x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le jeudi 10 septembre 2015 | AIP

40ème session du conseil des ministres de l’OHADA / Duncan exhorte à un apurement des passifs

© AIP Par DR
Conseil des Ministres de l `OHADA - Le Premier Ministre Kablan Duncan ouvre la 40eme session à Grand Bassam
Le premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a ouvert mercredi la 40eme session du conseil des ministres de l`organisation pour l`harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA) qui se tient à Grand-Bassam.
Abidjan - Le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, a présidé mercredi, à Grand Bassam la 40 ème session du conseil des ministres de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) au cours de laquelle il a exhorté à prendre des mesures correctives pour un apurement des passifs.

"Vous aurez précisément à tirer les conséquences des résultats révélés par l’audit de l’application de l’Acte uniforme portant organisation des procédures collect ives d’apurement du passif (AUPC). Les conclusions de cette étude mettent en évidence les faibles performances de notre législation en matière de traitement de l’insolvabilité (…). Il vous appartient de prendre des mesures correctives qui s’imposent", a affirmé M. Duncan.

Il a invité en outre à poursuivre la révision de l’acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d’exécution qui concourent également à la détermination de l’environnement du crédit.

Pour sa part le secrétaire permanent de l’OHADA, Dorothé Cossi Sossa a remercié la Côte d’Ivoire qui durant son mandat à la tête de l’OHADA en 2015, a mené plusieurs activités destinées à participer au rayonnement de leur institution commune.

Cette session prend fin vendredi et sera aussi l’occasion de mener des travaux sur l’examen des dossiers financiers de l’OHADA.

L’OHADA a pour principal objectif de remédier à l’insécurité juridique et judiciaire existant dans les 17 États parties par la mise à dispsition de chaque Etat, des règles communes simples, modernes adaptées à la situation économique. Elle fait la promotion de l’arbitrage comme instrument rapide et discret règlement des litiges commerciaux.

Elle a été créée par le traité relatif à l’harmonisation du droit des affaires en Afrique signé le 17 octobre 1993 à Port-Louis et révisé au Canada, le 17 Octobre 2008.

amak/ask

Articles associés

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ