Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Bousculade mortelle d`Abidjan: la presse ivoirienne en quête de responsables
Publié le mercredi 2 janvier 2013  |  AFP


Nouvel
© Abidjan.net par Merlin Foyet
Nouvel an: une bousculade aurait provoqué la mort de plusieurs dizaines de personnes dont de nombreux enfants au Plateau
Mardi 1er janvier 2013. Abidjan. Une bousculade aurait provoqué la mort de plusieurs dizaines de personnes dont de nombreux enfants au Plateau. Les blessés auraient été transférés au CHU de Treichville


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABIDJAN - La presse ivoirienne pointait mercredi les responsabilités des autorités et des parents des jeunes victimes au lendemain de la bousculade qui a fait une soixantaine de morts à Abidjan durant la nuit du Nouvel An, des journaux d`opposition appelant à des sanctions.

Les autorités auraient dû prendre des "mesures particulières" de renforcement de la sécurité pour éviter une telle "tragédie", écrit le quotidien indépendant Soir-Info, qui souligne en outre la lenteur des secours.

Le journal met également en cause les parents qui, d`après lui, se sont montrés "légers" en laissant de jeunes enfants sortir la nuit pour assister à des feux d`artifice au milieu d`une foule immense.

Soulignant que "16 fillettes" figurent parmi les morts, le quotidien d`Etat Fraternité-Matin dénonce aussi l`"irresponsabilité fatale" des parents.

Alors que L`Intelligent d`Abidjan (indépendant) souhaite "une enquête impartiale", la presse d`opposition, proche de l`ex-président Laurent Gbagbo, réclame des sanctions.

"Dans un pays normal" le ministre de l`Intérieur "devrait rendre sa démission et les principaux organisateurs (être) poursuivis. Mais ce ne sera pas le cas. Dommage!", commente Notre Voie. "Des têtes doivent tomber", approuve Le Temps, autre journal pro-Gbagbo.

Le gouvernement du président Alassane Ouattara a annoncé une enquête pour déterminer l`origine du drame, qui a fait mardi une soixantaine de morts et une cinquantaine de blessés, dont deux cas très graves, selon le bilan officiel. Un deuil national de trois jours a débuté mercredi.

Sur les lieux de l`accident, dans le quartier administratif du Plateau (centre), des gerbes de fleurs ont été déposées au pied d`un arbre en mémoire des morts, a constaté un photographe de l`AFP mercredi. Une affichette fixée sur le tronc était dédiée "à nos victimes" et une autre disait "rest in peace" (reposez en paix).

Des familles ont continué à se rendre à la morgue de la capitale économique ivoirienne en quête d`un parent disparu, tandis que les services municipaux poursuivaient l`identification des victimes.

L`origine du drame restait incertaine. Selon la police, la bousculade a été produite par la rencontre de deux flots de spectateurs se dirigeant en sens contraire après les feux d`artifice. Certains témoins ont fait état de la présence de perturbateurs dans la foule, et d`autres ont évoqué la chute de victimes dans une fosse creusée sur le site d`un chantier voisin.

Dans un communiqué, le chef de l`Opération de l`ONU en Côte d`Ivoire (Onuci), Bert Koenders, a regretté cet "incident tragique" qui endeuille le pays au commencement de 2013, une année "porteuse de grands espoirs de consolidation de la paix, de réconciliation, d`apaisement politique, de relance économique et de mieux-être pour tous".

La Côte d`Ivoire tente de tourner la page de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait environ 3.000 morts.

tmo-is-eak/lbx

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment