x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 16 novembre 2022 | CICG-Côte d’Ivoire

Célébration de la 26è Journée nationale de la Paix : les populations du Grand Ouest s'engagent pour la paix

© CICG-Côte d’Ivoire Par DR
Célébration de la 26è Journée nationale de la Paix : les populations du Grand Ouest s'engagent pour la paix

Duékoué, chef-lieu de région du Guémon (District des Montagnes) a accueilli le mardi 15 novembre 2022, la célébration de la 26è édition de la Journée nationale de la Paix. Les festivités ont été présidées par le Premier Ministre, Patrick Achi.


Au regard des efforts fournis pour le retour de la paix et pour la réconciliation nationale, les populations de cette région durement éprouvée par les différentes crises que le pays a traversées, ont tenu à saluer le Président de la République et à prôné le vivre-ensemble.


Membre du Directoire de la Chambre nationale des Rois et Chefs traditionnels de Côte d'Ivoire, chargé de la région du Cavally, le chef Emmanuel Coulaye a soutenu que demander la paix n'est pas chose facile. "Aujourd'hui, le Président Alassane Ouattara rassemble les Ivoiriens. C'est pas facile. Mais il y est arrivé jusqu'à ce que le Premier Ministre soit aujourd'hui à Duékoué et que tout le District des Montagnes (Guémon, Cavally et Tonkpi) soit réuni ici, témoin de ce qui se passe, pour la cohésion entre les peuples. Le Président Alassane Ouattara ne s'est pas trompé en créant la Chambre des rois et chefs traditionnels pour asseoir une base solide de cohésion sociale. Je le remercie pour sa vision", s'est-il réjoui.


Premier responsable de la chefferie du Guémon, Patrice Goué, est revenu sur l'hospitalité du peuple wè: "Duékoué est un melting pot. C'est la porte d'entrée et de sortie du Grand Ouest. Nous avons toujours vécu en parfaite harmonie avec tous nos frères qui sont venus habiter ici avec nous. Certes, des moments ont été difficiles, des situations graves se sont produites. Mais comme un sphinx, nous avons toujours eu la force de rebondir. C'est cela le peuple wè. Nous ne souhaitons à personne ce qui nous est arrivé. Nos enfants ne peuvent pas continuer de se haïr parce que nous les parents avons eu des malentendus qui ont débouché sur des meurtres. La cohésion et le vivre ensemble sont la force du wè. Nous, les w

Wè voulons exporter cette force partout en Côte d'Ivoire".


Frédéric Oulaï est un jeune membre de la jeunesse communale de Duékoué: "Je suis pour la paix et la réconciliation. Nous faisons de la sensibilisation de proximité pour parler de paix et de vivre ensemble à nos parents. Et je lance un message pour la paix à tous ceux qui sont dans les villages du Guémon et d'ailleurs pour que la paix règne toujours en Côte d'Ivoire".


Pour Judicaël Fahé, leader de jeunesse à Duékoué, cette cérémonie revêt un double caractère :

"C'était d'abord l'occasion pour nous d'échanger avec le Premier Ministre et de lui poser nos préoccupations. En tant que wè et au regard de tout ce que nous avons enduré comme souffrances, il était important pour nous de réviser le passer. C'est vrai que Duékoué a connu beaucoup de difficultés, mais le plus important, c'est de savoir pardonner. Aujourd'hui, le peuple wè est prêt pour le rendez-vous du pardon, de la tolérance et du vivre ensemble. Ce qui me réjouit aujourd'hui c'est l'engouement constaté autour de cet événement. Cela démontre que tous les fils et filles sont attachés à la paix et à la cohésion sociale. Cette cérémonie est également l'occasion pour nous de nous remettre en cause, de comprendre les raisons qui ont poussé les uns et les autres à s'entretuer, à se méfier les uns des autres. Cela nous permettra de proposer des éléments nouveaux de paix et de réconciliation. Le Premier Ministre nous a également donné l'espoir que le Guémon n'est pas orphelin", a-t-il affirmé.


Tènin Diomandé, ménagère à Duékoué, a assisté à la cérémonie. "Chez nous ici, nous voulons la paix et nous avons la paix. Entre nous populations, tout va bien. Nos relations sont redevenues normales après cette crise. Nous remercions le Président pour le retour de la paix", s'est-elle réjouie.


Mahi Madeleine Zoundé, est une autochtone wè et commerçante. "Je suis contente pour la paix retrouvée à Duékoué et dans tout le pays. Grâce à cette paix retrouvée, mon enfant a eu du travail. Il n'y a plus rien de grave entre nous populations à Duékoué", s'est-elle félicitée.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ