x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 20 mai 2022 | Le Nouveau Réveil

Lutte contre la déforestation / Eugène Krémien, Pca de l’APROMAC : « Planter de l’hévéa, c’est planter une forêt »

© Le Nouveau Réveil Par DR
Eugène KRÉMIEN, Président de l`APROMAC

Face à la presse hier dans le cadre de la 15ème Conférence des Parties de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et la sècheresse (COP15), Eugène Krémien, président du Conseil d’administration de l’Association des professionnels du caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire (APROMAC) a répondu aux critiques les plus acerbes sur l’hévéaculture. « L'hévéa n'appauvrit pas le sol, enlevez-vous cela de la tête. Ceux qui le disent ne sont pas des producteurs. L'hévéaculture moderne doit s'accommoder avec une politique d'autosuffisance alimentaire. La culture de l'hévéa ne s'attaque pas aux forêts classées, contrairement à la culture du cacao. En faisant de l'hévéa, on fait du reboisement. Là ou les autres ont détruit, nous on construit. Ceux qui font un procès à l’hévéaculture se trompent » tels sont en substance les mots crus utilisés par Eugène Krémien. Et de poursuivre pour dire « L’hévéaculture n’entame pas les zones protégées que sont les forêts classées, les parcs nationaux, etc. Depuis quelques années nous développons les plantations dans les jachères. Mieux, nous sommes allés dans les zones marginales, celles qui sont au-dessus d’un certain nombre de hauteurs où les pluies étaient moindres. Lorsque vous créez une plantation dans une zone marginale, au bout de 10 ans, vous créez un micro climat qui fait que la pluviométrie augmente dans ces zones » a-t-il dévoilé comme projet mis en œuvre par l’Apromac. Pour Eugène Krémien « Planter de l’hévéa, c’est planter une forêt. Il faut 4 ans pour que le couvert forestier recommence à se constituer avec l’hévéa. Les forêts homogènes, il en existe ! Par exemple une plantation de tek est une plantation d’arbres relativement homogènes. Et l’hévéa répond à différents besoins. En plus de répondre à une production économique avec la production de latex, dans un second temps, le bois d’hévéa peut être valorisé en bois de chauffe ou en bois d’œuvre. » Et d’ajouter « La reconstitution du couvert forestier est un véritable puits de carbone. Avec l’hévéa, on ne dit pas qu’on retrouve la forêt primaire, mais on trouve une alternative, qui a un intérêt pas du tout négligeable. » Le président de l’APROMAC a rassuré l’opinion en ces termes, « L’hévéa continue de nourrir son homme. Car, elle est la seule filière où 63% des revenus de la Bourse sont reversés aux producteurs. Il a également fait savoir que la filière se porte bien avec une production d’un million cent mille tonnes et se positionne comme premier producteur du caoutchouc avec plus de 70% de la production africaine. La filière a fait un chiffre d’affaires global de 850 milliards F Cfa en 2021 dont 535 milliards reversés aux producteurs et le reste a été investi dans la transformation. Sur le marché, le caoutchouc est vendu à 373,86 F Cfa/Kg. » Il n’a pas manqué d’ajouter que la filière hévéa est très avancée dans la lutte contre la déforestation et œuvre à la restauration du couvert forestier. Elle continue de financer et de subventionner les producteurs en plants…


JEAN PRISCA

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ