Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire: un nouveau gouvernement dans la continuité mais sans quelques poids lourds
Publié le jeudi 12 janvier 2017  |  AFP
Comment


Abidjan - Le nouveau gouvernement ivoirien formé par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, nommé mardi, est composé de 28 membres, la plupart des grands ministères restent inchangés mais plusieurs poids-lourds quittent l’équipe gouvernementale.
Les ministres de l’Intérieur (Hamed Bakayoko), des Affaires étrangères
(Marcel Amon Tanoh), Justice (Sansan Kambile) Education nationale (Kandia Camara), Mines et Industrie (Jean-Claude Brou) restent notamment en place au terme de ce remaniement attendu après les législatives du 18 décembre et après
l a nomination de l’ancien Premier ministre Daniel Kablan Duncan mardi au poste
de vice-président créé par la réforme constitutionnelle de novembre.
Alain-Richard Donwahi, le ministre auprès de la présidence chargé de la
Défense, reste en fonction après les mutineries qui ont secoué le pays la
semaine dernière et alors que les négociations avec les mutins doivent se
poursuivre vendredi
Parmi les sept sortants: Adama Toungara, ancien puissant ministre du
pétrole et de l’Energie, mais aussi maire de la commune d’Abobo, un des grands
quartiers populaires d’Abidjan, fait sans doute les frais de la crise sociale
générée dans la deuxième moitié de 2016 par l’augmentation des tarifs de
l’électricité.
Autres sortants de poids: Affoussiatta Bamba-Lamine (Communication,
ancienne porte-parole de la rébellion) et Rémy Allah Kouadio (Environnement,
qui a été ministre pendant près d’une décennie à différents postes) qui ont
été battus dans leurs circonscriptions aux législatives. Jean-Louis Billon,
ancien ministre du Commerce, est lui aussi une des "victimes" célèbres.
La nouvelle équipe est plus restreinte que la précédente (28 ministres --et
un secrétaire d’Etat-- contre 35). Il y a 14 nouveaux arrivants dont Thierry
Tanoh, technocrate ancien banquier proche conseiller du président Ouattara, au
Pétrole et Souleymane Diarrassouba, patron des banquiers ivoiriens, à
l’Artisanat et PME.
Le premier conseil des ministres devait avoir lieu en fin d’après-midi.
Ce remaniement met un point final à la réorganisation institutionnelle en
Côte d’Ivoire, après l’adoption d’un nouvelle Constitution qui a notamment vu
la création d’un poste de vice-président et d’un Sénat.
A l’avenir, le vice-président sera élu en même temps que le président. Mais
parmi les mesures transitoires prévues jusqu’en 2020, il revenait au président
Ouattara, réélu pour un deuxième et dernier mandat en octobre 2015, de nommer
son vice-président.
La démission du Premier ministre, lundi, avait été suivie dans la journée
par la réélection à son poste du président de l’Assemblée nationale, de
Guillaume Soro, ex-chef de la rébellion qui a coupé la Côte d’Ivoire en deux,
au début des années 2000.
La Constitution de la IIIe République en Côte d’Ivoire, relègue le
président de l’Assemblée nationale, au quatrième rang dans l’ordre
protocolaire, alors que la précédente loi fondamentale faisait de lui, le
dauphin constitutionnel.
Ces changements politiques attendus, sont intervenus après une mutinerie
des militaires qui a paralysé le week end dernier Bouaké, deuxième ville du
pays, et plusieurs autres agglomérations.
Les mutins dont la plupart sont considérés proches de M. Soro, réclamaient
notamment le paiement de primes, des augmentations de soldes et une promotion
plus rapide entre les grades et des logements.
Un accord est intervenu dimanche dernier, entre les mutins et le
gouvernement, après d’âpres négociations à Bouaké.
Dans l’attente de la satisfaction de leurs revendications, la colère des
soldats de Bouaké a conduit à un grand ménage au sommet des forces de défense.
Lundi, le président ivoirien a démis les chefs de l’armée, de la
gendarmerie et de la police.
"Le paiement des primes aux mutins va constituer le premier gros dossier
que devait traiter le prochain gouvernement", a souligné un analyste à Abidjan.
bur-pgf/jpc
Commentaires


Comment