Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Santé
Article



Dernières dépêches


Comment

Santé

Le Président de l’Ong AISME estime qu’Il faut "sortir le diagnostic du VIH/SIDA du cadre du secret professionnel "
Publié le mardi 22 mai 2012   |  AIP




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Dossier

Santé 2012
Abidjan - Le Président de l’Ong Association ivoirienne pour la santé de la mère et de l’enfant (AISME), Dr Thierry Tahou a estimé dimanche à Abidjan, qu’il faut "sortir le diagnostic du VIH/SIDA du cadre du secret professionnel", notamment par la délivrance d’une "carte de sérologie VIH/SIDA".

Invité à se prononcer sur la "problématique de la santé materno-infantile en Côte d’Ivoire", à l’occasion d’une émission-débat produite par la radio-école de l'université de l'Atlantique d'Abidjan (Atlantique FM), Dr Tahou a fait savoir la mise en œuvre prochaine, par son organisation, d'un projet d'"identification de la sérologie des mères ainsi que des enfants en Côte d’Ivoire ".

"Les mères et tous les enfants doivent disposer d’une carte de sérologie VIH, notamment les enfants de 0 à 15 ans et les femmes de 15 à 49 ans ", a-t-il indiqué, expliquant que " plus de 90% des cas d’infections à VIH observés chez les enfants à travers le monde sont le fait de la transmission mère-enfant ".

Selon le médecin de santé publique, en l’absence de traitement d’une mère infectée par le VIH, le risque de transmission du virus à l’enfant est de 14 à 15%.

Aussi, a-t-il ajouté, pendant la grossesse, 5 à 8% des bébés sont contaminés après le passage du virus par le placenta. Même constat lors du travail et l’accouchement où 10 à 20% des nouveaux nés sont contaminés à l’occasion du passage de la filière pelvi-génital, a-t-il renchérit.

"Les filles disposant de cartes sérologiques exigeront de leur conjoint, sa sérologie VIH ", assurant que cela " modifiera positivement " les comportements sexuels, dans l’optique de la réduction la prévalence des femmes enceintes qui est de 8,3 %, a-t-il insisté.

LIENS PROMOTIONNELS