PUBLICITÉ

Politique Publié le mercredi 31 juillet 2019 | Abidjan.net

8ème TAC : Roch porte la « Grand-Croix » du Burkina à Alassane

© Abidjan.net Par DR
Cérémonie d`ouverture de la 8è Conférence au Sommet du Traité d`Amitié et de Coopération (TAC)
Mercredi 31 Juillet 2019.Ouagadougou (Burkina Faso).Cérémonie d`ouverture de la 8è Conférence au Sommet du Traité d`Amitié et de Coopération (TAC) entre la Côte d`Ivoire et le Burkina Faso, co- présidée par Leurs Excellences Alassane OUATTARA et Roch Marc Christian KABORE.
Les présidents Roch Kaboré et Alassane Ouattara ont co-présidé le mercredi 31 août 2019 à Ouagadougou la 8ème édition de la conférence au sommet des chefs d’Etat du Traité d’amitié et de coopération Burkina-Côte d’Ivoire. Ils ont ensemble validé des dossiers inscrits à l’agenda de cette rencontre qui a débuté le 27 juillet dernier, cela pour le bien-être des populations des deux pays. Le clou de la cérémonie a été la distinction faite au président Alassane Ouattara par son homologue Roch Kaboré qui l’a élevé au rang de la dignité de Grand-Croix de l’ordre de l’Etalon du Burkina.

Après les experts et les ministres, c’est au tour des chefs d’Etat ce mercredi 31 juillet de prendre le relais des travaux de la 8ème conférence au sommet des chefs d’Etat du Traité d’amitié et de coopération Burkina-Côte d’Ivoire. Et ils étaient bien présents, avec tous les honneurs qui siéent à leur rang, les présidents ivoirien Alassane Ouattara et burkinabé Roch Kaboré dans la salle de conférences de Ouaga 2000. Outre le cérémonial de cette rencontre, très enlevé en termes de prestance, d’allocutions et de prestations d’artistes, les deux homologues avaient pour mission de revisiter les dossiers que leur ont laissé sur la table les ministres des deux pays qui ont tenu mardi le conseil conjoint de gouvernements. La validation de ces dossiers fera plus tard au cours de la journée l’objet d’un communiqué final.

Mais avant, place à la cérémonie d’ouverture. C’est l’hôte du jour, bien entendu, qui est le premier a livré l’un des deux discours. Le président du Faso s’est réjoui de la qualité des relations entre les 2 pays. Du TAC, il dira «qu’il s’impose comme une base d’amélioration continue des conditions de vie et de séjour de nos ressortissants». Et de formuler le vœu que «chaque session du TAC soit une avancée».
Le Burkina Faso ploie sous le poids d’attaques terroristes récurrentes et le chef de l’Etat de souligner l’impact sur l’économie et la cohésion sociale aussi bien pour son pays qu’en Afrique de l’Ouest. « La paix n’a pas de prix et sans paix, aucun développement n’est envisageable», a-t-il signifié.

Avant que le président ivoirien ne livre son allocution, il recevra une distinction de taille de la part de son « frère » burkinabè. Alassane Ouattara a été élevé à la Dignité de Grand-croix de l’Etalon du Burkina pour ses efforts au renforcement des liens d’amitié et de coopération entre le pays des Hommes intègres et la Lagune Ebrié. Une reconnaissance qui donne plus de motivation au Chef de l’Etat ivoirien qui a traduit sa volonté de voir se renforcer chaque jour davantage cette coopération entre les deux pays dans l’intérêt des populations. Citant différents projets du TAC comme l’amélioration de la fluidité routière, l’évolution des travaux sur certains tronçons de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, la participation mutuelle d’autorités aux foires et salons, il s’est réjoui des avancées notables constatées. Cependant, il a déploré la lenteur voire le non démarrage de certains autres. Il s’agit entre autres de la réhabilitation du chemin de fer Ouaga-Kaya et son prolongement jusqu’au Niger, la matérialisation de la frontière Burkina-Côte d’Ivoire, la gestion des ex-occupants du Mont Péko. Pour le président ivoirien, ce sera donc l’occasion de se pencher sur les raisons qui n’ont pas permis l’aboutissement de ces activités. A ces projets latents, devront s’ajouter à la table de discussions, d’autres préoccupations comme l’orpaillage clandestin, la sécurité et la migration.
Alassane Ouattara n’a pas manqué de féliciter les experts et les ministres qui ont fait un travail préliminaire remarquable. La qualité des documents, a t-il relevé avec satisfaction, facilitera leur délibération. Sur les relations entre les 2 pays, Alassane Ouattara a déclaré que « nous pouvons légitimement être fiers de l’avance prise par nos 2 Etats sur le chemin de l’intégration », au moment où toute l’Afrique se félicite de la mise en place de la zone de libre-échange continentale.

Halima K

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ