PUBLICITÉ

Necrologie Publié le vendredi 4 juillet 2014 | AIP

Bernard Cardinal Agré inhumé ce vendredi à Abidjan

Abidjan, Décédé, le 9 juin dernier, à Paris, d’un accident vasculaire cardiaque (Avc), le cardinal Bernard Agré sera inhumé ce vendredi à Abidjan.

Né le 26 mars 1926 à Monga, dans le diocèse d’Abidjan, Bernard Agré est baptisé à six ans à Memni, sa ville d’origine. Il poursuit ensuite une scolarité classique au petit séminaire, avant de partir étudier la théologie au grand séminaire de Ouidah (Bénin), où il noue une amitié durable avec le futur cardinal Bernardin Gantin, figure dominante de l’Église africaine post-Vatican II.

Ordonné prêtre en 1953, puis évêque en 1968, Mgr Agré sera le premier évêque de Man. En 1992, il est appelé par Jean-Paul II à fonder le diocèse de Yamoussoukro, qui abrite la plus grande basilique du continent, avec une architecture inspirée de Saint-Pierre de Rome. Il n’y restera que deux ans, jusqu’à la succession du cardinal Bernard Yago, à Abidjan.

Créé cardinal par le pape Jean-Paul II lors du consistoire du 21 février 2001, il est le premier cardinal ivoirien à avoir participé à l’élection d’un pape, notamment à celle de Benoît XVI en 2005.

L’homme aura été l’un des médiateurs dans la crise politique et militaire qui a secoué la Côte d’Ivoire pendant plus d’une décennie, après la mort en 1993 du père de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, Houphouët Boigny, et une succession de présidence difficilement assurée.

Réputé pour être un homme qui ne cultivait pas la langue de bois, il exhortait sans cesse les chrétiens au pardon et à être de vrais témoins de l’espérance dans leurs milieux respectifs.

(AIP)
kg/ask

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ