PUBLICITÉ

Politique Publié le jeudi 31 octobre 2019 | Présidence

Cérémonie d’ouverture de la 5e réunion extraordinaire du Conseil des Gouverneurs de la Banque Africaine de Développement : Allocution de SEM Alassane Ouattara

© Présidence Par DR
Cérémonie d`ouverture de la 5e réunion extraordinaire du Conseil des Gouverneurs de la Banque Africaine de Développement
Jeudi 31 octobre 2019. Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire. Cérémonie d`ouverture de la 5e réunion extraordinaire du Conseil des Gouverneurs de la Banque Africaine de Développement, en présence du Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA (Photo).
Monsieur le Vice-Président de la République ;
Monsieur le Premier Ministre ;
Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;
Monsieur le Président du Groupe de la Banque Africaine de Développement ;
Madame Nialé Kaba, Ministre du Plan et du Développement de la République de Côte d’Ivoire et Présidente du Conseil des Gouverneurs du Groupe de la Banque Africaine de Développement ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Mesdames et Messieurs les Gouverneurs du Groupe de la Banque Africaine de
Développement ;
Mesdames et Messieurs les Vice-Présidents du Groupe de la Banque Africaine de
Développement ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Administrateurs du Groupe de la Banque
Africaine de Développement ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Partenaires Techniques et
Financiers ;
Honorables Chefs Traditionnels et Guides religieux ;
Mesdames et Messieurs les Représentants du Secteur Privé ;
Chers Participants ;
Honorables Invités ;
Mesdames et Messieurs,

Quatre mois après les dernières assemblées annuelles en juin 2019, à Malabo, en
Guinée Equatoriale, les Gouverneurs de la Banque Africaine de Développement se
retrouvent, à Abidjan, en session extraordinaire, pour prendre une décision en vue
de la septième augmentation du capital de notre Institution continentale.
Je me réjouis que cet important événement se tienne en Côte d’Ivoire, pays qui
abrite le siège de la Banque.

Je voudrais donc souhaiter la bienvenue à tous les Gouverneurs qui ont fait le
déplacement à l’occasion de ces Assises ; vous démontrez ainsi tout l’intérêt que
vous continuez de porter aux questions de développement de notre continent.
J’adresse mes félicitations aux membres du Conseil Consultatif des Gouverneurs, au Président ADESINA et au personnel de la Banque pour la parfaite organisation de cette importante rencontre.

Honorables invités,
Mesdames, Messieurs,

A travers le programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations
Unies et l’agenda 2063 de l’Union Africaine, les Gouvernements africains affichent
leurs grandes ambitions pour le développement économique et social de nos pays.
L’une des clés du succès de ces ambitions légitimes réside dans la capacité des pays africains à mobiliser des ressources financières suffisantes et à les utiliser de façon efficiente pour réaliser la transformation structurelle de nos économies, et mettre en place les conditions d’une croissance durable et inclusive.

En intégrant les priorités du continent à travers le programme des « High Five », le
Groupe de la Banque Africaine de Développement se révèle être un partenaire
stratégique de premier plan pour les gouvernements africains.

Mesdames et Messieurs,

Les assises de ce jour se tiennent au moment où notre monde évolue dans un
environnement international, caractérisé par plusieurs défis d’ordre économique,
sécuritaire et climatique.
Malgré un contexte préoccupant, les économies africaines ont fait montre d’un
formidable dynamisme au cours de ces dix dernières années.
En effet, grâce aux réformes sectorielles et structurelles ainsi qu’aux importants
investissements dans les infrastructures, l’éducation et la santé, les pays africains ont su créer un environnement favorable aux investissements privés, au commerce et à la croissance économique qui est projetée à 3,2 % en 2019 et à 3,6% en 2020. Ces résultats, bien qu’encourageants, restent en deçà des objectifs fixés pour permettre, notamment, la transformation de nos économies et la création d’emplois, en particulier pour nos jeunes.

S’agissant de la Côte d’Ivoire, les réformes menées au cours de ces 8 dernières
années ainsi que les investissements réalisés dans le cadre du Plan National de
Développement (PND) sur les périodes 2012-2015 et 2016-2020, estimés à 72
milliards de dollars, ont permis d’atteindre des résultats impressionnants avec un
taux de croissance moyen de 8% par an, un taux d’inflation annuelle d’environ 1% et
un déficit budgétaire inférieur à 4% du produit intérieur brut (PIB).

Par ailleurs, pour rendre la croissance plus inclusive, le Gouvernement a mis en
place, avec l’aide de ses partenaires dont la Banque Africaine de Développement, un programme social d’un montant de 1,7 milliard de dollars pour la période 2019-2020, pour couvrir des domaines tels que l’hydraulique, l’électricité rurale, la santé,
l’éducation et les pistes rurales.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

La réalisation des objectifs du développement durable des Nations Unies et de
l’agenda 2063 de l’Union Africaine nécessite d’importantes ressources financières.
L’Afrique ne pourra pas atteindre ces objectifs sans l’appui financier et l’assistance
technique des partenaires bilatéraux et multilatéraux parmi lesquels le Groupe de la
Banque Africaine de Développement occupe une place privilégiée.
A cet égard, je voudrais remercier la Banque Africaine de Développement et le
Président ADESINA pour l’important soutien de la Banque au Programme social du
Gouvernement ivoirien, à travers un appui financier d’un montant total de 487
millions de dollars USD.

Au-delà de la Côte d’Ivoire, qui a bénéficié de l’appui multisectoriel de la Banque à
hauteur de 1730 millions d’Unité de Compte (UC) entre 2011 et 2019, c’est
l’ensemble des pays africains que l’Institution a fortement soutenu.
Cependant, beaucoup reste encore à faire car selon les dernières estimations de la
Banque Africaine de Développement, le déficit annuel de financement des besoins en infrastructures du continent se situerait entre 68 et 108 milliards de dollars. C’est
pourquoi, le succès de cette importante rencontre permettra à la Banque Africaine de Développement d’accroître ses fonds propres, d’améliorer ses ratios prudentiels et de maintenir sa notation triple A (AAA).

Honorables invités,
Mesdames, Messieurs,

Nous sommes convaincus que les Gouverneurs prendront la bonne décision, celle
d’une Augmentation Générale du Capital (AGC VII) à hauteur de 125%, qui ferait
passer le capital de la Banque de 100 à 225 milliards de dollars US.
Je suis persuadé que le Conseil d’Administration, le Président ADESINA et son équipe prendront toutes les dispositions idoines pour la mise en oeuvre totale et dans les délais des engagements en matière de réformes pour optimiser les marges de manoeuvre opérationnelles résultants de ces capitaux supplémentaires.
C’est sur cette note d’espoir que je souhaite plein succès à vos travaux et je déclare
ouvertes, les assises de la Cinquième Réunion Extraordinaire du Conseil des
Gouverneurs du Groupe de la Banque Africaine de Développement.

Je vous remercie

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ