PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 15 juin 2018 | APA

Fuite des matières premières : 35 camions d’anacarde interceptés par la douane ivoirienne à Bondoukou

© APA Par DR
La saison de noix de cajou a commencé
Jeudi 12 mai 2016.
Abidjan (Côte d’Ivoire) - Trente-cinq camions d’anacarde qui se dirigeaient vers le Ghana voisin ont été interceptés par la douane ivoirienne à Bondoukou dans le Nord-Est ivoirien, rapporte une note d’information transmise, vendredi, à APA.

Ce joli coup de filet de la douane ivoirienne intervenu dans la nuit de mercredi à jeudi a bénéficié de l’appui du peloton mobile de la gendarmerie de cette localité, sollicité par le Colonel-Major Da Pierre, Directeur général de la douane qui séjournait à Bondoukou.

« Le Directeur Général des Douanes a fait ramener les camions en ville, empêchant ainsi la sortie frauduleuse de plusieurs tonnes de ce produit », ajoute la note qui précise que « contrairement aux informations relayées sur les réseaux sociaux, il (Dg de la douane) n’a été victime d’aucune agression physique hormis le dommage causé à son véhicule de commandement ».

Le Colonel-Major Da Pierre a « condamné avec la plus grande énergie l’incivisme fiscal dont se rendent coupables les auteurs de ce trafic transfrontalier d’anacarde et leurs complices », rassurant l’opinion nationale sur la détermination et la fermeté de ses services à faire respecter à tous les prix la mesure d’interdiction d’exportation par les frontières terrestres des produits agricoles (café, cacao, anacarde) prise par le Gouvernement.

Le gouvernement ivoirien a renforcé début mai, les sanctions dans les cas de ventes illégales des matières premières à l’extérieur du pays allant à 10 ans de prison pour le contrevenant.

« Toute personne qui se livrerait à l’achat , à la vente , au stockage, à l’écoulement où à la distribution hors des frontières nationales notamment le café , le cacao, le coton , l’anacarde et l’hévéa sans agrément risque une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 10 ans et une amende pouvant atteindre 50 millions FCFA», avait prévenu le gouvernement ivoirien.

Les matières premières ivoiriennes traversent parfois les pays frontaliers après les fixations des prix, quand ceux-ci sont estimés bas en Côte d’Ivoire.

LS

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ