Mady est un ainé. Il est le président du directoire du RHDP. Nous sommes ses cadets. Nous avons la même volonté de soutenir le président Alassane Ouattara au bout de son mandat et de conquérir un deuxième mandat en vue de permettre à la Côte d’Ivoire de devenir un pays émergent comme l’a indiqué le chef de l’Etat à l’horizon 2020. Le Pr Djédjé Mady est un homme libre. Mais le fait qu’il veuille prendre la région comme un outil de vengeance et de revendication nous interpelle. Car comme le disent ses partisans : «Si Djédjé Mady n’a pas la région, la région est perdue». Tous ces propos du genre : «On le fait souffrir. On le maltraite. On l’humilie». Mais humilié et maltraité par qui ? Nous le considérons comme un ainé. Mais de là à vouloir instrumentaliser le peuple bété, qui sort déjà d’un traumatisme où le précédent pouvoir l’a conduit, nous ne pouvons l’accepter. Le peuple bété est déjà suffisamment marginalisé pour qu’on veuille encore le prendre en otage. Il souhaite que ses parents lui donnent le pouvoir pour qu’il aille combattre. Mais combattre qui ? Nous l’aimons bien, mais nous refusons que la région soit instrumentalisée et serve de base à des ambitions personnelles.

LP : Quelle attitude les militants du RDR doivent-ils adopter pour les élections qui viennent ?
AK : Je voudrais dire aux militants du RDR du Haut Sassandra que nous sommes des militants. Et en tant que tel, nous devons nous mettre à la disposition du parti pour aller à la conquête du pouvoir. Après plus de 15 ans de lutte acharnée, nous sommes arrivés au pouvoir. Vous avez vu le président de la République comment il a été trainé dans la boue. Mais aujourd’hui, il est au pouvoir. Notre ambition est de faire en sorte que ce pouvoir, nous le conservions jusqu’au terme constitutionnel du mandat de la République. Nous devons donc continuer de nous battre. Ceci étant dit, notre rôle est de rassembler. Il s’agit de la région du Haut Sassandra. Le président de la République a dégagé des moyens colossaux pour mettre en œuvre son programme de gouvernement. Et cela passe par la conquête de nos régions pour l’aider à les développer dans le vivre ensemble. Et pour réussir cette mission, nous avons besoin de toutes les populations, les compétences et les enfants de la région. Pour ce faire, j’appelle l’ensemble des cadres, les jeunes et les femmes au rassemblement pour le développement de notre région.

Jean-Claude Coulibaly

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment