Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 1111 du 12/6/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Réconciliation, démobilisation, insertion… : la Commission internationale de la Paix veut servir la Côte d’Ivoire
Publié le mercredi 12 juin 2013  |  Le Mandat




 Vos outils




Faire respecter la déclaration universelle des droits de l’Homme adoptée par les Nations unies le 10 décembre 1948, tel est l’objectif de la Commission internationale de la Paix. Son représentant légal en Afrique subsaharienne Don Alexander, président de Diaspora Cedeao a le samedi 09 juin dernier, à Marcory, expliqué son rôle et ses ambitions à la tête de l’organisation dont il est le vice-président Afrique. Selon lui, la Commission Internationale de la Paix (CPI) qui a plus de 19.500 membres et des organisations associées dans le monde n’a de cesse d’axer son travail sur le développement social, l’éducation, l’environnement, la jeunesse, la santé, la campagne internationale contre le Sida, l’épanouissement de la femme, l’aide humanitaire, la gestion des catastrophes, le désarmement et le maintien de la paix…dans le monde. « Notre structure veut consolider et renforcer les efforts pour le désarmement et la paix des organisations et des individus autour du monde parce qu’on ne peut pas atteindre la prospérité s’il n’y a pas de paix. », a-t-il relevé. Faut-il attendre tout de l’Etat pour instaurer la paix ? S’est interrogé Don Alexander. En effet, vu l’audience de la Commission internationale de la paix, sa structure et lui se montrent depuis quelque temps disponibles à s’approprier la lutte contre la circulation des armes en Côte d’Ivoire. Mieux, approcher les détenteurs d’armes à redorer leur statut. Au Libéria, par exemple, où la Commission internationale de la paix a fait ses preuves en étant aux côtés des décideurs pour sensibiliser les enfants soldats, conseiller les groupes de miliciens à s’insérer dans la vie active, il se dit disponible à travailler aux côtés de Charles Konan Banny et la CDVR, s’investir considérablement dans le projet DDR pour non seulement lui faire bénéficier son carnet d’adresses bien fourni mais encore mettre à sa disposition la ressource humaine internationale nécessaire pour booster l’opération. C’est pourquoi, dans les jours à venir, Don Alexander compte rencontrer le président de la CDVR, Konan Banny et celui de DDR,… pour leur présenter son expertise si ces derniers lui donnent l’occasion.

James Assendé

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires