Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Ouverture du forum cote d’ivoire – inde : allocution de SEM Daniel Kablan Duncan
Publié le jeudi 16 juin 2016  |  Primature
Ouverture
© Primature par DR
Ouverture à Abidjan d`un forum économique ivoiro-indien
Abidjan le 15 juin 2016. Un Forum économique économique ivoiro-indien s`est ouvert ce mercredi à Abidjan en présence du Premier ministre Daniel Kablan Duncan.
Comment




Monsieur le Ministre Indien en charge de la Jeunesse et des Sports ;
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement Ivoirien ;
Monsieur le Gouverneur du District d’Abidjan ;
Excellence Monsieur l’Ambassadeur de l’Inde en Côte d’ivoire ;
Excellence Monsieur l’Ambassadeur de Côte d’ivoire en Inde ;
Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et membres du Corps Diplomatique ;
Monsieur le Président d’Eximbank Inde ;
Monsieur le Président de la Confédération des Industries indiennes ;
Mesdames et Messieurs les membres de la Délégation indienne ;
Monsieur le Président de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’ivoire (CGECI) ;
Monsieur le Maire de la Commune de du Plateau ;
Mesdames et Messieurs les Elus ;
Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux et Centraux de l’Administration Publique ;
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Associations Professionnelles et des Chambres consulaires ;
Mesdames et Messieurs les Présidents et Directeurs généraux du secteur privé ivoirien et indien ;
Honorables invités ;
Chers Amis des Médias ;
Mesdames et Messieurs ;
Je suis particulièrement heureux de présider la cérémonie d’ouverture de ce Forum Economique Inde-Côte d’ivoire, qui se tient ici à Abidjan, à l’occasion de l’importante visite officielle en Côte d’ivoire de SEM PRANAB MUKHERJEE, Président de la République de l’Inde.
Je voudrais, de prime abord, au nom du Président de la République de Côte d’Ivoire, S.E.M. Alassane OUATTARA, et du Gouvernement, souhaiter le traditionnel «AKWABA», c’est-à-dire la cordiale bienvenue en terre ivoirienne, à tous nos illustres hôtes de la délégation indienne, particulièrement aux opérateurs économiques participant à ce forum.
Votre présence nombreuse et distinguée traduit la parfaite compréhension que le secteur privé indien a du choix de l’option d’une économie libérale et ouverte sur l’extérieur, faite par la Côte d’ivoire depuis son indépendance le 07 Août 1960.
Monsieur le Président de la Confédération des Industries Indiennes (Cil),
Permettez-moi de vous adresser particulièrement mes vifs remerciements pour l’initiative conjointe de cette rencontre d’affaires, en liaison avec le Centre Ivoirien de Promotion des Investissements (CEPICI). Il s’agit de la 2ème rencontre du genre après celle que nous avons tenue en marge du 9ème Conclave de coopération Inde-Afrique, à New Delhi en mars 2013.
La forte mobilisation de ce jour des entreprises indiennes et du secteur privé ivoirien est le gage du renforcement de la coopération économique et commerciale qui existe si heureusement entre nos deux pays.
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Du 26 au 29 Octobre 2015 se tenait à New Delhi, le 3ème Sommet Inde / Afrique. Le succès enregistré par cet événement d’envergure a permis de jauger de l’intérêt accru et renouvelé de l’Inde à explorer des partenariats nouveaux et à intensifier sa coopération avec l’Afrique. A cet effet, le secteur privé indien, déjà très actif en Afrique, constitue de plus en plus un excellent catalyseur
de cette coopération, en liaison avec le secteur privé africain.
Pour ce qui est de la Côte d’ivoire, bien qu’encore modeste à notre goût, eu égard aux énormes potentialités qui existent, nous nous réjouissons de la performance déjà assez remarquable de notre coopération à la fois publique et privée sur les cinq dernières années.
Au plan de la coopération bilatérale publique, je
me félicite de la signature, en Janvier 2014, de l’accord instituant la grande commission mixte
entre nos deux pays, offrant ainsi une cadre formel de consolidation de nos relations diplomatiques, établies depuis novembre 1962.
Au plan des Affaires, je salue le retour en Côte d’ivoire du Bureau d’EXIMBANK Inde, ce qui
devrait permettre de mieux stimuler et de concrétiser des partenariats nouveaux dans le domaine des échanges économiques et commerciaux.
Il me plait de rappeler que d’ores et déjà, des projets importants tant publics que privés ont bénéficié de l’appui de cette importante institution indienne. On peut notamment citer :
• L’interconnexion électrique entre la Côte d’ivoire et le Mali ;
• L’appui au Programme national de production de riz ;
• La création d’une zone franche de biotechnologie et de technologies de l’information et de la communication à Grand Bassam (VITIB).
• La signature d’un Mémorandum d’Entente (MOU), concernant l’acquisition de 500 nouveaux Autobus destinés à renforcer le parc automobile de la SOTRA.
La rencontre de ce matin vient consolider ces acquis, avec la participation d’un grand nombre de chefs d’entreprises ivoiriens et de leurs homologues indiens.
S’agissant des échanges commerciaux, le volume global des échanges entre nos deux pays est passé de 221 milliards de FCFA en 2010 à environ 513
milliards de FCFA en 2015, soit une hausse de 132% en cinq ans.
L’Inde représente, ainsi, un partenaire commercial important pour la Côte d’ivoire figurant, au niveau mondial, au 9ème rang de ses clients et au 5ème rang de ses fournisseurs en 2014.
Au niveau des investissements privés, si l’Inde s’est classé en 2012 au rang de 1er Investisseur Etranger en Côte d’ivoire en termes de flux avec un volume d’investissements de 75 milliards de FCFA (150 millions de dollars US), la situation a fortement changé en 2014 avec moins de 3 milliards de FCFA (6 millions de dollars US) d’investissements.
Le secteur privé indien installé en Côte d’ivoire est fort diversifié et compte des entreprises exerçant dans les secteurs des BTP, de la Logistique, du Commerce et de l’exportation (notamment de cacao et noix de cajou) ainsi que des équipements médicaux et pharmaceutiques.
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Chers partenaires indiens,
L’Ambition du Président de la République de Côte d’ivoire, SEM. Alassane OUATTARA, est de « faire de la Côte d’ivoire un pays émergent à l’horizon 2020. ». Pour atteindre cet objectif, le Gouvernement ivoirien a mis en place un Plan National de Développement (PND) 2012-2015 d’un coût de 11.076 milliards de FCFA (22 milliards de dollars US).
Ce plan a permis à la Côte d’ivoire d’amorcer une dynamique de croissance économique forte durable et inclusive traduite, entre autres, par :
. un taux de croissance de 9% en moyenne annuelle depuis 2012 ;
. une inflation maitrisée à 1,2% en dessous de la norme communautaire (3%) en 2015;
. un taux d’investissement de 20 % du PIB en 2015;
. des exportations en hausse de 7,6% en 2015 ;
. une progression de 9,5% de la consommation finale ;
. une dette publique maintenue à un niveau soutenable de 41,3% du PIB en 2015 (en dessous de la norme communautaire UEMOA de 70%).
Le nouveau Plan National de Développement (PND 2016-2020) vise à accélérer cette dynamique de croissance et de transformation structurelle de l’économie, entamée grâce au PND 2012-2015.
Ce plan est adossé à un ambitieux programme d’investissement évalué à environ 30.000 milliards de FCFA (soit 60 milliards de dollars
US) dont 62% à financer par le secteur privé tant national qu’étranger.
La Côte d’ivoire a, par ailleurs, entrepris des réformes sectorielles et structurelles d’envergure dans plusieurs domaines. On peut citer entre autres :
- Des réformes politiques pour garantir l’Etat de droit, les libertés civiques et améliorer la Bonne Gouvernance notamment en luttant contre la corruption,
- Des réformes économiques pour améliorer le cadre macro-économique et l’environnement des affaires en général,
- Des réformes des finances publiques pour renforcer la viabilité de notre budget,
- L’amélioration du capital humain en investissant dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la nutrition.
Au final, l’objectif visé est de faire, de plus en plus, du secteur privé le principal moteur de la croissance. Ces réformes importantes ont d’ailleurs valu à la Côte d’ivoire plusieurs reconnaissances internationales, notamment :
- l’adhésion depuis le 29 Octobre 2015, de la Côte d’ivoire à l’initiative internationale « Open Government Partnership (OGP) » ;
- la place de 8ème économie la plus compétitive du continent africain selon l’édition 2015 « du Rapport Mondial de la Compétitivité (WEF) » ;
- le maintien de notre statut de pays conforme à l’initiative pour la transparence dans les Industries Extractives (ITIE) obtenu en mai 2013;
- l’obtention en décembre 2014 du prix du Forum « Mines and Money » du « Meilleur Pays en matière de réformes dans le secteur minier » devant la Finlande, le Pérou et la Serbie ;
- l’obtention du Threshold en décembre 2014 dans le cadre du Millenium Challenge Corporation (MCC) du Gouvernement américain, suivi de l’éligibilité au Compact depuis le 16 décembre 2015 ;
Au niveau régional, il est aussi important de noter que la Côte d’ivoire se veut, notamment par ses ports et aéroports internationaux, un grand hub de la sous-région, la porte d’entrée vers l’Afrique de l’Ouest offrant un marché de plus de 300 millions d’habitants au niveau de la CEDEAO et de 100 millions au niveau de l’UEMOA.
La Côte d’ivoire offre donc à tous ses partenaires économiques un cadre de plus en plus propice aux investissements et un point d’ancrage solide pour les échanges sous régionaux.
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Le renforcement du partenariat entre l’Inde et la Côte d’ivoire sera un grand atout pour la réalisation de la grande ambition du Président de la République, SEM. Alassane OUATTARA, de « faire de la Côte d’ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 ».
Ce partenariat devra se traduire, notamment, par l’installation accrue d’entreprises indiennes et par la création d’entreprises ivoiro-indiennes, en vue de la valorisation locale des potentialités nombreuses dont dispose notre pays. Ces potentialités concernent, entre autres, les secteurs de l’énergie, de l’agriculture et l’agro-industrie, de la construction, des TIC, du Transports, du tourisme et l’hôtellerie, de la santé, de rhydraulique, des PME, etc.
Ainsi, la présence du secteur privé indien en Côte d’ivoire est appelée à se renforcer davantage pour permettre l’accélération du transfert de technologies et la création de chaînes de valeur locales compétitives.
En outre, le Gouvernement ivoirien est particulièrement intéressé par l’expérience indienne en création de PME, de clusters d’entreprises, notamment dans le domaine de l’agro-industrie et des TIC.
La Côte d’ivoire ambitionne, à cet effet, d’atteindre des niveaux de transformation locale de 50%, voire 100% de ses matières premières, notamment, le café, le cacao, l’anacarde, l’hévéa, le coton, des fruits et légumes, etc.
En ce qui concerne le cacao, par exemple, l’objectif est de faire passer le taux de transformation, actuellement de 33%, à 50% à l’horizon 2020, dans un cadre de partenariat transparent, dynamique et ouvert à tous les opérateurs du monde.
Il en est de même pour la noix de cajou pour laquelle la Côte d’ivoire est passée premier producteur en 2015 avec une production de 702.500 tonnes, qui devrait atteindre un million de tonnes en 2020.
Ici, l’objectif est de passer d’un niveau de lère transformation de 6% actuellement à 100% à l’horizon 2020. Il s’agira de développer un tissu de PME nationales compétitives aux côtés de grands groupes, dont ceux en provenance de l’inde et disposant d’un savoir faire avéré.
Honorables invités, Mesdames et Messieurs,
Le Gouvernement ivoirien s’engage à accompagner les chefs d’entreprises indiens, notamment, ceux présents à ce Forum à travers ses structures techniques d’appui au secteur privé dont certaines interviendront dans les présentations qui vont suivre.
La Côte d’ivoire regorge d’importantes et diverses potentialités d’investissements qui méritent d’être transformées en réelles opportunités économiques compétitives.
Le Président de la République de Côte d’ivoire, SEM Alassane OUATTARA, dans sa vision de « faire de la Côte d’ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 », sait pouvoir compter sur l’Inde en matière d’investissement Direct Etranger en Côte d’ivoire.
Je suis persuadé, Mesdames et Messieurs les chefs d’entreprises, que vous vous engagerez résolument dans le processus du développement économique ivoirien, dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant.
C’est par cette note d’espoir que je déclare ouverte la première édition du Forum Côte d’ivoire- Inde à Abidjan.

Je vous remercie de votre aimable attention.
Commentaires


Comment