x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le lundi 30 décembre 2019 | Abidjan.net

Fêtes de fin d’année : l’INPHB célèbre l’intégration africaine au cours des ses journées culturelles

© Abidjan.net Par JOB
Fêtes de fin d’année : l’INPHB célèbre l’intégration africaine au cours des ses journées culturelles
La sixième édition des journées culturelles de l’Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INPHB) s’est déroulée du 26 au 27 décembre 2019, à Yamoussoukro, sous le signe de l’intégration africaine
La sixième édition des journées culturelles de l’Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INPHB) s’est déroulée du 26 au 27 décembre 2019, à Yamoussoukro, sous le signe de l’intégration africaine, dans le cadre de la politique de brassage culturel intercommunautaire prônée par ledit institut.

Ces journées culturelles ont été animées par des matchs de gala entre les différentes communautés d’étudiants et des activités culturelles mettant en valeur les richesses culturelles des différentes populations africaines.

L’objectif des festivités culturelles annuelles de l’INPH, selon Prof Adiman Augustin, vise à suivre la vision du premier président de la République de Côte d’Ivoire. Cette vision est de faire de l’INPH une école d’intégration africaine où l’on donne l’opportunité aux meilleurs étudiants des pays africains de venir étudier en Côte d’Ivoire (Yamoussoukro), en profitant de la qualité de la formation de cet institut.

Poursuivant, il a défendu les journées culturelles comme étant un moyen de faciliter le rapprochement des étudiants qui aboutiraient à l’émergence d’un réseau de compétences et de talents africains. Ainsi, ce réseau serait bénéfique dans les rapports entre les cadres africains afin de faciliter les prises de décision au bénéfice du continent.

« Pendant cette fête de réjouissance en fin d’année, en principe chacun devrait être en famille pour partager ces moments d’amour de convivialité, mais cela demande des coûts, car la plupart des étudiants sont venus de loin », a indiqué le prof Adiman, pour justifier l’intention de la direction générale de bien voulu garder un esprit de convivialité au sein de l’établissement pendant cette période.

En outre, le président de la communauté nigérienne de l’INPH Emond Mouddour Issouf, élève ingénieurs en fin de cycle, a-t-il affirmé avoir appris beaucoup pendant ces 3 ans de séjour à Yamoussoukro. « Aujourd’hui, nigérien que je suis, je peux être en Guinée tranquille parce que j’ai connu des amis guinéens et je connais la réalité de la Guinée à travers ces activités culturelles », a-t-il fait savoir.

Quant à Coulibaly Christelle, étudiante en première année d’ingénieur à l’école supérieur de l’industrie, elle a salué l’activité culturelle car selon elle, cela permet de briser les barrières entre étudiants (es). Pour sa première participation, elle soutient que le fait de découvrir les diversités culturelles de l’Afrique donne l’envie d’aller voir ce qu’il y a de beau ailleurs, en Afrique au détriment de l’occident.

Rappelons que l’Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny a été créé en septembre 1996, de la fusion de quatre établissements dans le but de réduire les coûts structurels, allouer de façon plus pertinente les moyens et les ressources des écoles et harmoniser les programmes de formation.



JOB

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ