x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le jeudi 26 décembre 2019 | Abidjan.net

Tentative de déstabilisation, mandat d’arrêt international, détournement de deniers publics, ...: Soro dément depuis Barcelone et promet le grand déballage

© Abidjan.net Par Marc Innocent
Conférence de presse des avocats de Alain Lobognon suite à la décision rendue le 29 Janvier dernier
Vendredi 01 Février 2019. Abidjan. Suite à l’incarcération du député Alain Lobognon le 29 Janvier dernier, les Avocats, Me Bamba-Lamine Affoussiata, Me Diallo Souleymane et Me Diarrassouba Lamine, ont animé une conférence de presse afin de faire la lumière sur ces points relatifs au procès. Photo: Me Affoussiata Bamba-Lamine
On sait désormais de façon précise où s’est retrouvé Guillaume Soro après son atterrissage et son retour manqué au pays le lundi 23 décembre dernier, alors qu’il était attendu à l’aéroport d’Abidjan. Le président de Générations et peuples solidaires (Gps), qui a détourné son vol sur Accra, au Ghana, après une brève escale, a remis le cap sur l’Europe. L’ex-président de l’Assemblée nationale, candidat déclaré aux élections présidentielles de 2020 a atterri à Barcelone, en Espagne d’où il a décidé de répondre aux accusations dont il est l’objet et le mandat d’arrêt international lancé contre lui par le régime d’Abidjan.

Ce mercredi 25 décembre 2019, c’est Me Affoussiata Bamba, membre de la Commission d’orientation et de coordination de son mouvement politique, Gps, qui est montée au créneau. Par son entremise, l’ancien Premier ministre ivoirien a livré les premiers éléments de sa défense sur les faits à lui imputés qui ont été rendus publics par le Procureur d’Abidjan, Richard Adou Kouamé. A savoir les charges de tentative de déstabilisation, de détournements de deniers publics pour lesquels la Justice s’est lancée à ses trousses. « Le président de Gps tient à informer l’opinion nationale et internationale de la vacuité de ces charges. Il n’échappe à personne que ceci est du dilatoire. En réalité, toute cette entreprise vise piteusement à écarter M. Soro Guillaume de la course à la présidence de la République pour l’élection de 2020 », a déclaré l’ancienne ministre de la Communication.



La ligne de défense de Soro



Affoussiata Bamba-Lamine, souligne qu’au nom de la manifestation de la vérité, Guillaume Soro s’exprimera clairement et avec limpidité sur chacun des faits à lui imputés. En attendant, elle a tenu à livrer des pans de la ligne de défense de l’ex-chef du Parlement déchu. Ainsi, en ce qui concerne l’opération immobilière pour le compte de la société civile immobilière, Ebur, cité dans les charges du Procureur, elle fait noter que les faits remontent en 2008, du temps où de Laurent Gbagbo président de la République, ou M. Guillaume Soro était Premier ministre, feu Charles Diby Koffi, ministre de l’Economie et des Finances, Marcel Amon Tanoh, ministre de la Construction, l’actuel Gouverneur de la BCEAO, Coulibaly Tiémoko Meyliet, directeur de Cabinet du Premier ministre Soro et Fofana Issiaka, Directeur financier de la Primature. A cet effet, Me Affoussiata, invite l’actuel président de la République, Alassane Ouattara à faire preuve de la même clarté et limpidité relativement à certaines opérations financières qu’il a eu à effectuer pour la même période.



Pour ce qui est de l’accusation de déstabilisation qui reposerait sur un enregistrement audio, Guillaume Soro, a dit l’avocate au Barreau de Paris, tient à rassurer les Ivoiriens qu’il reconnaît une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002, pour le compte de l’actuel président de la République, M. Alassane Ouattara. « Ce pour lequel il continue à demander pardon au peuple souverain de Côte d’Ivoire », s’empresse-t-elle d’ajouter.



Grand déballage au rendez-vous



Sur la tentative d’une nouvelle déstabilisation, M. Guillaume Soro s’inscrit en faut et fait des révélations. « Pour le prétendu enregistrement audio qui serait la preuve dont disposerait l’accusation, M. Guillaume Soro n’est pas surpris de la machination ainsi ourdie ». Et la proche collaboratrice du président de Gps de révéler des faits de menace contre son intégrité physique rapporté à l’ex-président de l’Assemblée nationale, en 2017, par un nommé Francis Perez, opérateur économique qui lui a été présenté en 2012 par l’ancien Premier ministre burkinabé, Tertius Zongo. « M. Perez, opérateur économique dans le milieu des Casino rentre en contact en 2017 avec M. Guillaume Soro et l’informe qu’il est en danger de mort et l’objet d’un complot ourdi par le régime d’Abidjan et lui propose ses services en vue de le protéger et de riposter face à cette tentative d’assassinat. Suspicieux, M. Guillaume Soro fera participer à l’une des rencontres un diplomate et un agent des services secrets d’un pays européen à qui il était régulièrement fait un compte-rendu aux fins de contribuer à garantir l’intégrité et la sécurité du territoire ivoirien ». Sur la question Me Affoussiata, qui dénonce une « opération orchestrée par le régime d’Abidjan en vue de cueillir Guillaume Soro », donne rendez-vous pour un grand déballage avec le président de Gps. Estimant que c’est « peine perdue » pour les auteurs de ladite opération, elle annonce des éléments de preuves qu’apportera le mis en cause, notamment des courriels (e.mails), et l’identité des différents témoins.

L’ancien ministre de la Communication fera noter que l’ex-président de l’Assemblée nationale, dans un souci de transparence, a évoqué « de façon sibylline, à une époque précise », cette question avec le président de la République, Alassane Ouattara. Elle révèlera, sans autre forme de précision, d’autres opérations initiées sans succès par le régime d’Abidjan en vue de l’élimination physique de son mentor sur le territoire européen. Des faits rapportés à « certains milieux informés, dont des diplomates ». « Il s’avère donc que ce mandat d’arrêt international est infondé et à usage uniquement politique en vue d’éliminer le premier candidat déclaré à l’élection présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire », conclut Affoussiata Bamba-Lamine, qui s’érige en Défense d’office de son leader politique.



F.D.B

Vidéo associée

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ