PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 9 décembre 2015 | APA

Un sociologue se félicite des ‘ ’ avancées ’ ’ en matière de promotion du genre en Côte d’Ivoire

Beaucoup de progrès en faveur de l'égalité du genre ont été enregistrés en Côte d'Ivoire, a affirmé mercredi à Dakar, Anne Christéle Zerbo, chercheur en sociologie à l'université Alassane Ouattara de Bouaké, soulignant que malgré ces avancées, il faut "amener la femme ivoirienne à croire en elle et à se battre pour ce qu'elle veut devenir".

"En Côte d'Ivoire, nous avons enregistré beaucoup d'avancées en matière de promotion du genre. Aujourd'hui, beaucoup de femmes occupent des postes de responsabilité et accèdent davantage aux instances de décisions. Ça avance vraiment. Davantage de filles sont aujourd'hui scolarisées", a notamment dit Anne Christéle Zerbo.

Elle s'entretenait avec APA en marge d'une session de formation (7-10 décembre) en analyse du genre en Afrique subsaharienne.
Organisée par le Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres) en collaboration avec "Economic policy reseach centre (Eprc-Ouganda) et "Advicates coalition for developpement and environnement (Acode)", la formation réunit une trentaine de chercheurs et d'analystes politiques.

"Malgré tout, beaucoup reste à faire en Côte d'Ivoire. Il faut travailler à faire départir la femme de son complexe et à faire de sorte qu'elle sache ce qu'elle veut et se battre pour cela", a poursuivi Mme Zerbo.

Revenant sur la formation à Dakar qui vise à ‘'favoriser l'apprentissage par les pairs, d'échanger des idées, partager des expériences'', elle a estimé que "c'est une rencontre importante qui va servir de déclic pour mieux s'engager dans la promotion du genre".

"Elle nous a permis de mieux appréhender le concept genre qu'on prenait au début sous son aspect sexe. Maintenant, je sais que le genre renferme plusieurs aspects", a-t-elle poursuivi.

Selon Fidèle Abimana, professeur d'économie et de commerce à l'université de Kigali au Rwanda, «la formation est excellente" et lui a ouvert plusieurs horizons avec pas mal de connaissances et d'outils acquis à Dakar.

Entre autres objectifs, l'atelier de Dakar visait à conduire à une meilleure compréhension des concepts et des méthodes d'analyse de genre, de développer la capacité des participants à utiliser l'analyse du genre dans leur travail.

"A travers cette formation, nous voulons corriger les lacunes en matière de responsabilisation des femmes. Car les politiques publiques ont tendance à ne pas impliquer les femmes aussi bien dans leur conception que dans leur mise en œuvre", a déploré Paul Okwi du Centre de recherches pour le développement internationa (Crdi) qui a financé la formation.

TE/of/APA

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ