x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Afrique Publié le mardi 20 juillet 2010 | LeMonde.fr

La France annule la dette du Congo

© LeMonde.fr Par Valery Hache
Coopération : 25è Sommet France-Afrique à Nice, France
Photo de groupe au sommet Afrique-France à Nice, le 31 mai 2010
La France a décidé d'annuler la totalité de la dette du Congo, soit 424 milliards de francs CFA (plus de 646 millions d'euros), selon un accord conclu lundi 19 juillet à Brazzaville.

Cet accord fait suite à l'engagement pris le 18 mars par les Etats membres du Club de Paris, qui réunit les principaux pays industrialisés, d'annuler "le gros de la dette congolaise", après son accès au point d'achèvement de l'initiative "pays pauvres très endettés" (PPTE).

Premier partenaire économique et financier du Congo, la France est le troisième pays à annuler la totalité des créances congolaises, après l'Italie et les Etats-Unis. "Depuis 2004, la France aura ainsi annulé près de 2,5 milliards d'euros des dettes congolaises, soit près des deux tiers du montant dû par le Congo aux vingt pays du Club de Paris", a souligné l'ambassade de France. "Ce nouvel accord de dette permettra de financer des projets liés aux infrastructures d'eau, d'assainissement et de transport, de l'éducation et de la formation professionnelle, de la protection de l'environnement et de la santé", a expliqué l'ambassadeur de France à Brazzaville, Jean-François Valette, qui a paraphé l'accord avec le ministre des finances congolais, Gilbert Ondongo.

Dépendant essentiellement du pétrole, le Congo, avec ses 3,6 millions d'habitants, était considéré jusqu'à récemment comme un des pays les plus endettés au monde par tête d'habitant. La dette extérieure publique totale de ce pays d'Afrique centrale s'élevait à 5,6 milliards de dollars fin 2008.

UNE DETTE "ODIEUSE"

"La dette congolaise, essentiellement issue de la dictature de Mobutu, était une dette 'odieuse' selon le droit international, c'est-à-dire contractée par un régime non démocratique, sans bénéfice pour la population locale et en connaissance de cause des créanciers. Cette dette aurait donc dû être décrétée nulle et non avenue, comme ce fut encore le cas récemment avec la dette irakienne, mais les créanciers ne l'ont pas entendu de la même oreille", écrivaient le 3 juillet des ONG belges dans un communiqué diffusé sur le site du Comité pour l'annulation de la dette du tiers-monde (CADTM).

Connaissant la décision du Club de Paris d'annuler la dette du Congo, elles ajoutaient : "Il reste désormais à s'assurer, d'une part, que l'annulation de la dette congolaise bénéficie aux populations locales et, d'autre part, que le pays n'entame pas à nouveau un cycle d'endettement insoutenable. Cela implique de mettre en place un audit permanent de la dette congolaise et d'adopter les principes de la Charte pour un financement responsable définie par Eurodad, afin d'éviter la reconstitution de dettes illégitimes et d'un nouveau cycle d'endettement insoutenable. Le but étant de s'assurer que les nouveaux prêts qui surviendront à l'avenir soient opérés de manière soutenable."

avec AFP

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ