PUBLICITÉ

Société Publié le jeudi 1 avril 2021 | Le Nouveau Réveil

Lutte contre l’érosion côtière / Pr Delphin Abé Ochou, coordonnateur du programme Waca : « Le village de Lahou-Kpanda risque de disparaitre »

© Le Nouveau Réveil Par CT
Environnement: Mission de soutien et d`échanges à Lahou Kpanda
Grand Lahou le 30 janvier 2019.Le directeur de cabinet du ministère de l`environnement et du développement durable, Kouablan François a conduit ce mercredi une forte délégation a Lahou Kpanda afin d`apporter le soutien aux populations du village victimes d`érosion côtière.
Le coordonnateur national du Programme de gestion intégrée du littoral ouest africain (Waca), Pr Delphin Abé Ochou, spécialiste en physique de l’atmosphère, était le premier invité de la tribune d’échanges et de débat initiée par la Maison de la presse d’Abidjan (Mpa). C’était le mardi 30 mars 2021 au Plateau, en présence de plusieurs experts, du préfet de Grand-Lahou, Germain Kouakou N’guessan, du chef du village de Lahou-Kpanda et de Claude Dégni, représentant du maire de Grand-Lahou. Le thème choisi était : « Les enjeux de la lutte contre l’érosion côtière en Côte d’Ivoire (566 Km) ». A cette occasion, il a présenté l’objectif du programme Waca qui « Améliore le résilience des communautés ciblées et les zones côtières de la Côte d’Ivoire» a-t-il dit d’entrée. Assurant que toutes les études sont terminées et que le Waca attend juste le financement pour passer à la mise en œuvre d’actions correctives et de lutte, Pr Ochou indique que la situation du village de Lahou-Kpanda est très préoccupante. « Si on n’y prend garde, le village de Lahou-Kpanda va disparaitre » a-t-il averti. Présentant les composantes dudit programme, Pr Ochou a révélé un manque de matériel de pointe dont les instruments de mesure de la météorologie marine. « C’est juste un problème de moyens financiers. Nous avons les meilleurs experts au monde pour les travaux » a-t-il souligné. Avant d’indiquer « les 4 composantes du programme dont le renforcement de l’intégration régionale et des investissements pour la gestion côtière, le renforcement des politiques et institutions nationales et la création d’une Agence nationale de gestion intégrée du littoral (Anagil) comprenant un observatoire, des investissements nationaux physiques et sociaux (Infrastructures et activités socio-économiques au bénéfice des populations riveraines, de reboisement de et de réhabilitation, stabilisation du cordon sableux, etc.)» a-t-il indiqué. Soulignant qu’une étude d’août 2011 a révélé que la côte a réculé de plus de 10 m. Ce qui constitue une menace pour les Ports autonomes d’Abidjan (Gonzagueville-Port-Bouët-Vridi) et de San Pedro, de la Sir, de l’aéroport, des habitations et des hôtels et restaurants. Avec des points critiques de San Pedro, Grand-Lahou, Grand-Bassam, Abidjan et Assinie. A cette occasion, Laurent Kouamenan dit Pierre le Mauvais, président du conseil de gestion de la Mpa et Jean-Claude Coulibaly, président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci), ont souligné la gravité du phénomène de l’érosion côtière, avant de se réjouir du bon déroulement de ces échanges. En invitant les institutions publiques ou privées à se prêter à cet édifiant exercice. Le Programme Waca est financé à hauteur de 15,8 milliards Fcfa sur cinq ans (2018-2023) par la Banque mondiale.

SERGE AMANY

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ